Après un vol trop près du Soleil.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

RP EN COURS Après un vol trop près du Soleil.

Message par Eugène Valtersen le Mar 27 Juin - 10:38

Cela faisait quelques heures qu'Eugène était sorti de la salle d'opération, passage obligatoire après la petite altercation qu'il avait eue avec ce cher Donatien. Il s'agissait surtout de se reposer à présent, et de rester immobile. Ce n'allait pas être facile pour le garçon, déjà qu'il avait l'impression d'être prisonnier sur cette île, son immobilité forcée ne l'arrangeait pas du tout. Il aurait bien aimé pouvoir dormir un peu, mais c'était particulièrement désagréable car il ne pouvait se bouger dans tous les sens comme il en avait l'habitude. Il aurait aimé détester Donatien de tout son coeur, planifier sa revanche encore et encore, trouver un moyen de brûler cet Institut de malheur. A la place il se sentait complètement vidé. Une partie de lui se demandait même si les médecins en l'opérant n'étaient pas tombé sur son âme et l'auraient retirée, par mesure de prévention. Il savait bien que son âme ne se situait pas dans sa jambe, mais il avait tout de même l'impression de ne plus être le même.
Le seul avantage de cette chambre de la partie infirmerie de l'institut était sa fenêtre. On avait placé le lit du jeune pyromane juste à côté de cette dernière, sans y prêter attention probablement, mais grâce à cela il pouvait s'imaginer être à l'extérieur, être loin de cette chambre qui sentait vraiment bizarrement. Il s'imaginait être comme cet oiseau, battant fortement des ailes mais étant incapable de dépasser les limites de l'île, à croire que les animaux aussi étaient piégés ici. Il s'imaginait être un nuage, se vidant petit à petit, apercevant la terre au loin, une sorte de terre promise qui ne pourrait que l'accueillir mais être vide, disparaître avant d'avoir pu toucher cette terre. Il s'imaginait être cet arbre dont les racines devaient le rattacher au reste du monde, mais qui ne pouvait bouger de cette île, qui ne pouvait même pas changer de position.
C'était ce qui avait changé, depuis l'attaque de Donatien. Même ses rêves s'étaient refermés sur l'île, rendant tout espoir impossible. Comme Icare, on lui avait retiré la possibilité même d'espérer. Comme Icare, il s'était laissé tomber.
La flamme qui l'avait habité pendant un moment c'était belle et bien éteinte.

Messages : 142
Date d'inscription : 24/04/2017
Age : 15

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

RP EN COURS Re: Après un vol trop près du Soleil.

Message par Pavel le Mar 4 Juil - 22:40

Mon entrée à l’Institut Espoir ne date pas d’il y a bien longtemps. De ce fait, je n’ais pas encore prit mes marques dans cet établissement. Il m’arrive fréquemment, lorsque je ne passe pas mon temps avec mes patients, de errer dans l’établissement, de rencontrer d’autres patients dont je n’ai pas la charge, de discuter avec des collègues, même si cette dernière activité n’est pas parmi mes favorites.

L’infirmerie n’est pas mon endroit favoris de cet institut. Au contraire, il me rappelle les désagréables souvenirs de quand j’étais tellement malade que j’étais coincé dans une chambre aussi agréable que celles de l’infirmerie, sans pouvoir bouger d’aucune façon, si ce n’est pour regarder à travers la fenêtre, les rares couleurs que je pouvais alors apercevoir et qui me sont interdites à présent.

Cela ne m’empêche cependant pas d’y faire un tour. Rencontrer les patients malheureux recèle toujours quelqu’intérêt. Qu’est-ce qui a fait qu’ils se retrouvent là, non à l’institut mais à l’infirmerie précisément, ne peut qu’être intéressant.

Me voilà dans une de ces chambres que je méprise plus que… Pas tout mais beaucoup de choses. D’après ce que je sais, le patient qui s’y trouve se prénomme Eugène, est de catégorie S et de numéro S126. L’affiche sur la porte de la chambre n’indique ni ce qui lui vaut une place à l’institut ni ce qui lui vaut une place à l’infirmerie.

Doucement, je frappe à la porte de la chambre. Avant d’entrer, j’ignore s’il dort ou non, alors je ne souhaite pas le réveiller. En entrant, je remarque tout de même qu’il ne dort pas, bien heureusement pour moi.

« Eugène ? Je suis le docteur Pavel. Je ne te dérange pas ? »

Que je le dérange ou non, je n’en ai rien à faire. Ça ne m’empêchera pas de venir discuter avec lui. Je referme la porte derrière moi, ne souhaitant pas être dérangé par un autre médecin qui sait que je ne devrais pas être ici. Je m’approche doucement de lui.

« Comment te sens-tu ? »

Pour le moment, mon seul objectif est de faire connaissance avec lui. Peut-être que si l’affaire m’est favorable, je pourrais en tirer quelque chose d’intéressant.

Messages : 150
Date d'inscription : 25/05/2017

Voir le profil de l'utilisateurhttp://otomemonogatari.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum