[Preuve] Se réveiller

Messages : 167
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 02/03/2018
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
W100
Jeu 28 Juin - 2:44



Se réveiller





Le sol est froid sous mes pieds, j'avance le plus naturellement possible, prête à feindre une nouvelle crise de somnambulisme. Cette idée est sans doute mauvaise, ma simple présence à l’extérieur à cette heure l’est. Mais, je devais venir, je devais vérifier.

***

Il y a quelques jours, je me suis faits accoster par un patient que je n’avais encore jamais vu. Sans détour, il me confia que je jouais un jeu dangereux, m’accotant au mur puis me traînant à sa suite à l’abri des regards. M’exposant sa vision étrange qu’il avait de l’institut. Effectivement, il m’en parlait comme d’une prison où les employées, en particulier les médecins, n’étaient de vils tortionnaires… baragouinant entre deux insultes des bribes concernant un journal clandestin. Alors que je voulais partir, le croyant quelque peu… délirant. Il me murmura rapidement que si je ne le croyais pas, comment était-il possible qu’un meurtrier soit toujours en liberté. M’éloignant rapidement je regagnais ma chambre, c’était délirant et ridicule.

Le lendemain au petit matin, je me dis simplement que j’avais dû faire un rêve étrange, un de plus, c’était plus simple, rien n’existait.

Malgré mon désir d’oublier ces idées insensées, je fus attirée par des murmures, des échos de conversations qui parlait de ce fameux journal, et de cet acte que le Docteur Barrabil aurait commis… Ce patient n’était donc pas un songe, ma tête était lourde de questions.

***

Oui, je devais savoir. Je ne croyais pas ce jeune patient, je ne voulais pas, le Docteur Barrabil était gentil, jamais il n’était monté sur cette estrade, il était gentil, si gentil… Il avait pris soin de moi plus d’une fois, m’avais offert un lait chaud, du miel, il n’était que gentillesse à mon égard. Puis, je revoyais son corps malade, son regard épuisé, la détresse dans ses yeux si beaux. Il avait changé depuis… Il n’était pas ainsi avant, la première fois que je l’avais rencontré. Depuis tout était floue dans ma tête, ma réalité était corrompue par mes pérégrinations somnambules. Je ne devais pas douter d’une personne si bonne envers moi… mais c’était si étrange, tout se mélangeant. Je devais trouver la preuve que rien de ce que ce patient n’était vrai. Je devais vérifier moi-même, m’assurer que ce n’était qu’un vilain cauchemar.

Vérifier dans le bureau du Docteur Ange, vérifier qu’aucune adolescente n'avait été tué par balles.

Je n’aimais pas mentir, mais pour passer les gardes du bâtiment je le devais…
C’est la fatigue marquée sur le visage et les yeux rougis que j’approchais d’un garde. Je voulais un lait chaud, je voulais Nev, je ne voulais pas être ici, mais je n'avais point le choix…

«-Garde 1 : Encore toi? Tu dois retourner dans ta chambre, tu m'entends? »

«Pardon Monsieur, je… je me suis réveillée dans les bois… » je pointais du menton mes pieds souillés par la marche, l’air gênée. « Je… enfin, le docteur, Il m’a dit d’aller le voir si je me réveillais dehors après une crise… »

« -Garde 2 : c’est bon laisses la passer, Barrabil m’est tombé dessus la dernière fois, car j’allais la renvoyer à son pavillon. »

Attendant sagement l’autorisation, je frottais mes paupières d’une main, ma fatigue n’était pas feinte.

 



©️ Jawilsia sur Never Utopia
Messages : 167
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 02/03/2018
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
W100
Ven 29 Juin - 15:43



Se réveiller





Les gardes se décidèrent finalement et me firent signe que je pouvais entrer. Le plancher froid sous mes pieds j’avançais sans un bruit. Un homme d’entretien d’une cinquantaine d’années passa près de moi, tirant son chariot sans me porter la moindre attention. Sans doute se disait-il que si j’étais ici, malgré les gardes à l’entrée c’était car j’y étais autorisée, ou simplement, il n'avait cure de ce qui s’écartait de ses tâches, souhaitant terminer sa besogne au plus vite.
Heureusement les couloirs du bâtiment m’étaient désormais familiers, je n’eus donc aucun mal à trouver le chemin du bureau de Monsieur Barrabil.

Face à une porte close j’hésitais, comment m’y prendre maintenant que j’étais parvenue jusqu’ici? Toquer à la porte? Essayé d’ouvrir directement? Si j’entrais et qu’il y avait quelqu'un ? J’aurais sans doute l’aire bien étrange d’entrer ainsi en douce sans m’être annoncé, mais si je cognais, je saurais alors s’il y avait encore quelqu'un et je n’aurais qu’à prétendre la même chose qu’aux gardes…

Ma décision prise je toquais doucement à la porte. Attendant un instant, aucun bruit ne parvenait de la pièce. Il était donc désert…sauf si, le Docteur s’était endormi derrière son bureau. Je m’annonçais une deuxième fois par de brefs coups sur la porte, sans réponse.

Le sentiment pesant de la culpabilité picorait mon ventre, je ne voulais que comprendre sans mauvaises intentions, pourtant j’avais l’impression de faire quelque chose de mal. Chassant ce sentiment je posais pas main sur la poignée, espérant qu’Ange ou un homme d’entretien est oublié de la verrouiller.





©️ Jawilsia sur Never Utopia


Messages : 3
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ven 29 Juin - 17:03

[Preuve] Se réveiller

Pas de chance !


→ Apparition de Astrid Lavoir

Une jeune femme apparut dans le fond du couloir, les bras chargés de dossiers et de documents tous aussi importants les uns que les autres. Son pas se veut vif mais avant tout pressé. Ses cheveux se balancent au gré de sa marche rapide. Or, bien qu'elle fut concentrée sur son objectif, elle aperçut une jeune fille, patiente si elle en crut ses vêtements. Il ne lui fallut pas longtemps pour la reconnaître : c'est elle-même qui l'a amenée à son patron lorsqu'elle fut souffrante.
Elle prend le temps de s'arrêter pour la saluer :

Oh, Lucy. Quelle surprise. Tu viens encore voir Ange, je suppose ?

Elle lui offrit un sourire sincère avant de reprendre :

Malheureusement, il est absent pour le moment.  Tu devrais repasser plus tard. Ou peut-être aimerais-tu l'informer de quelque chose ?

Réponse donnée par Onyx mais écrite par le Hasard puisqu'elle est dans l'incapacité de répondre directement sur le forum.
Possibilité de répondre le 30 juin à 15h43 (heure française).
Messages : 167
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 02/03/2018
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
W100
Jeu 5 Juil - 16:42



Se réveiller




Oh, Lucy. Quelle surprise. Tu viens encore voir Ange, je suppose ?
Malheureusement, il est absent pour le moment.  Tu devrais repasser plus tard. Ou peut-être aimerais-tu l'informer de quelque chose ?


Interrompu dans mon geste par une voix on ne peut plus familière je me retournais. Dans une autre situation voir mademoiselle Astrid m’aurait comblé de joie tant j’appréciais sa douceur, mais cette nuit j’étais dans d’autres conditions. Je lui offris un sourire doux.

Bonsoir mademoiselle Astrid, je suis heureuse de vous voir! Vous avez bien raison j’étais venue voir Monsieur Ange. Je repasserais plus tard il n’y a rien d’important je n’avais qu’un peu de difficulté à Dormir, mais j'avoue que marcher m’a bien fatigué. Ça devrait aller maintenant!

Mes yeux se posèrent sur ses bras chargés, une idée me vint.

Je vais retourner dans mon pavillon, mais avant laissez moi vous aider à porte votre charge, ça semble bien lourd.

Avant même qu’elle n’ait pu refuser en disant que cela ne la dérangeait pas, que c’était son travail, je la délivrais.

Je vous suis.

Lui emboîtant le pas pour aller disposer des dossiers, les idées roulaient à toute vitesse dans mon esprit. Je n’avais jamais tenté de faire quelque chose de tel et je n’étais pas particulièrement douée.

L’ayant suivi jusqu’à son bureau je déposais les dossier là où elle me le demanda. Puis prenant une nouvelle pile, elle m’annonçait qu’elle n'avait plus que cela à déposer sur le bureau de son supérieur avant de pouvoir filer au lit.

La suivant tel un poussin, je lui proposais de tenir une fois de plus ses dossiers pour qu’elle puisse ouvrir la porte. Le bureau ouvert, les documents déposés je n’avais plus qu’à réussir à détourner assez son attention pour qu’elle ne referme pas la porte à clé.

Au moment où nous passions la porte je tentais une première tactique. M’emparant de la main de la jeune secrétaire, le regard toujours endormi, mais souriant je demandais ;

Je rentre au pavillon, mais pourriez-vous m’indiquer les toilettes? Je suis un peu perdue ici…

Sa main captive elle m’accompagna aux installations sanitaires plus loin. Avant de la quitter je l’enlaçais en lui souhaitant de passer une belle nuit. Puis sans un mot de plus j’entrais dans les toilettes. J’attendis un bon moment, espérant qu’elle ne soit pas revenue sur ses pas pour verrouiller le bureau.

Après plusieurs minutes, précautionneusement comptées dans ma tête, je sortis de la petite pièce. Personne en vue je m’approchais de nouveau de la porte. Posant une fois de plus la main sur la poignée.





©️ Jawilsia sur Never Utopia
Messages : 3
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ven 6 Juil - 13:28

[Preuve] Se réveiller

CHANCE NEUTRE


→ Porte coincée

Alors que Lucy pose de nouveau sa main sur la poignée de la porte, elle sent qu'elle bloque, mais qu'elle n'est pas fermée.
Elle regarde à droite, puis à gauche pour vérifier qu'il n'y a personne dans les environs, puis tente de pousser la porte vers l'intérieur. Une fois. Puis une seconde fois. Avant de décider d'y aller franchement. La porte s'ouvrit une bonne fois pour toute, non sans bruit. Heureusement, personne dans le couloir... Enfin, normalement ?

Possibilité de répondre le 6 juillet à 16h42 (heure française).
Messages : 167
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 02/03/2018
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
W100
Aujourd'hui à 2:11




Se réveiller





La porte semblait coincée, mais heureusement n’est pas verrouillée, malgré un sentiment de culpabilité je force la porte. Après trois essais elle décoince finalement pas sans bruit. Je n’aime pas avoir dû mentir si franchement à mademoiselle Astrid qui est si bonne envers moi, mais une fois de nouveau dans le bureau, je sais que j’ai bien fait. En ordre, sombre, reflétant le Docteur que j’apprécie, je dois absolument avoir le cœur net. Savoir que les paroles de l’autre patient n’étaient que mensonges. Je referme la porte à ma suite. Sans toucher à l’interrupteur j’avance à pas feutrés, contrairement à d’autres, l’absence de lumière m’avantage.
Je caresse de la paume le dessus du bureau.

Désolée Monsieur, désolée d’avoir besoin de trahir votre confiance en doutant de vous…

Je ne sais pas par où débuter ni ce que je recherche vraiment. Des dossiers de ses patients, des notes dont j’ignore le sujet. Je prends garde à ne rien déplacer, je ne veux pas mettre le fouillis. Je mets finalement la main sur un énième dossier. Perdant espoir de trouver ce pour quoi je suis venue, je le prends, une photo de dossier médical en glisse. Un visage adorable, des yeux qui en dise long, une petite fille qui semble bien déterminée. Une fillette qui est montée sur une estrade quelques semaines plus tôt et n'en ai pas repartie. Ma tête bourdonne, une petite fille qui se vide, Monsieur Barrabil à ses côtés, Lys qui se tortille en hurlant. Je ferme les yeux très fort avant de les rouvrir. Ma réponse serait dans ce dossier, les mains tremblantes je l’ouvre. Je m’installe en tailleur sous le bureau du Docteur. Les yeux plissés je commence ma lecture, un titre : Rapport de décès.






©️ Jawilsia sur Never Utopia


Messages : 3
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aujourd'hui à 14:10

[Preuve] Se réveiller

PAS DE CHANCE !


→ Dossier censuré

Impossibilité de savoir si ce rapport est vrai ou faux.
Il n'y a pas d'autres dossiers sur la mort de Loreleï Hexe dans le bureau.



RAPPORT DE DÉCÈS

Mademoiselle HEXE LORELEÏ, portant le numéro Z01 et appartenant au GROUPE DES PATIENTS ZÉRO, résidents de l'asile de l'Institut, née le 14/07/2003 et âgée de quatorze ans lors de la Grande Sanction, est morte par balle de la main du docteur ANGE BARRABIL.

Anciennement porteuse du numéro B125 et après multiples analyses du comportement de la patiente par sa médecin attitrée, elle a été diagnostiqué atteinte d'une tare mentale et donc potentiellement dangereuse pour la vie d'autrui.
Ces doutes ont été vérifié après que mademoiselle HEXE LORELEÏ ait causé la mort d'un garde par complicité avec la patiente MACKENZIE MAYA, porteuse du numéro Z02.
Suite à cet incident et aux analyses de sa médecin attitrée, et pour le bien des résidents de l'Institut, la patiente B125 a été transféré dans l'Asile.
Quelques jours plus tard, mademoiselle HEXE LORELEÏ s'enfuit de l'Asile lors d'une tempête à hauts risques avec l'aide de complices encore inconnus à ce jour. Le docteur BARRABIL ANGE l'a retrouvée à temps et a ainsi évité une mort certaine à la patiente Z01.
Après multiples conversations au sein de la direction, la décision prise a été de la soumettre à la Grande Sanction. Puisque c'était le docteur BARRABIL ANGE qui l'a sauvée de la tempête, ce fut à lui qui a été donné la lourde responsabilité de lui attribuer la Grande Sanction.
Connaissant les tares mentales de la jeune patiente, un pistolet chargé d'une seule et unique balle, destinée à aller dans le ciel au cas où la situation deviendrait trop complexe, a été confié au docteur. Après avoir démontré une énième fois son comportement dangereux, la patiente force le médecin à appuyer sur la détente et à faire traverser l'unique balle de part en part la demoiselle HEXE LORELEÏ.
Suite aux efforts des médecins pour la ranimer, elle est décédée à 17 h 30 mn.

Possibilité de répondre le 18 juillet à 2h11 (heure française).
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

[Preuve] Se réveiller

Sauter vers: