Soigne-moi, ft. Anaé.
 :: Lieux :: Bâtiment principal :: Aile A :: Étage trois : Salle de "soins"

Messages : 449
Date d'inscription : 13/02/2017
Age : 20
Localisation : Dans mon bureau. En pagaille.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fondateur
Lun 4 Sep - 23:21


Soigne-moi.


Cinq heure du matin. Voilà l'heure à laquelle s'était réveillé Donatien. Pourtant son réveil avait été programmé pour sonner à sept heure.
Il avait de suite abandonné l'idée de se rendormir, sachant très bien que ce serait impossible. Il était alors resté immobile dans ses draps blancs. La chaleur accablante l'avait cloué à son matelas. Il avait alors longuement attendu que les minutes passent. Et puis quand sonna sept heure, il s'était levé.
Sous une douche glaciale, il se rappela avoir posé une première séance de soins ce matin-même à huit heures avec A98. Cette pensée le mit de bonne humeur, lui qui n'avait que quatre misérables heures de sommeil pour cette nuit. A98 ... Elle et ses longs cheveux blonds, doux comme du coton. Elle et son visage poupon. Oui, elle était une poupée. Et les poupées, c'était fait pour s'amuser, n'est-ce pas?
Avec sa frange et ce visage, elle lui rappelait son Lys.
Un frisson lui déchira l'échine et il se rendit compte qu'il avait la chair de poule. L'eau était bien trop froide pour qu'il la supporte encore longtemps.
Il éteignit alors les jets et s'enveloppa dans ses habituels habits blancs. Le tissu était si léger qu'il s'y sentait bien...
Pieds nus, comme d'habitude, et sa chevelure correctement coiffée en une queue basse, il sortit de sa chambre une demi-heure plus tard. Il se dirigea vers son bureau, qui n'était à deux minutes de sa chambre; c'était le même bâtiment, juste quelques étages en dessous.
L'endroit était en parfait ordre. L'étagère avait été remplacée depuis l'incident avec Ange et B125, et désormais il bénéficiait d'un très joli parquet. Egalement neuf. Donatien profita un instant de cet espace parfaitement rangé, cet espace qu'il dirigeait, cet espace qu'il avait créée. Un certain sentiment de sérénité l'enveloppa tandis qu'il restait ainsi au beau milieu de la pièce, sans bouger.
Puis, parce que l'heure tournait, il ouvrit un tiroir de son bureau, celui destiné uniquement à A98, juste en dessous de celui de Lys. Tiens, il devrait peut-être lui trouver un surnom, à A98... Ce serait beaucoup plus joli de l'appeler avec un surnom qu'il aurait lui même trouvé que par cet affreux matricule. Ainsi, cela prouverait qu'elle ne lui appartenait qu'à lui, et non à l'Institut.
En sortant de son bureau, sa secrétaire lui donna son thé du matin - un thé à la menthe qui lui donnerait à coup sûr une haleine fraîche pour la matinée - et lui fit un récapitulatif de sa journée. Il ne l'écoutait que d'une oreille, feuilletant le dossier de sa nouvelle patiente. Trouble de l'attention, hein? Comment allait-il s'en sortir avec ça? Il ne s'était pas renseigné bien sûr sur comment fonctionnait sa pathologie; il découvrirait sur le terrain.
Sa secrétaire finit par le lâcher quand il arriva au dernier étage du bâtiment A, lui souhaitant une bonne journée. Il ne le lui retourna pas la politesse.
Il ouvrit la lourde porte en fer, la faisant grincer. Il avait un quart d'heure d'avance. Juste assez pour préparer le terrain.
Dans un silence pesant, il posa le dossier sur une étagère, celle qui contenait les outils nécessaires pour une éventuelle opération. Il but également une gorgée de son thé avant de laisser à côté du maigre dossier.
La pièce était grande et peu remplie, alors chaque pas, chaque geste, chaque son, était répété par un écho glacial. De ce fait, quand Donatien fit avancer le chariot à roulettes prêt de la table d'auscultation, le crissement des roues sur les dalles froides résonna. Table d'auscultation posée au milieu de la pièce, bien évidemment, non loin de l'étagère citée ci-dessus. Dans le fond de la salle, il y avait une longue armoire en aluminium, dans un gris métallique, qui contenait le matériel nécessaire pour le médecin. De ce fait Donatien l'ouvrit grâce à sa clé et se munit de gants, d'un masque blanc de protection et d'une blouse intacte.
Et parce que ce n'était qu'une séance d'auscultation et de découverte, Donatien ne posa qu'un simple scalpel sur le chariot, à côté d'une photocopie en noir et blanc du dossier d'A98 et de son carnet de notes. Il brancha ensuite une poche de morphine et hésita un instant à installer également une poche de sang. Finalement, il la garda de côté, en se disant qu'il l'utiliserait si nécessaire.
Enfin, il braqua le néon juste au dessus de la table d'auscultation qu'il avait recouvert d'un drap jetable de par sa matière similaire au papier. Il fit rouler le tabouret près de la tête de la table et soupira.
Ces derniers jours étaient caniculaires, l'incident avec S14 et l'ouverture de l'asile l'avait fatigué, et il recommençait ses insomnies. Il se fichait alors pas mal que la pathologie de A98 soit purement mentale, il avait besoin de sang.
Il jeta un coup d’œil à l'horloge murale.
C'était bientôt l'heure.



Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Lieux :: Bâtiment principal :: Aile A :: Étage trois : Salle de "soins"
Soigne-moi, ft. Anaé.

Sauter vers: