On s'les caille !, avec Nadia Snavely
 :: Lieux :: Dans le lointain :: La forêt brûlée

Messages : 283
Date d'inscription : 23/04/2017
Age : 14
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Z 01
Sam 20 Jan - 13:28
Elle était beaucoup plus convaincue, beaucoup plus déterminée, Loreleï. Elle avait mis ses démons et doutes au placard pour redevenir la boule d'énergie qu'elle était. Elle allait s'en sortir. Ils avaient prévu une tempête bientôt. Il y en avait eu une début janvier, mais elle n'avait pas été assez puissante pour couper l'électricité. Mais Loreleï y croyait : la prochaine serait la bonne.
D'habitude, pendant ses sorties, l'adolescente faisait du repérage. Elle cherchait des câbles endommagés, des coins idéals pour se cacher, essayait de retenir les emplacements des caméras de surveillance ("essayait", hein, parce qu'elle oubliait toujours), etc. Mais aujourd'hui elle voulait se balader. C'est tout.
L'infirmier derrière elle qui se fumait tranquillou sa petite clope, la suivait de près. Elle avait réussi à le convaincre un peu qu'elle n'était pas mauvaise, qu'elle n'était pas rebelle, qu'elle ne s'enfuirait plus jamais. Ce qui était faux.
Un peu nostalgique, elle observa la forêt. Les racines gelées craquaient sous ses pieds. Il faisait tellement froid qu'elle avait l'impression de perdre ses doigts. Etrange, il n'y avait pas de vent pourtant. Elle, elle avait la nuque dégagée alors elle avait le froid en écharpe. Les dents qui claquaient, ce genre de trucs.

« Putain on s'les pèle. Grouille-toi un peu Z01 ! », lui ordonna l'infirmier, agacé.

Loreleï souffla du nez mais retint une réplique acerbe. Quel culot il avait ! Lui il avait sa clope, des gants, un bonnet, un manteau hyper chaud et sûrement trois paires de chaussettes à ses pieds. Elle, elle avait juste son uniforme rouge. Juste des manches longues.
Elle s'arrêta un instant : le Journal était-il encore dans les parages ? Elle ne l'avait pas lu depuis si longtemps... Pendant un long moment ça avait été son espoir... Maintenant elle avait Cap et Aeden !
Elle zieuta les alentours : où s'était-elle enfuie avec la rousse ? Où avait commencé le massacre ? Qu'en était-il d'elle, d'ailleurs ? Elle la voyait à peine et Loreleï n'en entendait que du mal ... Dommage, elle avait l'air cool. Loreleï aurait aimé s'en faire une amie ...
Elle eut un frisson. Mais cette fois ce n'était pas parce qu'il faisait froid, mais parce qu'elle se souvint du corps encore chaud qui lui était tombé dessus. Ce meurtre, ce putain de meurtre.
Elle allait perdre toute sa joie de vivre quand elle repéra une silhouette au loin. Tiens : elle n'était pas la seule à se balader à la tombée de la nuit au milieu de la forêt brûlée ? Quoique, peut-être qu'il n'était que dix-sept heure : il faisait vite noir sur l'île.
Est-ce qu'elle pourrait aller lui parler ? Essayait de s'en faire une alliée ? Elle regarda son infirmier qui haussa les épaules. Il l'avait laissé causé avec Aeden après tout, pourquoi pas cette fille ?
Loreleï attendit de croiser son regard pour lui faire un signe de la main afin de la saluer.




Spoiler:
Meilleur espoir pour la révolution 2017/2018
Messages : 41
Date d'inscription : 24/07/2017
Age : 15
Localisation : Les enfers
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Y104
Ven 26 Jan - 16:46
Nadia était dans sa chambre et, comme souvent, elle s’ennuyait. Elle n'avait rien à faire dans sa chambre vide et se disait comme souvent qu'elle devrait se trouver quelque chose à faire. Elle se décida de sortir un peut afin de trouver quelque chose pour s'occuper dehors, avec un peut de chance les quelques plante qui avait repoussées depuis l’incendie lui suffirait pour se confectionner quelque chose. Elle réfléchissait en allant en direction de la forêt, elle pensait faire une de ces rares chose qu'elle avait eu la chance de toucher étant jeune, cette objet contenant deux boules reliées par une ficelle.
Arrivée dans la forêt la petite violette commença à chercher des plante poussant ici et là sur le sol stérile de l’hiver recouvert pas une fine couche de neige blanche comme la cendre. Ici et là des traces de pas plus ou moins présentes c'étaient imprimer sur la surfasse lisse et blanche. Nadia regardait derrière elle, devant, derrière, à droite, à gauche, aucune plantes n'avaient poussées à cause du dure froid de l'hiver pesant sur cette île. Bizarrement, Nadia aimait bien l'hiver, elle se moquait un peut du froid étant habitué à rester enfermée dans une cave, elle aimait bien cette saison car elle trouvait que l'aire qu'on y respirait était pure et revitalisant. Cette espace était l'endroit parfait pour quelqu'un venant mélancolique, rien qu'un bouffée remettait la violette sur pied. L'idée lui vin alors de s'allonger dans la neige et de se délecter de la fraicheur rénovant du sol, elle savait que, comme tout les ans, elle allait attraper plusieurs maladies présent dans la neige et à cause du froid mais se n'est pas ça qui allait l'arrêter, pour une fois que sa capacité de réactivité contre la maladie allait lui servir.
Elle s'allongea doucement, fermant les yeux, humant l'aire frais transportant l’odeur de l'hiver, méditant sur sa vie et se qui s'était passé durant l'année précédente tout aussi atroce que les autres. Elle se rendit compte que, pour une fois elle avait rencontrer des gens, d’abord cette tarée aux yeux clouant sur place et ce gentils jeune homme qu'elle vit quelques autres fois et avec qui elle s'entendait bien. Elle continuait de réfléchir en silence jusqu’à se que des bruit de pas et une voix ne la ramène à la réalité. La violette se leva, regardant autour d'elle avant d'apercevoir une patiente accompagnée d'un médecin sans doute en train de marcher. Comme ça l’intriguait, elle commença à marcher vers les deux silhouette, avec un peut de chance ça lui fera passer le temps.

hors RP : :
Ah! bha enfaite non j'ai pas pus l'écrire lundis XD. ( avait oublié mon exposé en français ^^) gomen.


La solitude est un plat fade où l'on choisit ses assaisonnements.
Messages : 283
Date d'inscription : 23/04/2017
Age : 14
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Z 01
Ven 2 Fév - 12:39
Bon, elle avait salué la silhouette mais celle-ci n'avait pas réagi. Est-ce que Loreleï l'avait rêvé ? Ou alors l'autre n'avait pas envie de lui parler ? Ce qui se comprenait : qui voulait être amie avec une patiente zéro ? Et même sans parler d'amitié, personne ne voulait se frotter à un Z.
Loreleï rumina, pestant contre la lâcheté des gens. Heureusement qu'il y avait des gens comme Aeden pour surmonter ça.
Elle se retourna quand même vers cette fille qui n'avait pas répondu à son signe de main. Elle avait de très longs cheveux et était pâle comme la lune. Elle semblait triste. Mais ça ne rebuta pas Loreleï, toujours dans l'excès, et surtout irritée par cette jeune fille.
Elle se précipita vers elle, avec un peu de difficulté parce que la neige la ralentissait et lui saisit brutalement le col de son haut. Le visage de Loreleï était rouge, à cause du froid et à cause de la colère.

" Hé, je suis peut-être une patiente Zéro mais je suis humaine okay ?!"

Elle prit le temps de regarder son interlocutrice dans ses yeux. Lorelei avait peut-être un visage poupon, mais quand elle s'énervait, on voyait en ses traits un Caïd.

"Donc quand je te dis bonjour, tu me dis bonjour."

hors rp:
Désolée de la brutalité mais c'est dans le caractère d Lore... Surtout que t'as pas réagi à son signe de main Smiling Face With Op




Spoiler:
Meilleur espoir pour la révolution 2017/2018
Messages : 41
Date d'inscription : 24/07/2017
Age : 15
Localisation : Les enfers
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Y104
Lun 5 Fév - 21:20
Nadia marchait vers le patient qui agitait ça main devant elle. C'était une fille, surement patiente zéro comme un accompagnateur la suivait. Alors que la silhouette agitait ça main Nadia, elle, ne bougeait que ça tête légèrement afin de garder ses mains sous près de son corps, n’ayant pas le courage de la relever. Alors que les deux jeune filles se rapprochaient l'une de l'autre, Nadia vis la patiente en face d'elle commençait à courir dans sa direction. Nadia pencha la tête, ne comprenant pas se qu'il se passait, jusqu'a se que l'autre patiente l'attrape par le col et la soulève de peut. C'était étrange pour la violette de voire une personne avec un aire si enfantin l'attraper brusquement par le col. La patiente lui dis :
-Hé, je suis peut-être une patiente Zéro mais je suis humaine okay ?!
Ainsi elle était donc belle et bien patiente zéro. Nadia commença à lui répondre :
-Bha oui, je t...
-Donc quand je te dis bonjour, tu me dis bonjour.
Nadia ne tilta pas tout de suite, elle lui avait répondu non? Ce fut à peine à se moment que la violette se rendit compte que son interlocuteur n'avait sûrement pas vu son petit signe de la tête. Bien qu'elle avait tord et qu'elle le savait, elle voulait garder la tête haute en espèrent que pour une fois elle y arriverait sans faire peur à l'autre patiente, voir qu'elle devienne amis. Bien que cela faisait maintenant plus d'un an qu'elle était là et que seule deux personnes lui avait vraiment parler dont une qui avait fini par la tabasser avec un seul œil, la violette espérait encore pouvoir se faire une amie. Elle lui répondit donc :
-Se n'est pas par se que tu ne l'as pas vu que je ne t'ai pas répondu.
Elle commença à lever la tête afin de montrer un semblant de fierté avant de se rendre compte que c'était très génant.


hors rp:
pourquoi tant de haine et de vivacités en vers Nadia qui est si calme. J’espère que ça te conviens


La solitude est un plat fade où l'on choisit ses assaisonnements.
Messages : 283
Date d'inscription : 23/04/2017
Age : 14
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Z 01
Lun 26 Fév - 13:03
Elle avait l'air fragile la violette, et cela calmait Loreleï mais l'énervait en même temps. D'un côté l'autre patiente n'avait pas l'air méchante, alors Loreleï n'avait pas de raison de s'énervait contre elle plus longtemps. Mais d'un autre côté ses bafouillements et airs perdus l'irritait. Quoi ? Il n'y avait que des faibles à l'Institut ? Bon sang, on ne menait pas une révolution avec de pareilles personnes !
Oui, elle était de mauvaise humeur aujourd'hui. Vivement qu'elle sorte.

« Ce n'est pas parce que tu ne l'as pas vu que je ne t'ai pas répondu.»

Hein ?
Loreleï fronça les sourcils, ne sachant pas trop comment le prendre. Est-ce qu'elle était en train de lui dire qu'elle était bête ? Que c'était de sa faute ?
De base, le faciès de la binoclarde était bien trop mignon pour faire peur. Mais là, ça devenait la goutte de trop. Ses traits se crispèrent, ses yeux s'écarquillèrent.
Elle approcha son visage de celui de la violette, menaçante.

« Est-ce que t'es en train de te foutre de ma gueule ? »

Le Caïd qu'elle avait été revenait petit à petit. Putain. Pourtant elle n'avait pas l'air méchante la violette. Juste au mauvais endroit au mauvais moment.


hors rp:
whoa, j'avais pas vu que tu m'avais répondu ! Pardon du retard !




Spoiler:
Meilleur espoir pour la révolution 2017/2018
Messages : 41
Date d'inscription : 24/07/2017
Age : 15
Localisation : Les enfers
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Y104
Lun 12 Mar - 20:43
Alors que la gêne commençait à devenir palpable, la violette vit le visage de son interlocuteur changer d'air. Les sourcil froncés, elle rapprocha leur deux visage et, agressivement dit :

-Est-ce que t'as en train de te foutre de ma gueule ?

Nadia comprit aussitôt la gravité de ses paroles. Elle qui pensait qu'elle pouvait passer outre de ce moments gênant. Si elle ne se rattrapait pas, elle allait surement passer un sale quart d'heure. Nadia commença à réfléchir à toute vitesse, essayant de trouver un moyen de sortir de cette impasse.
Devait-elle reculer ? Répondre à la violence par la violence ? Faire la pauvre petite sans défenses ? Elle n'en savait rien. Ce n'était pas de sa faute, à part les médecin, elle n'avait parlé qu'a trois voir quatre personnes de l'année. L'interaction sociale c'était vraiment pas son truc !
La jeune fille opta finalement pour quelque chose de simple qu'elle espérait pouvoir faire, elle ne disait que ça dans son passé. Les seules paroles qu'elle avait appris : Les excuses.

-Désolé, j'ai pas vraiment l'habitude de parler avec des gens. J'imagine que je voulait avoir l'aire cool ou quelque chose dans le genre. Donc sinon, comment tu t’appelles ?

Nadia se trouvait vraiment nul. Elle venait de s'embrouiller avec quelqu'un et la première chose qu'elle pense a demander c'est son prénom. Si l'autre fille lui en collait une, Nadia comprendrait, bien que ça ne soit pas une de ses passions premières.
La violette pria intérieurement pour que son interlocuteur comprenne son incapacité discuter.


La solitude est un plat fade où l'on choisit ses assaisonnements.
Messages : 283
Date d'inscription : 23/04/2017
Age : 14
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Z 01
Mar 20 Mar - 19:47
«Désolé, j'ai pas vraiment l'habitude de parler avec des gens. J'imagine que je voulait avoir l'aire cool ou quelque chose dans le genre.»

Loreleï se calma petit à petit alors que l'autre s'excusait. Elle semblait sincère et il était vrai que Lore avait un sacré tempérament. Elle démarrait au quart de tour, surtout aujourd'hui. Ces derniers temps un rien la mettait en colère. Pourtant elle n'avait pas ses règles ...

«Donc sinon, comment tu t’appelles ?»

Loreleï eut un petit sourire. Elle secoua sa chevelure d'une main en regardant ailleurs. Elle aimait qu'on lui pose cette question. Elle aimait surtout aller contre ce qu'imposait l'Institut.

« Loreleï. Loreleï Hexe. Retiens bien mon prénom.»

Puis, se disant qu'elle était un peu dure alors qu'elle n'avait aucune raison de l'être, elle baragouina un vague : « s'il te plaît». Elle hésita à s'excuser de s'être emportée puis se retint. Ce n'était pas son genre.
Mais ça ne l'empêchait pas de retourner la politesse.

« Et toi ? C'est quoi ton nom ? »




Spoiler:
Meilleur espoir pour la révolution 2017/2018
Messages : 41
Date d'inscription : 24/07/2017
Age : 15
Localisation : Les enfers
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Y104
Mer 28 Mar - 21:09
-Loreleï. Loreleï Hexe. Retiens bien mon prénom.

Ouf! Nadia fut vite rassurée que la dite Loreleï ne l'ai pas mal prit ou quelque chose du genre. Elle crut même entendre un petit "s'il te plaît" mais n'en était pas sûre.

-Et toi? C'est quoi ton nom?

Contente  qu'on lui dise quelque chose d’inhabituel, la violette répondit rapidement :

-Je... Je m’appelle Nadia Snavely. J’espère qu'on s'entendra bien!

Ho que oui elle l’espérait, elle l’espérait de tout son coeur qui, de toute son existence, n'avait pas connue beaucoup de chaleur. Elle s'imaginait enfin être comme ces personnes qu'elle voyait dans ces livres qu'elle lisait. Seulement, son moment d'euphorie s'arrêta rapidement quand elle se rappela de l'institut où elle se trouvait. Elle espérait quand même nouer un liens d'amitier ou du moins, se qui s'en rapprochait. Déjà, elle lui avait parlé, pendant plus d'une minute qui plus est et, rien que pars se fait, sa journée en fut égayée. Bien que Nadia sentait que l'esprit de Lorleï et le sien était totalement contraire, elle avait l'impression que la jeune fille aux cheuveux rose serait de bonne compagnie et deviendrait sûrement une bonne amie. Mais ça, seul l'avenir en a la réponse!


La solitude est un plat fade où l'on choisit ses assaisonnements.
Messages : 283
Date d'inscription : 23/04/2017
Age : 14
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Z 01
Sam 31 Mar - 19:37
Elle avait l'air plutôt contente l'autre fille, alors Loreleï perdit totalement sa colère. Elle se sentit même un peu coupable d'avoir haussé la voix. Elle se pinça les lèvres, honteuse, et donna un petit coup de pied dans la neige pour dissimuler sa gêne.

« Je... Je m’appelle Nadia Snavely. J’espère qu'on s'entendra bien! »

Loreleï regarda de nouveau son interlocutrice et lui fit un sourire.

« Oui, c'est un plaisir de te rencontrer. Encore désolée mais c'est un peu la merde en c'moment.»


Pour mieux s'expliquer elle lui désigna sa propre tenue : l'uniforme des patients, mais le sien était rouge bien sûr, propre aux patients zéro. Avec cette putain d'étiquette sur la poitrine sur laquelle on pouvait lire Z01. Quelle merde franchement !
Elle fit la grimace en y repensant puis observa les alentours. Il faisait hyper froid, mais Loreleï ne trouvait pas ça douloureux. En revanche, elle savait que ça pouvait l'être alors elle chercha des signes de souffrance chez son interlocutrice : une chair de poule, ou des dents qui claquent mais ça avait l'air d'aller.
La châtain ne savait plus trop quoi dire mais elle n'avait pas envie de partir, alors elle dit ce qui lui passait par la tête :

« C'est chaud du slip en ce moment ici. J'sais pas si t'es là depuis longtemps, mais moi ça fait presque un an et ça m'a tellement changé. J'veux dire, j'étais tellement pas la même avant et là ... »

Elle serra le poing en pensant à son frère qui s'était démené pour la rejoindre, à Aeden qui méritait d'être ailleurs ... A tous les patients en fait. Merde, elle recommençait à s'énerver. Elle pensa au surveillant qui devait la surveiller qui attendait depuis un moment maintenant mais réalisa qu'elle s'en foutait.

« J'ai juste envie de tous les buter...»


Marmonna-t-elle rageusement entre les dents.

hors rp:
A part tes dernières lignes, il n'y avait presque pas de fautes. C'était beaucoup plus agréable à lire du coup et j'espère que tu continueras comme ça ^.^




Spoiler:
Meilleur espoir pour la révolution 2017/2018
Messages : 41
Date d'inscription : 24/07/2017
Age : 15
Localisation : Les enfers
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Y104
Dim 8 Avr - 21:07
-Oui, c'est un plaisir de te rencontrer. Encore désolée mais c'est un peu la merde en c'moment.

A ces paroles, Nadia souri. Oui Loreleï avait employé un terme un petit peu familier et la violette n'en avait pas l'habitude mais cela voulait surement dire que la rose acceptait la demande de l'autre. Nadia était pourtant bien curieuse de savoir la raison des paroles de son interlocutrice.

-C'est chaud du slip en ce moment ici. J'sais pas si t'es là depuis longtemps, mais moi ça fait presque un an et ça m'a tellement changé. J'veux dire, j'étais tellement pas la même avant et là ...


Nadia, elle, ne connaissait pas se sentiment. Si elle avait parlé quelques fois à un garçon au parc accompagnant ça mère, elle avait presque parlé autant à l'institut que dans le reste de sa vie. Au moins ici elle était soigné des coups qu'elle se prenait. Elle considérait l'institut comme une opportunité d’échapper à ses "parents". Les paroles de la rose ne l'intriguèrent pas pour autant car elle avait comprit depuis un bout de temps maintenant que l'institut était horrible pour les gens normaux. Encore plus pour les patients Zeros comme devait l'être Loreleï vu les vêtements qu'elle portait.

-J'ai juste envie de tous les buter...

L'interlocuteur de la violette semblait sérieuse, si sérieuse qu'elle convainquit Nadia sans rien lui avoir demandé. Après tout, si elle sortait de là, peut-être qu'elle aurait enfin une vie paisible. De plus elle se serait fait une amie ou peut être plusieurs. Enfin de quoi se bouger, se dépenser, avec une récompense qui plus est. Comment refuser? Un petit rictus

-Besoin d'aide? Un héro peu avoir un acolyte.


Enfin Nadia avait dit une belle phrase et normalement. Avait-elle de quoi être fière? Non? Tempi! Elle l'était!

Hors RP :
Sérieux? Ouaiiiiiiiii !
Là non plus? J'essaye de m'améliorer comme je peux ^^.
couleur de mon texte : 990066


La solitude est un plat fade où l'on choisit ses assaisonnements.
Messages : 283
Date d'inscription : 23/04/2017
Age : 14
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Z 01
Mer 18 Avr - 17:39
Si seulement Loreleï pouvait tous leur faire bouffer leur sale égo de merde. Elle en avait tellement marre. Elle s'attaquait même à une pauvre inconnue. Elle avait l'air un peu malheureuse en plus, et Loreleï ne rajoutait certainement qu'une couche à son désespoir. Tous les patients étaient le même sac après tout.

« Besoin d'aide? Un héros peu avoir un acolyte.»

Loreleï sourit. Un héros ? Elle ? Vraiment ? C'était Cap, son frère, le héros. Et elle était l'acolyte. Nadia voyait-elle en elle un héros ? C'était beaucoup trop touchant. La châtain culpabilisa même d'avoir été agressive.

« Ca risque d'être dangereux ... Je ne sais pas si mon acolyte en serait capable ... »

Elle appuya son propos d'un clin d’œil malicieux. Puis elle avança un peu et observa les horizons. Elle avait envie d'en savoir plus sur cette fille mais n'osa pas trop lui en demander plus. Elle avait l'air fragile c'était pour ça.
Lui tournant le dos, les cheveux dans les vent, elle voulut quand même satisfaire sa curiosité :

« Alors Nadia ? Tu serais assez forte ? Qu'as-tu vécu qui t'as rendue plus forte ? »

C'était sûrement prétentieux comme façon de parler ou de voir les choses, mais bon ...




Spoiler:
Meilleur espoir pour la révolution 2017/2018
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Lieux :: Dans le lointain :: La forêt brûlée
On s'les caille !, avec Nadia Snavely

Sauter vers: