Bienvenue,   !
Institut Espoir

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Partenaires

News

12/12/2018
Doutes : -15% ; Révolution : +15% (Preuve Cannibale & Kan + Preuve Alexander + Preuve Lucy)
05/11/2018Rôle d'espions à pourvoir

Première impression FT:W05

avatar

Messages : 196
Points de confiance : 24
Date d'inscription : 02/03/2018
Age : 20

W100
La nuit avait été réparatrice, je m’étais endormie peu après avoir pris le repas du soir. Ne sachant pas exactement l’heure qu’il pouvait être, j’allumais la lumière de chevet. Le petit cadran indiquait 4:50.

Il m’arrivait souvent de m’éveiller à cette heure, surtout quand je me couchais trop tôt. J’avais bel et bien dormi huit heures comme le réclamait le règlement, hésitant à me recoucher je fixais la petite aiguille se balader sur les chiffres. Je glissais un pied hors de la couverture, je pourrais me recoucher après une bonne douche, Enfin si j’étais encore fatiguée.

Une fois bien étirée, je regardais de nouveau l’heure, attendant sagement l’heure permise.
5:00 arriva, je pris mon nécessaire pour la douche ainsi qu’une serviette.
C’est chargée de mes effets pour la douche et en chemise de nuit que je quittais ma chambre refermant doucement la porte derrière moi.

Me faufilant jusqu’au deuxième étage, je me choisis une douche au hasard.
J’avais déjà retiré mes vêtements quand je vis la serrure de la cabine, elle semblait ne pas se fermer aussi bien que les autres, mais peu m’importait, je déposais ma serviette sur la porte pour faire savoir qu’elle était occupée. De toute façon même sans cela, il y avait peu de chances que quelqu’un se soit levé à cette heure pour se doucher.

Comme toujours, je tirais le rideau avant d’entrer, ouvrant le robinet bien à l’abri. L’eau me semblait bien tempérée quand je me glissais sous la cascade d’eau.

Me savonnant comme il se devait je pris le temps d’examiner un peu mon corps, depuis mon arrivé me semblait légèrement changé. Les médecins de cet endroit tenaient à ce que l’on ait une bonne hygiène de vie et cela incluait l’alimentation.
Je sentais encore bien mes os sous ma peau, mais ils me semblaient moins saillants qu’avant mon arrivée. Palpant ensuite mes jambes je remontais jusqu’à mes fesses, sans doute un peu petites, j’haussais les épaules peu importe. Je terminais mon examen corporel par la poitrine.

La jeune fille qui avait partagé le lit adjacent au mien quelque temps à l’hôpital, m’avait déjà Dis que je devrais la mettre un peu plus en valeur, histoire de plaire. Elle ne comprenait pas que l’idée ne m’était pas naturelle, je vivais dans un hôpital pensant bien y rester toute ma vie je n’avais jamais pensé qu’une personne qu'elle qu'elle soit puisse éprouver une attirance pour ma personne.

Frôlant la courbure de l’un de mes seins, je continuais à penser à cette ancienne voisine de lit, de jolis seins selon elle, une intuition, elle le « devinait » sous ma camisole.
Je souris, ce n’était sans doute que des paroles pour passer le temps, mais ça m’avait marqué. Cette fille avait été la seule  à me parler de séduction, de désir. J’avais seize ans dans le temps, mais malgré les années je n’avais pas cherché à en savoir plus. Les gens chargés de mon apprentissage avaient dû conclure que ça ne me serait jamais nécessaire car eux non plus n’abordaient jamais le sujet.

Je cessais cet examen pour me reprendre mon lavage où je l’avais laissé. Les cheveux couverts de mousse, j’entendis un bruit dans la pièce, une porte de cabine qui s’ouvrait puis je sentis un léger courant d’air chatouiller ma peau. Je ne bougeais pas sous le coup, avais-je rêvé ou je sentais réellement la présence d’une personne derrière moi? Essuyant mes paupières où l’eau menait le savon je me retournais pour regarder…
avatar

Messages : 167
Points de confiance : 24
Date d'inscription : 20/09/2017
Age : 22

Première impression

Elle avait ses huit heures de sommeil à 5h08, étant donné qu'elle s'était couchée vers 21h. C'était largement suffisant, surtout pour l'Institut qui ne demandait pas plus qu'une bonne hygiène de sommeil.

C'est pour cela qu'elle se réveilla. Elle se mit en position assise type tailleur, puis s'étira. Elle posa finalement ses pieds sur le sol et se releva, tout en sentant sa peau qui était toujours à l'air libre. Elle avait oublié qu'elle s'était endormie totalement nue. Au final, elle s'en fichait pas mal. Bah oui, elle était seule dans cette chambre, donc au pire elle avait froid, au mieux elle était à l'aise.

Malgré tout, elle enfila un peignoir - il fallait bien qu'elle se décrasse cette jeune femme à la sexualité exacerbée - et prit quelques affaires de douche avant de quitter sa chambre. Il n'y avait pas un chat aux alentours. Elle était seule dans le couloir, libre de faire ce qu'elle voulait. Elle hésita même à finalement retirer son seul habit mais elle savait qu'elle se ferait taper sur les doigts. Elle le laissa donc cacher son magnifique corps.

Elle finit par gravir les marches pour arriver au deuxième étage : celui des sanitaires.Elle franchit la porte des douches et posa ses affaires sur le rebord des éviers afin de s'admirer dans la glace. Bon sang, même avec les yeux cernés et à moitié fermés, elle était magnifique.
Elle retira son peignoir sans gène et admira aussi ses formes. Aucune autre femme ne pouvait se vanter d'obtenir un tel corps. Pas de vergetures - ou alors seulement près de la poitrine-, des formes voluptueuses et courbes, une silhouette fine. Elle était la perfection.

Elle finit par attraper un savon et une lotion pour le corps : ses cheveux étaient déjà propre. Elle laissa ses affaires dans le lavabo et ouvrit une porte au hasard. Une serviette lui tomba sur la tête, mais elle ne cria pas. Elle avait simplement sursauté.
Elle la retira de son visage, écœurée qu'un tissu ayant servi à essuyer le corps d'une autre personne lui soit tombé dessus.

Elle découvrit finalement une jeune adolescente, toute maigrichonne, en train de se savonner - en tout cas, elle se passait les mains sur sa peau.
W05 resta là, à la regarder. Elle la jugea d'un oeil peu aimant. Elle semblait laide. Les cheveux filasses et d'un blanc immonde, la peau sur les eaux, rien à se mettre sous la dent. En plus, c'était une patiente. Quelle horreur !

Pour l'humilier, elle resta encore quelques secondes, à l'observer. Tant qu'à faire !

ft. Lucy



Je veux juste m'amuser avec vous mes cocos. Même si vous êtes des dégénérés ! Mais si, je suis sûre qu'on pourra s'entendre,
même si c'est comme chien et chat.

   (c) crackle bones
avatar

Messages : 196
Points de confiance : 24
Date d'inscription : 02/03/2018
Age : 20

W100
Une jeune femme nue des pieds à la tête se trouvait face à moi. Je ne pus reculer étant déjà près du mur, instinctivement je portais mes mains contre ma poitrine histoire à la cacher. Malheureusement il m’aurait fallu plus de membres pour me cacher comme je l’aurais souhaité. L’intrus était sans aucun doute gâté par la nature, pulpeuse comme et où il le fallait. Sa chevelure cascadant sur sa peau, elle semblait me juger. Et ce qu’elle voyait ne la satisfaisait clairement pas. La situation était tellement improbable que je ne savais pas ce que je devais faire. Cette personne, pourquoi ne quittait elle pas la cabine?
L’eau continuant de couler, elle chassa rapidement le savon restant dans mes cheveux.
Pourquoi les pieds de cette fille ne rebroussaient pas chemin pour me laisser mon intimité? Avec ses yeux me jaugeant, elle ne devait pas être aveugle mais alors pourquoi restait elle? Avec son corps harmonieux elle ne semblait pas gênée le moins du monde, je n’avais pas sa chance mais je tentais d’adopter un peu sa confiance. Me couvrant la poitrine que d’un bras je lui tendais l’autre.

Heu bon matin… je suis Lucy…

Offrir une poignée de main totalement nue avec une inconnue n’était sans doute pas la réaction la plus sensée, mais rien d’autre me venait en tête.

Si tu tiens à avoir cette cabine… je vais, enfin j’ai terminé dans peu de temps.

Devais-je lui tourner le dos et continuer à me laver? Peut-être était elle venue pour avoir de l’aide? Non, elle semblait bien se porter. Je me retournais finalement, Mais je n’eus aucune réponse…Je regardais l'eau ruisseler un moment. Puis, prenant une bonne respiration je coupais l’eau avant de me retourner.

Pourrais-tu me passer ma serviette?

La main tendue dans le vide et l’autre le long de mon corps. Je pouvais changer de cabine, je ne comprenais pas la situation, il était trop tôt. Son regard m’ayant bien détaillé je ne trouvais plus de raison de me couvrir, peut-être que son absence viscérale de pudeur dédaignait sur moi.
avatar

Messages : 167
Points de confiance : 24
Date d'inscription : 20/09/2017
Age : 22

Première impression

Même avec un air sympa sur le visage, elle semblait très... Banale, voir laide. Au moins, elle n'était pas hideuse. Et puis, elle pouvait devenir banale sous l'uniforme de l'Institut.

Elle pencha la tête sur le côté, regardant la main qu'elle lui tendait. Si fine, si osseuse. Si laide.

Heu bon matin… je suis Lucy…

Elle haussa un sourcil, toujours souriante. Puis serra finalement cette main, pas gênée pour le moins du monde. Au contraire : elle aimait montrer la différence de sexualité entre elle et cette... Patiente. Elle, W05, était pulpeuse, fière, harmonieuse, délicieuse, sensuelle et sexuelle. L'autre était maigrichonne, sans formes, la peau trop claire, et même les cheveux mouillées n'accentuaient pas sa sexualité. Ils lui retombaient mollement sur le visage. Quelle horreur. C'était bien la première fois qu'une personne lui coupait son appétit sexuel. Et pour une nymphomane, c'était fort !

Si tu tiens à avoir cette cabine… je vais, enfin j’ai terminé dans peu de temps.

Elle secoua la tête et lâcha sa main. Bof, elle n'avait pas vraiment envie de passer après elle. Sa crasse était encore présente dans ces douches.
Elle s'appuya sur la cloison, observant la Nature. Elle pouvait être si bonne et si mauvaise envers les gens. Heureusement que ses parents étaient de vrais canons.

Pourrais-tu me passer ma serviette?

Elle avait l'occasion de jouer avec une patiente. Elle avait quand même quelque chose de bien : sa voix. Elle avait une jolie voix. On en oubliait presque son physique pas si gracieux.
Elle attrapa la serviette à la demande de la petite et la fixa, hésitante. Elle pouvait la mettre dans l'eau : cette demoiselle ne pourrait plus se sécher. Et ce fut quand cette idée lui traversa l'esprit qu'elle n'hésita plus : elle jeta la serviette aux pieds de la fillette, juste prêt du trou de la douche, là où l'eau s'accumulait. Il n'y en avait plus beaucoup mais suffisamment pour la mouiller et la rendre inutilisable.

Elle planta son regard dans celui de la fille avant de sourire jusqu'aux oreilles, genre "j'ai pas fait exprès". Elle était d'humeur taquine, ce matin-là...

Elle regarda ensuite les vêtements de la fille. Ce serait dommage de ne plus pouvoir s'habiller...
Elle attrapa ses affaires, lui fit une révérence et sortit de la cabine avec les fringues de la fille. Elle entra dans une autre, prête à faire couler l'eau...

ft. Lucy



Je veux juste m'amuser avec vous mes cocos. Même si vous êtes des dégénérés ! Mais si, je suis sûre qu'on pourra s'entendre,
même si c'est comme chien et chat.

   (c) crackle bones
avatar

Messages : 196
Points de confiance : 24
Date d'inscription : 02/03/2018
Age : 20

W100
Quand l’intruse prit en main ma serviette j’eus l’espoir qu’elle me la tende. La main prête à la récupérer je la regardais, ma serviette à la main. Avant qu’elle ne la laisse tomber dans l’eau. Je la fixais bouche bée, mais… Pourquoi avait-elle fais cela!? Son air de fausse innocence me déboussolait. Je ne jugeais que rarement les gens, Mais cette action n’était clairement pas accidentelle. Avant que j’eux le temps de capter la raison de cet acte totalement gratuit je la vis s’emparer de mes effets. Puis comme si se n’était pas suffisant elle me fit une révérence et quitta ma cabine.

Je ramassais rapidement la serviette trempées, j’essayais de m’en couvrir, Mais la sensation était infâme. Je devais sortir de cette cabine et récupérer mes vêtements. Je j'étais un regard à gauche et à droite en dehors de la cabine, aucun nouveau venu. J’en sortis, j’aurais été plus à l’aise n’importe où ailleurs qu’ici. Nue et endormie au milieu des sanitaires…

J’aperçus du coin de l’oeil des effets qui n’étaient pas la à mon arrivée, il s'agissait donc de ceux de cette fille..? Peu importe, je devais récupérer les miennes ! Je la trouvais rapidement dans une cabine adjacente. La main près du robinet. Elle ne comptait quand même pas mouiller tous mes vêtements!

Ça n’arrivait que très rarement étant de nature particulièrement paisible, mais je sentais l’énervement me gagner. Je n’avais jamais vue cette fille, pourquoi agissait-elle ainsi avec moi?

Rends-moi mes choses maintenant.

J’avais parler sans élever la voix, d’un ton cassant.

J’agitais la main dans sa direction, allez sale…sale toi bon, donnes mes choses. Il y avait une limite à la vulgarité, les insultes je n’étais décidément pas douée pour en sortir, même en pensée. Il existait des gens particulièrement doux et gentils, Nev, Swann. Il devait être normal de rencontrer des gens moins sympathiques, mais ça… je ne l’avais clairement pas cherché…

Elle semblait décidée à ne pas me rendre mes choses ou du moins indécise. Je n’avais pas l’envie de les attraper par la force, elle gagnerait clairement, j’étais minuscule et trempée. Je baissais la main, je devais réfléchir rapidement.

C’est puéril.

C’était impressionnant la capacité à transformer la gêne en énervement, énervement qui dans cette situation risquait de ne rien donner. Cette… fille… elle jouait avec moi. J’étais déjà fatiguée, bon j’étais toujours fatiguée, mais là c’était différent. Je pouvais simplement retourner dans ma serviette dégoulinante, me cacher dans ma chambre… j’avais envie de pleurer et d’éclater de rire, c’était quoi cette fille pulpeuse voyeuse et voleuse de vêtement ? Il y avait décidément des gens étranges.
J’allais taper ma hanche de la main frustrée quand j’eus finalement une idée. Elle voulait jouer parfais. Je n’étais clairement pas aussi douée qu’elle, si elle voulait mes choses qu’elle les garde!

Si tu tiens à avoir mes choses prend les, je vais me servir.

Je fis volte-face claquant la porte de la cabine avant qu’elle n’ait l’occasion de me comprendre. Sans perdre une seconde je me retrouvais devant les lavabos. Le peignoir ferait l’affaire je l’enfilais sans perdre une seconde. En l’entendant arriver je regrettais déjà mon audace. Les bras croisés devant moi reposant sur le peignoir noué je me retournais.
avatar

Messages : 167
Points de confiance : 24
Date d'inscription : 20/09/2017
Age : 22

Première impression

Rends-moi mes choses maintenant.

Elle se tourna vers elle, le visage innocemment surpris. Cette maigre adolescente avait eu le cran de la suivre ! C'était tout à son honneur de porter les couilles qu'elle n'avait pas. Cependant, W05 était têtue, voire totalement bornée.
Quoique, cette fille, malgré ses airs de chien battu et d'innocence prématurée, savait se mettre en colère. C'était tout à son honneur. Malheureusement pour elle, W05 en avait entendu des pires et, s'attaquer à un patient n'était pas vraiment le plus gros soucis de l'Institut. Au pire, elle aura un blâme.

C’est puéril.

Avec un grand sourire, elle opina farouchement. Totalement. C'était puéril. A 21 ans, Elizabeth trouvait encore le moyen d'agir comme une enfant. Malheureusement pour la maigrichonne, W05 était une enfant. Elle était dans la maison de son enfance et ne comprenait pas le mot "maturité". Elle était suffisamment mature pour comprendre le sens de la sexualité et en être actrice, mais prendre des décisions n'était pas de son ressort, mais celui de l'Institut. Elle était le bébé dont il fallait s'occuper. Ce n'était pas de sa faute si elle faisait des bêtises...

Si tu tiens à avoir mes choses prend les, je vais me servir.

Ses vêtements sous la douche, elle tourna le robinet. Un flot se mit alors à couler jusqu'à tremper les affaires de cette pauvre enfant. Elle les lâcha donc, l'eau qui coulait toujours. A basse température, pour que ce soit bien froid ! Bien entendu !

Elle décida de sortir et vit avec horreur qu'elle avait osé mettre en contact son beau peignoir avec le corps de cette affamée... Et en fait, non. Elle s'en fichait toujours. Elle croyait que ça allait la mettre en rogne ?
C'était un concours de qui allait énerver qui en premier. Et W05 avait déjà gagné.

Elle s'approcha, toute souriante, et enlaça la patiente jusqu'à l'emprisonner, puis souffla doucement dans son oreille.
W05 était dangereuse.
Il ne fallait pas la chercher ♥️

ft. Lucy



Je veux juste m'amuser avec vous mes cocos. Même si vous êtes des dégénérés ! Mais si, je suis sûre qu'on pourra s'entendre,
même si c'est comme chien et chat.

   (c) crackle bones
avatar

Messages : 196
Points de confiance : 24
Date d'inscription : 02/03/2018
Age : 20

W100
J’avais entendu l’eau s’écouler, cette fille… elle avait encore fichu de l’eau sur mes choses… je soupirais, elle avançait vers moi souriante, heureuse comme une fleur au soleil. S’avançant vers moi. Puis me prit dans ses bras. Je me figeais un instant. Je ne comprenais pas son attitude, elle n'avait dis mot depuis notre « rencontre ». Elle était peut-être un peu dérangée? Muette? Je ne savais pas vraiment. Peu importe ce que je faisais elle semblait s'en réjouir, était-ce une sorte de jeu pour elle?

Je soupirais, elle s’obstinait collant sa poitrine nue contre moi. Je remerciais le ciel d’avoir mis son peignoir.

Je me mis à rire nerveusement, Si seulement Nev pouvait être là pour m’expliquer la situation… non, non, c’était décidément une idée totalement stupide. Avec cette fille dans cette absence de tenue, il serait sans doute mort de gêne. Je l’imaginais totalement rouge, son visage brûlant. Non il ne m’aurait été d’aucune aide dans cette situation.

Toujours emprisonnée dans les serres, heu les bras de cette jeune femme.

Je soupirais une fois de plus, non me débattre la rendrait sans doute beaucoup trop heureuse, Enfin c’était ainsi que j’imaginais le personnage. Peut-être aussi que je la jugeais trop sévèrement, qu’elle avait voulu me demander quelque chose, bon, non on ne trempe pas les choses des autres pour s’expliquer.
Mais tout de même, elle avait quelque chose d’amusant, c’était sans doute puisque je n'avais jamais rencontré une telle personne.

J’enroulais alors les bras autour d’elle, j’allais lui donner ce câlin si elle le souhaitait peut-être me laisserait-elle partir. Allez pulpeuse jeune femme, je la serrais un peu. Déposant ma tête contre elle. Ses cheveux étaient particulièrement doux, cette fille était particulière.

Je lui tapotais finalement le dos.

Puis-je repartir maintenant?

Je réfléchis rapidement à mes choses sans doute détrempées dans la cabine.

J’ai des vêtements à mettre sécher…
avatar

Messages : 167
Points de confiance : 24
Date d'inscription : 20/09/2017
Age : 22

Première impression

Ne pas la sentir se débattre perturba quelques secondes W05 qui avait l'habitude qu'on la repousse dans ce genre de situation improbable. A croire que ça ne dérangeait pas la gamine qu'elle l'emprisonne dans ses bras. Peut-être trouvait-elle Elizabeth d'une beauté et d'une sensualité rares chez les jeunes femmes ? Si bien qu'elle avait envie de sentir la chaleur de W05 contre sa chair ?

Comme pour confirmer ses pensées, l'adolescente répondit à cette entrave en l'enlaçant à son tour et en déposant son visage dans sa nuque.
C'était qu'elle la cherchait...

Puis-je repartir maintenant?

Elizabeth ne comprenait pas. Elle venait de détruire - enfin, pas vraiment - les affaires de cette gamine, mais elle l'enlaçait en retour ?
Aucune logique.
Aucune.
Logique.
Vraiment.
A moins que ce soit une tactique pour partir ? Dans ce cas...

J’ai des vêtements à mettre sécher…

C'était bien ça. Elle voulait s'enfuir. W05 était-elle si impressionnante ?
Elle s'en fichait pas mal, en fait.

Elle libéra la fille en lui souriant, comme si ce n'était qu'une mauvaise passe. Mais elle voulait encore s'amuser avec elle.

Elle décida qu'elle le ferait plus tard. Cette rencontre était un avant goût.
W05 savait bien qu'elle était venue pour se doucher, mais elle avait envie de se balader dans son plus bel appareil.
Alors elle la salua puis sortit des douches. Elle ne savait pas quand elle récupérerait ses affaires, mais ce qui était sûr, c'était qu'elle allait se faire remarquer.

ft. Lucy



Je veux juste m'amuser avec vous mes cocos. Même si vous êtes des dégénérés ! Mais si, je suis sûre qu'on pourra s'entendre,
même si c'est comme chien et chat.

   (c) crackle bones

Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Dim 16 Déc - 5:49

    Aube des Mondes