BY FIRE BU PURGED !
 :: Lieux :: Dans le lointain :: La forêt brûlée

Messages : 24
Date d'inscription : 18/02/2018
Age : 17
Localisation : Á la recherche de Francis
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Y89
Dim 25 Fév - 3:18
By fire by purged !Rencontre dans les boisAdèlys VAlcourt & Dante BecchinoLes gardes me cherchaient afin m'emmener à l'isolement, j'avais réussi à me casser par une fenêtre de la chambre d'Aeden, je les attendais beuglés à l'arrière, je continuais de me courir en étant mort de rire, celui-ci raisonnait dans la fôret brûlée, lieu dont je ne connaissais même l'existence avant de me perdre dedans à l'instant. Je marchais à pas lent dans cette hécatombe, si on pouvait appeler cela ainsi, tout était réduit en cendre, ça me rappelait une fameuse réplique hurlé par une personnage dans un MMORPG ultra connu, j'hurlais alors la même phrase en sortant la carcasse de mon briquet tempête

"PAR LE FEU SOYEZ PURIFIÉ !"

Je me marrais à nouveau tout seul dans la fôret, j'étais vraiment à l'ouest quand j'y repensais, mais même si cette fille ultra bizarre avait gâché mon début de journée, savoir que des gardes me cherchaient sans me trouver, c'était quand même ultra drôle et en plus ça me permettait de décontracter un peu, l'adrénaline qu'avait sécrété mon système nerveux à cause de l'autre m'avait mis à cran. Je continuais tout de même ma randonner entre les souches calcinées jusqu'au moment où je cru apercevoir ce qui ressemblait à une sorte de chaise au loin, j'avais l'impression de débloquer, mais plus j'approchais, plus ça ressemblait à une chaise, curieux, je continuais d'approcher tout en jouant avec le clapet de ma carcasse, il semblait y avoir quelqu'un sur cette chaise... Une fois un peu plus proche, j'avais compris que c'était un fauteuil roulant avec ce qui semblait être une fille dessus, j'arrivais derrière, elle ne semblait pas vraiment m'avoir remarqué, même avec tout le boucan que j'avais fait avant, une fois à porter de toucher, sans avoir l'intention de lui faire peur, de simple mots sont sortis de ma bouche

"Heu, buongiorno ?"

La petite tourna d'un coup la tête en ma direction, surprise, ou en colère, c'était vachement étrange en réalité, elle était toute petite, on aurait dit une enfant dû à ses traits de visages très fins, sa paleur excessive. D'ailleur, en parlant de ça, toutes les meufs de cette institut sont pâles comme jamais ou on se joue de moi ? Je me pose vraiment la question pour le coup... Mais bref, je disais que sa paleur renforçait cet aspect enfantin, de plus ses cheveux qui avaient fait un grand mouvement dans le vent lors de son regard vint se poser dans le mien, des cheveux longs, très longs, sombres, ils étaient beaux, moi j'aimais bien. Je m'approchais alors d'elle en lui tendant là main.

"Je m'appelle Dante, je suis nouveau ici, t'es une patiente toi aussi ? Qu'est-ce que tu fais là ?"

Je m’asseyais alors à côté d'elle, me frottant les mains

"'Fait pas chaud hein ? Héhé."

© YOU_COMPLETE_MESS
Messages : 412
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 17
Localisation : Dans la cour.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fondateur
Lun 26 Fév - 18:48
ft. Dante Becchino
qui est ce grand dadet ?

by fire be purged

Ce n'était pas simple de se rendre au lac, surtout à l'abri des regards. Adèlys avait du partir tôt après avoir déjeuné, ne serait-ce que pour éviter d'être repérée trop facilement par les gardes. Elle n'avait pas vraiment le droit de partir à l'improviste, mais elle savait qu'ils ne pourraient pas l'empêcher d'y aller. Ce n'étaient pas des endroits totalement interdits.

Alors, avec son fauteuil roulant, elle tenta de braver le froid, le reste de neige et l'air glacial. Heureusement, elle avait mis ses gants, son écharpe et son bonnet, le tout accompagné de sa grosse doudoune. Hors de question qu'elle profite d'un air pur et sain en ayant la chair de poule et le visage se faisant mordre par le froid.

Elle continua son petit bout de chemin, les pensées vers sa famille, son souffle s'étouffant dans son écharpe et les mains agrippant les roues du fauteuil, tentant de les débloquer autant qu'elle pouvait. En effet, les rayons de ses roues se prenaient dans les divers branchages restants de l'incendie. Elle en avait assez de cette forêt mourante. Et dire que c'était en parti de sa faute... Elle avait détruit un de ses endroits favoris... Partie en fumée...

"Heu, buongiorno ?"

Son coeur fit un bond dans sa poitrine, tandis qu'elle se retournait vers cette voix. Elle appartenait à un homme très grand, et avec une masse musculaire assez développée. En tout cas, ce qui était sûr, c'était qu'il était d'origine italienne. Ou il aime beaucoup cette langue.
Elle se tourna entièrement vers lui, et le regarda avec un air interrogateur.

"Je m'appelle Dante, je suis nouveau ici, t'es une patiente toi aussi ? Qu'est-ce que tu fais là ?"

Elle serra la main qu'il lui tendit, tout en lui souriant. Il était peut-être moins méchant que son apparence laissait supposer. Et puis, ne pas juger sur son paraître, ce serait idiot de sa part. Ce n'était pas parce qu'elle était clouée sur son fauteuil qu'elle ne savait pas répliquer.
Elle le laissa s'installer à côté d'elle pendant qu'elle l'observa.

"'Fait pas chaud hein ? Héhé."

Elle rit face à ce constat. Effectivement, chaud n'était pas l'adjectif le plus approprié pour décrire le temps de ces jours-ci. Elle écarta son écharpe de sa bouche, affichant ainsi son sourire sincère. Il avait l'air d'être très extraverti, très amical. Ni même prise de tête. Quelqu'un de très simple, en somme.

- Moi c'est Adèlys, enchanté. Et oui, je suis patiente ici. Enfin, je crois que ça se voit, haha !

Elle retira son écharpe et lui tendit. C'était vrai qu'il n'était pas vraiment couvert. Elle ne savait pas quelle pathologie il avait, mais il devait bien y avoir une raison. Il avait l'air costaud, peut-être était-ce en rapport avec ça ?
Dans tous les cas, ce n'était pas la pathologie qui le définissait. Enfin, elle l'espérait. Elle n'avait pas envie de faire face à un meurtrier ou un psychopathe. Et puis, tous les meurtriers n'avaient pas une telle allure.

- J'allais au lac, mais je préfère passer par la forêt... Enfin, ce qu'il en reste. Il y a moins de gardes qui passent par ici.

Elle finit par hausser un sourcil, et lui retourner la question :

- Et toi, Dante ? Qu'est-ce que tu fais ici, à l'Institut ?


Je pense qu'on devrait tous s'allier...
On devrait tous avoir confiance en nos propres capacités. Si on unie nos forces, tout est possible et peut-être qu'on pourra enfin sortir de cet enfer... by lizzou.
Messages : 24
Date d'inscription : 18/02/2018
Age : 17
Localisation : Á la recherche de Francis
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Y89
Dim 4 Mar - 16:10
By fire by purged !Rencontre dans les boisAdèlys VAlcourt & Dante BecchinoLa petite riait à ma remarque sur la chaleur ambiante, au moins, elle n'était pas froide, au contraire même, elle semblait super amical, et très gentille

"Moi c'est Adèlys, enchanté. Et oui, je suis patiente ici. Enfin, je crois que ça se voit, haha ! "

" Bof, on sait jamais tu sais. Disais-je en ricanant. Je m'attend à tout dans cette endroit à la con "

La jeune-femme retira alors son écharpe et me la tendit, visiblement, elle était un peu empathique, je pris le bout d'étoffe sans broncher et la mit autour de mon cou, en sachant que je portais juste mon T-shirt avec mon pantalon et mes chaussures de patient, une écharpe n'allait pas vraiment aider mais c'était mieux que rien après tout.

"J'allais au lac, mais je préfère passer par la forêt... Enfin, ce qu'il en reste. Il y a moins de gardes qui passent par ici. "

"Le lac ? Je me levais doucement et prit le fauteuil roulant par les deux poignées se trouvant derrière celui-ci. Indique moi le chemin alors, je sais pas du tout où ça se trouve pour le coup. Disais-je en ricanant"

Après quelque mètres, Adèlys me posa la question que tout le monde posait à tout le monde dans cette institut

" Et toi, Dante ? Qu'est-ce que tu fais ici, à l'Institut ? "

"Moi ? Je sais pas trop au final, je crois que l'État Italien en avait ras de le bol de moi, je faisais parti d'une mafia Italienne, j'ai tué une trentaine de personnes si j'ai bien compté. Surement à cause de ça, quoi que, je me demande si c'est pas à cause du fait que mon système nerveux secréte une quantité d'adrénaline plus élevé, je crois qu'un des medcins de la Camorra avait dit un truc du genre et comme il y a plein de gens "spéciaux" ici, je me dis que c'est aussi un peu à cause de ça. Mais je compte clairement pas rester dans ce trou à rat trop longtemps, je compte bien le mettre à feu et à sang pour le rebatire comme il devrait l'être. Un lieu de repos et de paix. Pas cette merde de prison camouflé. Mais bref, pour répondre, je suis sûrement la à cause des meutres que j'ai fait en Italie, mais ils l'avaient cherché hein, je vais tuer personne du moment qu'on me cherche pas des noises"

Le temps de raconter le fait que j'étais un tueur rechercher à seulement 17 ans, nous étions arrivé au lac, il était gelé, brillant, un havre de paix, on entendait que le bruit du vent, un grand silence c'était posé, comme si j'avais dit quelque chose qu'il en fallait pas dire. De simples paroles sortirent alors de ma bouche.

"C'est beau..."

© YOU_COMPLETE_MESS
Messages : 412
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 17
Localisation : Dans la cour.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fondateur
Jeu 8 Mar - 20:45
ft. Dante Becchino
qui est ce grand dadet ?

by fire be purged

Elle n'avait pas eu le temps de réagir qu'il avait déjà ses mains sur les poignets du fauteuil. Elle se retourna et l'observa quelques secondes, se demandant s'il était bon ou mauvais. Si elle pouvait lui faire confiance au point de le laisser la diriger. De toute façon, elle n'avait pas le choix. Elle ne pourrait jamais se défendre correctement contre un homme de cette carrure. Elle se laissa donc faire.

Il répondit finalement à sa question par un long... Long monologue. Elle ne pensait pas qu'un tel garçon soit à ce point pipelette, mais c'était agréable. Cela comblait le silence qui régnait habituellement sur la forêt.

"Moi ? Je sais pas trop au final, je crois que l'État Italien en avait ras de le bol de moi, je faisais parti d'une mafia Italienne, j'ai tué une trentaine de personnes si j'ai bien compté. Surement à cause de ça, quoi que, je me demande si c'est pas à cause du fait que mon système nerveux secréte une quantité d'adrénaline plus élevé, je crois qu'un des medcins de la Camorra avait dit un truc du genre et comme il y a plein de gens "spéciaux" ici, je me dis que c'est aussi un peu à cause de ça. Mais je compte clairement pas rester dans ce trou à rat trop longtemps, je compte bien le mettre à feu et à sang pour le rebatire comme il devrait l'être. Un lieu de repos et de paix. Pas cette merde de prison camouflé. Mais bref, pour répondre, je suis sûrement la à cause des meutres que j'ai fait en Italie, mais ils l'avaient cherché hein, je vais tuer personne du moment qu'on me cherche pas des noises."

Adèlys devint immobile sur sa chaise, les yeux rivés sur l'horizon, écarquillés. Que venait-il de dire ? Il faisait parti de la mafia italienne, et c'était l'Etat italien qui l'a envoyé sur l'Île... ?
Elle se mit doucement à sourire. C'était probablement un mensonge, une histoire inventée. Sa pathologie était peut-être d'avoir une immense imagination ? Il y avait tellement de tout ici...

Et puis, elle préférait penser que la personne qui décidait d'où elle allait n'avait pas de sang sur les mains. Mais aussi parce que Dante était à quelques centimètres d'elle. Un meurtrier n'a pas besoin de vraies raisons pour tuer s'il l'a fait plusieurs fois. Il le fait s'il en a envie.

Elle n'empêcha pas son corps de se contracter et de se tendre avec ce flots d'informations. Si ce qu'il disait été vrai, alors elle avait intérêt à se tenir à carreaux, encore plus que d'habitude/

"C'est beau..."
- Oui...

Difficile de dire le contraire. Cette endroit était étincelant, encore plus que d'habitude. Les saisons transformaient le lac en différentes merveilles, mais toutes aussi somptueuses les unes des autres. Le lac gelé reflétait les rayons du soleil comme il ne peut le faire en été, les feuilles tombées des arbres ont atterri gracieusement sur la glace, créant un parterre aux milles et une couleur.
C'était vraiment un cadre sublime.

Elle se racla la gorge, en manque de sujet de conversation. Elle ne savait pas trop quoi lui dire, à ce grand dadet. Cependant, quelque chose la titilla...

- Si tu réduis cet endroit en cendre, on sera tous mort. Le feu se propage très vite. Trop vite ici.

Des frissons parcoururent son corps, les souvenirs de cette nuit incendiaire lui revinrent à l'esprit. La forêt brûlée était tout ce qui restait de cet épisode effroyable. Elle ne savait pas ce qui était advenu des patients ni même des gardes. Elle ne savait pas ce qui avait déclenché l'incendie. Ce qui était sûr, c'était que les gardes avaient découvert cet adieu et qu'un incident a produit cette catastrophe. Tout le monde aurait pu y passer...

- Je te conseille quand même de faire profil bas... Ils ne rigolent pas sur les sanctions, ici.


Je pense qu'on devrait tous s'allier...
On devrait tous avoir confiance en nos propres capacités. Si on unie nos forces, tout est possible et peut-être qu'on pourra enfin sortir de cet enfer... by lizzou.
Messages : 24
Date d'inscription : 18/02/2018
Age : 17
Localisation : Á la recherche de Francis
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Y89
Ven 30 Mar - 15:26
By fire by purged !Rencontre dans les boisAdèlys VAlcourt & Dante BecchinoLes reflets du soleil sur l'eau qui était devenus de la glace créaient de petites étoiles sur la surface de celle-ci, j'aimais bien ce genre d'endroit, ça peut paraître étrange, beaucoup de gens me voyant comme une grosse brute qui ne fait que taper mais Jesus a dit : "Tu aimeras ton prochain comme toi-même", c'est une phrase que j'aime beaucoup, je l'ai même gravé sur mes côtes droites. Je respecte ces paroles, mais parfois, comme m'a dit le Padre le jour où il m'a donné mon briquet et mon premier pistolet "È triste, ma a volte la saggezza passa attraverso la carneficina". Il est vrai que ces deux phrases étaient très contradictoires, et pourtant, tout sonnait claire dans ma tête, "Respecte ceux qui te respectent". C'est pourtant simple à comprendre, mais les gens jugent aux physique... C'est dommage, mais je ne vais pas me plaindre d'avoir une image de caïd, c'était mon surnom après tout "Le Petit Caïd"

Le silence m'avait parmi de réfléchir à tout ça en même temps que je jouais avec le clapet de mon briquet, j'entend la petite se racler la gorge, le silence devait là mettre mal à l'aise, j'ai toujours aimé le silence, ressasser le passer, méditer, entendre mon cœur battre à grande vitesse, je me souviens le jour où j'ai entendu un cœur normal battre, je trouvais ça tellement lent... La voix de la gamine raisonnait alors

"Si tu réduis cet endroit en cendre, on sera tous mort. Le feu se propage très vite. Trop vite ici."

Après un petit temps de silence, j'explosais de rire.

"Mais noooon, je compte garder cet endroit intact dans sa forme, les bâtiments peuvent être refaits, le bureau du boss sera le miens, on replanteras une foret là où était l'ancienne, je ferai emménager une plage près des côtes, et pour le personnelle, ça va être très simple "Soumettez vous ou mourrez", rien de plus simple non ?"

Je me tournait en direction de la petite en levant mon pouce, les yeux pleins de conviction et un sourire presque provocateur tant il était assuré et vicieux en même temps. Par la suite la petite baissa la tête.

"Je te conseille quand même de faire profil bas... Ils ne rigolent pas sur les sanctions, ici"

Je me suréleva sur un roché un peu en avant, le soleil était dans mon dos, assombrissant mon visage et le reste de mon corps via le contre jour

"Cet endroit... Me fait penser aux extrémistes Chrétiens... Ils ont une parole divine et parfaite... La Bible. Mais ce qu'ils en font... De la simple merde... Et ici c'est pareil, nous somme dans un Paradis et pourtant, ils nous font vivre l'Enfer. Je sortais ma main droite de ma poche, là où était tatoué "D.E.A.D", je sera le poing avant de le tendre à l'adolescente en face de moi. Je vais prendre cet endroit, quoi qu'il m'en coute, et si je meurs, je ferai en sorte qu'une autre prenne ma place."

Le vent souffla d'un coup, soulevant un peu mon T-shirt, dévoilant certaines petites cicatrices, mon visage sombre renforçait le côté dramatique de la scène en plus de me grandir encore plus. Je me tenais droit, face à elle

"T'es avec moi ?"

© YOU_COMPLETE_MESS
Messages : 412
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 17
Localisation : Dans la cour.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fondateur
Dim 15 Avr - 14:32
ft. Dante Becchino
qui est ce grand dadet ?

by fire be purged

Lorsqu'il avait parlé avant qu'elle ne le prévienne du danger, elle avait l'impression qu'il voulait instaurer une nouvelle dictature, mais au profit des patients et à l'instar du personnel... Une dictature pour en remplacer une autre ? "Soumettez-vous ou mourrez " ? Non, non...
Non.
Non.
Enfin non.
C'était encore pire que l'Institut en lui même. Enfin...
Non.
Personne ne devait mourir. Pourquoi doit-on toujours tout régler par la violence ? Pourquoi les gens ne peuvent-ils pas s'entraider, penser les uns aux autres ? Ou alors, peut-être qu'il blaguait... Comme lorsqu'il disait qu'il faisait parti de la mafia italienne ?
On disait qu'on ne devait pas juger un livre à sa couverture, mais dans le cas de Dante... Elle espérait qu'il blague. Etait-ce seulement le cas ?
Elle avait toujours l'impression d'espérer, encore et toujours, et ce sans résultats.

"Cet endroit... Me fait penser aux extrémistes Chrétiens... Ils ont une parole divine et parfaite... La Bible. Mais ce qu'ils en font... De la simple merde... Et ici c'est pareil, nous somme dans un Paradis et pourtant, ils nous font vivre l'Enfer. Je vais prendre cet endroit, quoi qu'il m'en coute, et si je meurs, je ferai en sorte qu'une autre prenne ma place.""

Adèlys observait son poing. "D.E.A.D."
Il ne blaguait pas.

Elle fronça les sourcils.
Il ne blaguait pas.

Elle leva les yeux vers lui.
Il ne blaguait pas.

Elle secoua la tête de gauche à droite.

"T'es avec moi ?"

Ils avaient plus ou moins le même objectif, mais... Mais non. Elle n'était pas avec lui. Si pour lui remplacer une dictature par une dictature était le choix à faire, alors non. Clairement, elle préférait l'Institut à prendre part à un tel renversement.
Elle secoua la tête une seconde fois.

- Remplacer une dictature par une dictature ? Tu penses vraiment que c'est "la" solution ?

S'il faisait parti de la mafia, si l'Etat italien n'en voulait plus, s'il est si dangereux qu'il le prétend, elle devrait avoir peur. Mais elle était tellement en colère. En colère contre lui et ses idées stupides. Il n'avait aucune idée de ce qu'il se passait ici, et pensait que la violence résoudrait les choses. Bah tiens ! Tant qu'à faire, il devrait installer une maison close et battre les femmes !

- Désolée, mais il y a d'autres moyens plus pacifistes et efficaces que juste faire de la violence. Je préfère ma méthode.


Je pense qu'on devrait tous s'allier...
On devrait tous avoir confiance en nos propres capacités. Si on unie nos forces, tout est possible et peut-être qu'on pourra enfin sortir de cet enfer... by lizzou.
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Lieux :: Dans le lointain :: La forêt brûlée
BY FIRE BU PURGED !

Sauter vers: