Bienvenue,   !
Institut Espoir

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Partenaires

News

25/11/2018
Doutes : +10% ; Révolution : -4% (Preuve Zyra)
20/10/2018Préparation d'event
22/09/2018 Modification des pourcentages révolutionnaires (cf. PA et heure supp')

[Preuve] Je veux m’approcher du ciel

avatar

Messages : 466
Points de confiance : 131
Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Localisation : dans un bouquin ou la salle de musique

X36
Le jeune homme tournait en rond dans sa chambre. Il ne voulait pas y sortir depuis le début du mois, depuis la mort de sa grand-mère. Il voulait être seul, seul dans sa tristesse, seul dans sa folie. Mais lorsque ses yeux se levaient pour voir les astres par sa fenêtre, son amour pour les étoiles, son besoin de sentir le vent sur sa peau, de pouvoir s’asseoir sur l’herbe et regarder le ciel, cette sensation qui était la même qu’à sa chère terre natale, lui manquait. Il se languissait de cette sensation d’être chez lui.
Chez lui … ça semblait loin …

Depuis la grande sanction, les surveillants ont changés leurs rondes et semblaient même plus nombreux. Surement pour éviter aux patients de s’enfuir comme la tentative de Loreleï. Bien que le jeune homme ne voulait pas s’enfuir, il en avait assez qu’on le ramène dans sa chambre alors qu’il voulait seulement sentir l’herbe fraiche de la nuit sous ses pied et entendre la lune chanter.

Nevrabriel se munit d’un vieux carnet de note et se rendit devant sa porte. Anna, adossait contre le mur, les bras croisés, un sourire taquin sur le visage, le regarda. Il prit la poignée de porte de sa chambre

*Tu comptes vraiment faire un plan de l’Institut. Si on te voit faire ça, tu risques d’avoir des problèmes.*

Certainement. Mais c’était la seule chose qui le motivait à mettre un pied devant l’autre actuellement. La seule chose qui l’animait et l’animerait jusqu’à ce qu’il y parvienne.

*Et après ? Tu feras quoi ?*

Ça … il n’en avait aucune idée. Lorsqu’il mémorisera cela, donnerait-il ce plan à une personne qui souhaite s’enfuir ?
La question ne se posait pas actuellement. Le jeune homme tourna la poignée de sa porte et s’engouffra dans le couloir. Son but nocturne était de noter la ronde des gardes, les caméras étaient plus faciles à voir et noter de jour.
Son amie imaginaire marchait à ses cotés, elle avait l'air enjouée de vivre une nouvelle aventure avec l'écossais. lui, restait éternellement stoïque.
Longeant les murs, le roux commença son étrange quête.



Nev s'exprime en : 6699CC

avatar

Messages : 466
Points de confiance : 131
Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Localisation : dans un bouquin ou la salle de musique

X36
Le passage des gardes dans l’aile X entièrement mémorisé, le jeune homme se rendit alors dans l’aile W. Il connaissait très bien cette aile puisse que c’était celle de Lucy et de Kan. Sa meilleure amie et son petit frère. Des personnes qu’il évitait à présent. D’ailleurs, dormaient-ils ? Kan avait-il trouvé une personne pour le border avant qu’il ne rejoigne le monde des rêves ?
Lucy avait-elle finit par arrêter de marcher durant son sommeil ?

Et la petite Anacha, s’était-elle fait des amis ?
La fée qui était venu la voir, avait-elle retrouvé ses ailes ?
Comment allait Aeden ? Adèlys ? Et Yuki ?

Le jeune homme s’arrêta devant la porte de Lucy, hésitant à y entrer pour voir si la lorialet se portait bien. Il fixa la porte, ne sachant pas vraiment s’il avait ce droit. Il ne l’avait pas revu depuis des semaines, lui qui avait promis de ne pas la laisser tomber. Mais en ce moment, c’était bien la seule chose qu’il arrivait à faire : laisser tomber.

Alors il laissa tomber et se remis à marcher. Il nota en gaélique le mouvement du garde qu’il avait vu dans cette aile. Le jeune homme fit attention à n’écrire qu’en gaélique, au cas où on le choperait avec son carnet. De plus, Nevrabriel n’était pas connu pour la beauté de son écriture, accumulé avec la fatigue et une main tremblante, avec de la chance, c’était même illisible pour les autres.

Le jeune homme commença à quitter cette aile pour se rendre dans l’aile Y, toujours en longeant les murs et surveillant les bruit de pas qu’il pouvait entendre à chacun des siens.

*Tu as vécu plus de cinq ans ici mais tu revisites chaque lieux comme si c’était ton premier jour.*

Le jeune homme tourna les yeux vers son illusion qui le suivait en marchant, son agréable sourire lui faisait un peu de bien. Même si la vérité de ses paroles lui faisait mal. Il était là depuis cinq ans et demi, mais ce lieu n’a jamais été sa maison …



Nev s'exprime en : 6699CC

avatar

Messages : 50
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018


[Preuve] Je veux
m'approcher du Ciel


PAS DE CHANCE


→ Patient X dans l'Aile Y ?!

Un garde faisant sa ronde dans l'aile Y discutait avec un collègue, lorsqu'il remarque une touffe rousse qu'il ne connaissait pas.
Manque de chance pour Nevrabriel, les gardes ne sont pas idiots, ne veulent pas perdre leur travail, et sont aux aguets, surtout depuis la Grande Sanction.
Le garde montre du menton le jeune homme qui note des choses dans son carnet. Il secoue la tête, et s'approche du garçon avec une voix forte :

Qu'est-ce qu'un X fait dans l'Aile Y ? Tu connais le règlement : pas de mélange entre les patients, donc les X chez les X, rouquin.

Il baissa les yeux, et d'un air menaçant continua tout en ramenant Nevrabriel dans son Aile, accompagné de son ami garde.

Qu'est-ce que t'écris d'ailleurs, hein ? C'est chelou ça.

Ils quittèrent l'Aile jusqu'à pénétrer dans l'Aile du garçon. Retour au point de départ...

Possibilité de répondre le 21 juillet à 1h11 (heure française).
avatar

Messages : 466
Points de confiance : 131
Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Localisation : dans un bouquin ou la salle de musique

X36
_ Qu'est-ce qu'un X fait dans l'Aile Y ? Tu connais le règlement : pas de mélange entre les patients, donc les X chez les X, rouquin.

Ledit rouquin ne cilla pas, ne sursauta pas, bien trop mou. Et pas assez bête pour s’enfuir à toute jambe. De toute façon, avec son manque de force, il se ferait rattraper en une minute. Et de totue façon, il était deux.

*Tu es mal, chéri …*

C’était peu de le dire. Il n’allait pas se faire casser la gueule non plus, mais sa mission de repérage était tombée à l’eau assez rapidement.

_ Qu'est-ce que t'écris d'ailleurs, hein ? C'est chelou ça.

*Tu devrais répondre, sinon tu auras des ennuis*

Les deux gardes entrainèrent le patient vers son aile. Heureusement qu’il avait écrit en gaélique, il était certain que personne ne pourrait comprendre. Mais Anna avait raison, s’il ne répondait pas, il aurait de gros ennuis.
Son cerveau se mit en action mais il savait bien qu’il était mauvais menteur.

*Je sais que tu ne sais pas mentir, mais c’est le moment où jamais*

_J’écris des chansons …

Par bonheur, son état psychologique pitoyable ne permettait aucune gêne, aucun rougissement, aucun bégayement. Il était bien trop déprimé pour exprimer autre chose qu’un visage mort de sentiment.

_Je suis désolé, j’ai voulu me rendre aux sanitaires et j’ai marché sans réfléchir …

*C’est que tu es plutôt bon comédien en vérité.*

Le jeune homme jeta un coup d’œil à son illusion qui se moquait gentiment de lui. Même si le moment n’était pas bien choisi, il appréciait sa légèreté.



Nev s'exprime en : 6699CC

avatar

Messages : 466
Points de confiance : 131
Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Localisation : dans un bouquin ou la salle de musique

X36
Heureusement les gardiens ne posèrent pas plus de question et laissèrent le jeune homme lorsqu’ils arrivèrent à son aile. Ce dernier les regarda retourner à leur travail, se perdant dans l’obscurité du couloir. L’écossais resta un moment planté là, légèrement perdu dans ses pensées. Il n’était pas habitué à mentir, ça lui faisait étrange. Ça lui faisait même une sorte de sensation de mal-être. Devait-il s’arrêter ici ? Etait-ce un signe du destin qu’il ne fallait pas continuer ? En tout cas, il y en avait une qui s’amusait, même si elle était dans sa tête.

*C’est super excitant ! Aller Nev, on y retourne ! Tu en meurs d’envie je le sens ! Ah le frisson de l’aventure ! De l’escapade ! Celui de la mission secrète ! Comme Avant ! *

Il devenait fou … Son hallucination ressemblait de plus en plus aux souvenirs qu’il gardait de sa défunte petite amie, une jeune fille qui avait le gout de l’aventure et qui avait brisé la timidité et la peur dont il fut prisonnier durant son adolescence. L’enthousiasme de sa belle était presque contagieux et il décida de retourner à son investigation.
Il avait fait toute l’aile X, W et une partie de l’aile Y, mais s’il se faisait prendre de nouveau, ça allait être vraiment trop suspect. Il fallait mieux se rendre ailleurs et finir cette partie un autre jour.

*Les lieux communs ? Remarque, si tu connais la ronde des gardes à cet endroit, tu pourras te glisser en salle de musique quand tu voudras !*

Ce n’était pas faux du tout. Le jeune homme ne pensait pas qu’il devrait faire TOUT l’Institut, mais en tout cas le lieu commun était une excellente idée. Après il devra faire l’extérieur et c’était certainement la partie la plus agréable puisse qu’il serait à l’air libre. En tout cas, Nevrabriel semblerait moins suspect à être vu dehors plutôt que dans le bâtiment commun.

*En avant pour le rond 2 !*
affirma Anna avec entrain, sautillant dans le couloir, ses cheveux noirs flottant dans ses mouvements

Bien qu’il était fatigué et toujours rongé par ses mauvais esprits, la belle brune réussit à lui extraire un infime sourire sur son visage creux.



Nev s'exprime en : 6699CC

avatar

Messages : 50
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018


[Preuve] Je veux
m'approcher du Ciel


CHANCE NEUTRE


→ keskifou avec son carnet ?

Des vigiles quadrillent la cour. Deux d'entre eux surveillent l'entrée du bâtiment. L'un est fatigué alors que l'autre reste aux aguets.
L'un d'entre eux remarque le patient du Docteur Elpida, un carnet à la main, qui se balade. Il veut l'approcher pour savoir ce qu'il manigance, mais son collègue lui tape sur l'épaule :

- C'est l'patient du patron. Laisse-le.
- Mais on est en pleine nuit. Tu trouves pas ça louche ?
- Laisse j'te dis. Il est surtout malade.

Le garde vigilant hésite, puis laisse tomber. Il lui jettera un œil de temps en temps, mais se détend.

Possibilité de répondre le 12 Août à 23h59 (heure française).
avatar

Messages : 466
Points de confiance : 131
Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Localisation : dans un bouquin ou la salle de musique

X36
Le jeune homme était repéré c’était certain, il vit un des gardes commencer à aller à sa rencontre, mais retenu par le deuxième. Nevrabriel ne savait pas trop ce qu’il devait faire. En tout cas, il était bel et bien repéré et fuir le rendrait trop suspect. Son corps marchait tout seul alors que son cerveau se mettait à réfléchir à mille et une choses. Mais contrairement à ce qu’il pensait, les gardes ne vinrent pas à lui.

*Mais dites donc, t’en as de la chance toi !*

Les collègues avaient échangé quelques mots que le roux n’avait pas entendus, mais devina aisément qu’on n’irait pas l’embêter pour une unique raison : il était le patient de Donatien. C’était ainsi, on le laissait se balader dans le bâtiment administratif pour cette même raison. On était très laxiste avec lui pour cette seule et unique raison. Ça avait du bon, mais parfois cela en été gênant, comme la fois où une infirmière avait préféré s’occuper de lui avant un autre parce qu’il était le patient du médecin en chef.
D’ailleurs, que devenait Naito ?

*Tu devrais plutôt te concentrer à ta tâche, ou venir ici ne te sert à rien.*


Le jeune homme regarda sur le coté, sa douce amie avait raison. Heureusement qu’elle était là pour l’aider à garder le file dans son esprit confus. Nevrabriel se mit alors à faire le tour du premier étage. Il y avait très peu de garde. Du moins, beaucoup moins que dans le bâtiment principal. En même temps … qui irait s’amuser à venir dans la salle d’éducation ou la cantine le soir ?

*Ceux qui veulent la collation de minuit ?*

C’était impossible. Tous les patients avaient une heure stricte pour être dans leur chambre, et donc être réveillé aussi tard était seulement pour ceux qui voulaient aller aux toilettes ou ceux qui avaient des troubles du sommeil, comme Lucy.

*De toute façon, à par des livres et des chaises, il n’y a rien à surveiller ici.*

Ce n’était pas totalement faux … C’était donc logique qu’il n’y ait quasiment pas de ronde. Mais le jeune homme notait tout de même les quelques cheminements de surveillants qu’il avait pu observer sur son chemin.

Direction le deuxième étage et il aura bouclé le bâtiment commun. Peut-être pourrait-il en profiter pour jouer un peu de piano ? …



Nev s'exprime en : 6699CC

avatar

Messages : 50
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018


[Preuve] Je veux
m'approcher du Ciel


CHANCE NEUTRE


→ Ça se balade on dirait.

Madame Dubois, l'administratrice, revenait d'une discussion nocturne avec un professeur. Celui était déjà loin quand la femme, les cheveux tirés en arrière, le visage encore maquillé - bien que du mascara se formait en croûte sur ses cils - repéra le patient de Donatien Elpida.

- Et, petit, l'interpella-t-elle.

Elle resta face à lui, perplexe. Elle hésitait sur la procédure à suivre : soit elle prévenait le médecin des crises de somnambulisme de son patient, soit elle laissait couler. Le patron aurait sûrement apprécier de savoir tout sur son patient. Mais comme elle était de bonne humeur suite à sa petite rencontre de nuit, elle se décida à laisse ce gamin tranquille.

- Tu ferais mieux de rentrer, morveux.

Puis elle s'en alla. Elle garda cette rencontre dans un coin de sa tête. Peut-être qu'elle en parlerait à son boss, peut-être pas...

Possibilité de répondre le 13 Août à 23h59 (heure française).
avatar

Messages : 466
Points de confiance : 131
Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Localisation : dans un bouquin ou la salle de musique

X36
_ Et, petit.

*Oh non, pas elle ….*

Anna pensait tout haut ce qu’il ne pouvait pas dire tout bas.
Nevrabriel s’arrêta de marcher. Madame Dubois … il ne l’avait pas vu arriver, et il aurait préféré ne jamais la croiser. Le jeune homme ne la détestait pas, mais il ne la portait pas non plus dans son cœur. Elle était le genre de personne aigris qui se défoulait de la vie qu’elle n’aimait pas sur les autres. Avait-elle au moins conscience qu’elle était dans un hôpital et que donc tout les résidents en uniforme n’avaient pas, eux non plus, choisi leur vie ?

Il la laissa venir à lui, son regard sévère posé sur lui. Lui aussi la regardait, mais avec un vide qui ne lui ressemblait pas. Il la fixait même dans les yeux, une chose qu’il ne faisait pas non plus en temps normal.

_ Tu ferais mieux de rentrer, morveux.

Et elle passa son chemin, notant cette phrase fort peu sympathique pour un jeune homme qui avait eut vingt ans cette année. Nevrabriel se retourna pour la regarder s’en aller et disparaitre dans l’obscurité.

*Mais quelle sorcière !*

Nevrabriel se tourna doucement vers son illusion. Il ne se souvenait pas que son Anna était aussi … elle était plus douce dans ses souvenirs. Cependant, cela aurait typiquement une phrase qu’aurait pu lui sortir sa sœur.

*Ah oui ? Dans ce cas là, c’est à mon tour de jouer !*

L’écossais tourna doucement la tête de l’autre coté pour voir une bouille enfantine apparaitre, ses cheveux roux tombant sur son visage. Les mains posées sur les hanches, faisant la grande, faisant la fière, Merywen, la Merywen d’il y a 6 ans était à ses cotés, fraiche et pimpante, prête à se jeter à corps perdu dans l’aventure.

*C’est pas une sorcière qui va nous arrêter ! On a une île à cartographier !*

Le jeune homme cligna des yeux quelque instants avant de regarder de toute part, cherchant quelqu’un des yeux. Mais il n’y avait que Merywen à ses cotés.
Depuis quand était-elle là ? N’y avait-il personne d’autre avec lui ?

*Tu te poseras des questions plus tard ! Tu vas te faire chasser à trop trainer au même endroit ! On bouge !*

Nevrabriel commençait à avoir la migraine. Il devenait fou, il le savait, mais il était prêt à suivre son hallucination là où elle l’emmènerait …

*Cette bana-bhuidseach ne doit pas te déstabiliser ! Direction le deuxième étage !*

bana-bhuidseach … ou « sorcière » … ça lui faisait du bien d’entendre la voix de sa cadette et surtout entendre des mots de son pays. C’est ce qu’il avait besoin et il avait l’impression que son petit trésor pouvait lire en lui pour lui apporter ce qu’il désirait.

Le deuxième étage était aussi occupé que le premier … très peu de monde. De toute façon il n’y avait que la bibliothèque et la salle de musique à voir.
La bibliothèque … Willow le tuerait certainement s’il entrait pour y faire des bêtises. Et de toute évidence elle était fermée. Ce n’était pas si grave, même s’il aurait aimé toucher un peu le piano. Nevrabriel fit demi-tour, prêt à quitter le bâtiment mais la voix de sa sœur raisonna derrière lui.

*Hop Hop Hop ! Où tu vas comme ça ?*

Il se retourna pour la regarder, le visage fatigué, les yeux brulants, suppliant le sommeil, et le corps légèrement recourbé par son aventure qui durait bien trop longtemps. Merywen avait les bras croisés et tapotait le sol de son pied, sa jupe à carreaux suivant le mouvement de sa jambe, le regard remplis de malice et un sourire au coin qui défiait son ainé.

*Tu vas tout de même pas partir sans avoir essayé d’entrer ? Un explorateur essaye toute les portes, c’est toi-même qui le dis.*

C’est vrai … Eh bien … Voyons voir si la salle de musique était fermée dans ce cas …



Nev s'exprime en : 6699CC

avatar

Messages : 50
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018


[Preuve] Je veux
m'approcher du Ciel


PAS DE CHANCE


→ Bon, ça commence à bien faire !

Le vigile, toujours accompagné par son collègue, finissait sa ronde avant d'aller se coucher et d'être remplacé par quelqu'un d'autre. Il fixait l'heure sur son téléphone, pressé de retrouver son lit douillet. Il rêvait déjà de jolies femmes en tenue légère et qui l'appelaient pour les rejoindre...

Mais la seule femme qu'il voyait pour l'instant, c'était Madame Dubois qui traversait d'un pas vif le couloir. Il grommela avant de l'interpeler pour lui souhaiter une agréable nuit - ce qu'il ne pensait pas du tout.

- Hein ? Oh oui, merci. Et un jeune homme se promène dans les couloirs, à vous de décider si vous le laissez ou non. Moi, j'ai à faire.

Toujours aussi sympathique, cette madame Dubois. Et à peine eut-elle prononcé ces mots qu'elle était repartie, tellement une tornade.
Le vigile soupira de lassitude, et se fit accompagner par son collègue qui le vannait.
Au bout d'un moment, il vit le même garçon aux cheveux roux tenter d'entrer dans la salle de musique.
Fatigué et énervé de voir les patients rôder, il cria :

- Mais t'es encore là toi ?! C'est pas possible, dîtes-moi que c'est une blague ! Tu veux quoi, un blâme ?! C'est quoi le projet de s'aventurer en pleine nuit ? T'es pas au courant que la nuit, c'est fait pour dormir ?!

Son collègue le prit par l'épaule et lui signala que c'était un des patients du médecin en chef. Le vigile le fusilla du regard avant de s'exclamer :

- Ouais, bin je connais aucune clause dans le règlement qui stipule que les patients de monsieur Elpida peuvent entraver le règlement ! Donc tu m'excuseras, mais je le ramène dans sa chambre et mon remplaçant va surveiller sa putain de porte !

D'un air courroucé, il demanda au jeune homme de l'amener jusqu'à sa chambre.

Possibilité de répondre le 15 Août à 00h12 (heure française).
avatar

Messages : 466
Points de confiance : 131
Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Localisation : dans un bouquin ou la salle de musique

X36
_Mais t'es encore là toi ?!

*Oups …*

Le jeune aventurier se tourna vers les arrivants, le visage toujours aussi blazé.

_C'est pas possible, dîtes-moi que c'est une blague ! Tu veux quoi, un blâme ?! C'est quoi le projet de s'aventurer en pleine nuit ? T'es pas au courant que la nuit, c'est fait pour dormir ?!

Nerabriel regarda le gardien s’exciter comme un vieil homme aigris, lui trouvant une ressemblance avec un macaque, ne sachant pas vraiment pourquoi. Il se contenta de fixer un morceau de barbe mal rasé près de l’oreille de cet homme, ignorant totalement ce qu’il disait. Non pas que ça lui était égale, mais le patient était si fatigué que sa concentration ne dépassait pas le seuil de la minute. C’était certainement pour ça qu’il était accompagné … mentalement.

_ … ! Dans sa chambre et mon remplaçant va surveiller sa putain de porte !

Nerabriel se réveilla doucement en comprenant les dernières paroles du gardien. La petite Merywen se gratta sa tignasse rousse en regardant son frère.

*Aïe ! Le troll n’est pas content, Game over grand-frère, on respawn !*

Game over ? Qui a dis qu’il avait perdu ? Il avait tout de même réussis à cartographier tout le bâtiment principal !

Chose promis, chose dû, le surveillant ramena le jeune homme dans sa chambre, baragouinant des plaintes que Nevrabriel ignorait, se contentant de marcher en silence.

« Enfermé » finalement dans sa pièce personnelle et ne voulant pas jouer avec le feu, le jeune homme prit plusieurs papiers qu’il scotcha entre eux pour en faire un immense et commença à dessiner un plan du bâtiment principal avec tous les étages. Malgré sa concentration, il sentit un regard derrière son épaule, même si l’odeur et le souffle de cette personne était inexistante.

*C’est que tu t’appliques !*

En effet, l’écossais s’appliquait comme un bon architecte, traçant tout d’un fin stylo et d’une règle. Lorsque son plan était juste, (il le savait, il était dans ces murs depuis plus de cinq ans) le jeune homme prit un crayon de papier et commença à tracer des chemins avec des horaires et le nombre de surveillants, souvent au nombre de deux, parfois trois, parfois seul. Les chiffres étaient universels, s’il donnait ce plan à une autre personne, il était certain qu’elle comprendrait.

*Donc tu comptes vraiment en faire cadeau à quelqu’un ?*

Peut-être … il ne savait toujours pas. Pour sa part, il ne comptait pas s’enfuir d’ici, il voulait seulement pouvoir se balader en toute liberté comme il avait pu le faire avant la Grande Sanction. Mais si cela permettait de sauver des vies, comme celle de Loreleï, alors il donnerait ce plan oui, sans hésiter.
Son illusion vint s’asseoir sur le bord de son bureau, ses cheveux ébène se confondant avec l’obscurité. Douce comme la nuit, ses yeux d’été semblaient tout de même inquiets.

*Mais ça serait trahir Donatien, non ?*

Nevrabriel leva doucement le regard vers son songe. Et c’était certainement la seule raison qui le pousserait à garder cette carte secrète. Même si Donatien avait détruit un de ses piliers intérieurs, la confiance qu’il avait mis en lui et en l’Institut, même si Donatien s’était révélé être un corbeau et non une colombe, l’écossais lui vouait une affection réelle. Il était difficile pour lui de haïr cet homme qui l’a pris sous son aile depuis qu’il mit le pied sur cette île, malgré le tombé de rideau.
Cependant, même si ça lui faisait de la peine, il était prêt à trahir Donatien pour sauver une vie, oui. Etre un sauveur ou un traitre, le choix était terrible.

Le jeune homme se dirigea vers son violon, le retira de son étui et commença à démonter méticuleuses la doublure de la protection pour y loger discrètement le plan. Une petite bouille brune arriva près de lui, ses petites mains se posèrent sur la table et il regarda son ainé faire. Nevrabriel ne regarda à aucun moment son illusion, concentré à sa tache, mais conscient de sa présence. Alistair finit par lever les yeux vers ceux vairons du jeune homme, interrogateur :

*Que fera Donatien s’il le trouve ?*

Le concerné finit par dévier le regard sur celui saphir du petit garçon.
Il ne fallait mieux pas y penser … Et tant bien même Nevrabriel lui dirait la vérité, Donatien ne le croirait certainement pas.

*Nev … je peux dormir avec toi ?*

Le roux était complètement déconnecté de la réalité. Il comprenait inconsciemment que ce n’était pas possible qu’Alistair, Merywen et Anna ne soit pas là, cependant, il se laissait porter par sa maladie comme si c’était elle qui lui dictait ce qu’il devait faire.
Alors, le jeune homme s’allongea sur son lit, le dos sur les draps, le regard vers le plafond. Il avait du mal à trouver le sommeil, ses pensées se bousculaient dans sa tête, chaque nuit. Mais ce soir il devait dormir, sinon, comment pourrait-il achever sa mission demain ?

Et demain arriva rapidement.

Un petit déjeuné qu’il toucha à peine, un long moment dans les sanitaires, une consultation silencieuse, retour dans sa chambre. Comme s’il n’avait pas bougé depuis la nuit, il se retrouva allongé sur le dos, les yeux fixant le plafond.

Finalement, ce fut le visage de sa sœur qui apparut dans son champ de vision, ses cheveux tombant vers lui mais ne le touchaient pas. Il ne pouvait pas, et ne devait pas, les toucher, ou ils ne les reverraient peut-être jamais …
Bien que parfois il devait les chasser, sentant son cerveau devenir une purée. Il fallait bien qu’il se réveille par moment, oxygéner le moteur de ce corps, mais il ne savait pas s’il était préférable de s’éteindre dans une douce illusion ou dans une dure réalité.

*Tu te poses trop de question ! Aller viens on s’occupe des caméras pendant qu’il fait jour !*

Le problème de la journée … c’est qu’il risquait de croiser du monde. Que ferait-il si Kan, Lucy ou Willow lui demandait de son temps ? … Que ferait-il s’il croisait Astrid ?
Décidemment, il était mieux ici …

La petite pile d’énergie qu’était sa sœur ne le laissa pas vraiment de répits et commença à lui faire une tirade sur l’incroyable périple qui les attendait et qu’elle serait toujours là pour l’aider. Elle en parlait comme si c’était l’aventure de sa vie.
Finalement, à cours d’arguments, Nevrabriel se redressa, non sans mal par la lourdeur de son corps, et alla vers son bureau pour prendre son carnet et sortir de sa chambre.

*En plus de jour, tu peux te balader dans les différentes ailes sans prise de tête !*

C’était le but.
Longeant les murs de l’aile X, le jeune homme regardait le positionnement des caméras, sans arrêter de marcher, et déterminait leur angle de vu dans les corridors.



Nev s'exprime en : 6699CC

avatar

Messages : 50
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018


[Preuve] Je veux
m'approcher du Ciel


PTIT VEINARD


→ B'soin d'un coup d'main ?

En effet, peu de gens prêtaient attention à Nev. Comme les gamins étaient excités par ce beau temps, les vigiles surveillaient les patients qui parlaient trop fort ou les enfants maladroits qui couraient dans les couloirs. Les gardes avaient plus l'impression d'être les pions d'une classe de maternelle que d'un établissement de santé. Malgré sa notoriété, on n'accordait pas vraiment son temps à Nevrabriel.
A part un patient.
Un type passe partout, avec des petits yeux noirs et une mèche tombante. Il avait une allure énigmatique. Du duo de ceux qui géraient les preuves dans la grotte, il était celui qu'on ne connaissait pas. Parce que oui, ils étaient deux à s'occuper des preuves : celui qui restait dans la grotte, conseillait, etc. Et celui qui se cachait et surveillait que les patients n'étaient pas des traîtres. Le ténébreux voyait bien à quel point Nevrabriel s'investissait et s'autorisa à lui donner un coup de main. Le patient du Docteur Elpida de leur côté, c'était une chance.
Il lui fonça alors dedans, le bousculant si fort qu'ils tombèrent tous les deux.

- Pardon.

Le brun se releva si vite qu'on eut à peine le temps de voir son visage. En revanche, il avait glissé un papier dans la poche de Nevrabriel : un plan avec la disposition des caméras au niveau des côtes de l'île et du lac.

Possibilité de répondre le 16 Août à 00h36 (heure française).
avatar

Messages : 466
Points de confiance : 131
Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Localisation : dans un bouquin ou la salle de musique

X36
Alors que Nevrabriel marchait tranquillement, notant en gaélique ces endroits où se trouvaient les caméras, il se fit percuter par une personne qu’il ne reconnut pas. Le choc le fit basculer en arrière, ayant peu d’équilibre par son état de santé. Etrangement, l’écossais se sentit presque tourner, il entendit un « Pardon » se perdre dans ses sifflements comme si une bombe avait explosé à coté de lui.
Il faisait une chute de tension …

Nevrabriel releva doucement la tête vers l’inconnu et n’eut pas le temps de le voir qu’il était déjà partit, mais avait senti qu’il lui avait donné quelque chose. Le patient resta assit dans le couloir encore un moment, ayant du mal à se reprendre. Son regarda se balada doucement dans le couloir, à la recherche de son carnet. Où l’avait-il lâché ?

Son regard bicolore finit à seulement quelques centimètres de lui. Mais le jeune homme n’eut pas la force de le prendre tout de suite. Lent et faible, il finit tout de même par tendre le bras et récupérer son bien avant de se relever avec latence.

*Bin alors, tu ne tiens plus sur tes jambes ?*

Nevrabriel regarda sa petite sœur qui se moquait gentiment de lui. Bien qu’il tenait à peine debout, il ne voulait pas paraitre faible devant sa cadette et se redressa complètement avant de plonger sa main dans sa poche et regarder discrètement ce que lui avait glissé l’inconnu.

C’était … un plan avec la disposition des caméras au niveau des côtes de l'île et du lac ?

Comment ce garçon pouvait deviner ses intentions ?
Nevrabriel replia vivement ce papier et le remit au fond de sa poche pour ne pas le perdre. Il craignait d’être pris à présent. Un carnet en gaélique, il pouvait inventer un mensonge, un plan détaillé … c’était une autre histoire. Mais d’une certaine façon, il était bien heureux que ce garçon lui ait donné ce papier, il l’avait grandement aidé.

Nevrabriel se rendit alors dans l’aile W pour compléter sa quête.



Nev s'exprime en : 6699CC

avatar

Messages : 466
Points de confiance : 131
Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Localisation : dans un bouquin ou la salle de musique

X36
Le jeune homme fit le même trajet que la veille, ou très tôt ce matin, cela dépendait du point de vue, il essayait d’avoir la tête droite alors que ses yeux se baladaient vers le plafond et les cadres des fenêtres. Il ne s’arrêtait pas. S’arrêter devant une camera serait voyant et trop suspect. De toute façon, sa démarche lente et fatigué lui laissait largement le temps de voir et noter les emplacements.

Comme la veille, ses pas s’arrêtèrent un instant devant la porte de Lucy. Il fixa ce bois qu’il ne toucherait pas. Même s’il en avait envie, dans le fond.

*Tu ne vas pas laisser tomber notre super aventure pour lui faire la cosette quand même !*

Nevrabriel tourna la tête vers Merywen qui avait une mine boudeuse. Les bras croisés sur sa poitrine, les joues gonflées, la moue sur le coté, les sourcils froncés. Elle ressemblait plus à une petite fille qu’à une adolescente. Il la regarda un instant, son sens temporel était décalé de la réalité, il pouvait fixer une chose pendant une heure et croire qu’il ne le faisait que depuis une minute tout comme il pouvait marcher une minute et croire que cela faisait des heures.

_Ne t’en fais pas, je reste avec toi.

Sa phrase était simple mais sa voix était faible. Même ça, il ne s’en rendait pas compte. Mais le visage joyeux de la jeune Erskine valait bien de s’assécher la gorge.
Toute heureuse, elle lui ouvrit la marche en sautillant et ils quittèrent l’aile W pour l’aile Y. Nevrabriel avait l’impression qu’il était plus facile de circuler chez les W, les gardes semblaient plus sympathiques et laxistes. Certainement parce que cette section regroupait les personnes ayant des troubles du sommeil et qu’il était rare que les W soit difficile, sauf peut-être cette fille aux cheveux violets qui aime peindre son matricule à travers les oreilles des autres ?
Mais là encore, il n’en était pas certain.

Cette fois, Nevrabriel espérait que les gardes de cette aile le laisse plus tranquille que la nuit passée …



Nev s'exprime en : 6699CC

avatar

Messages : 50
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018


[Preuve] Je veux m'approcher du Ciel

PAS DE CHANCE


→ C'est quoi ça ?!
Un vigile de l'aile W, le type qui avait trouvé Nevrabriel louche la nuit précédente, était de poste ce matin. C'était un grand type baraqué au crâne rasé et à la mâchoire anguleuse. Il avait les yeux si petits qu'on aurait dit deux billes noires enfoncées dans leur orbite - merci l'effet cernes.
Il avait cessé son activité à minuit et avait repris il y a cinq minutes. Suspicieux, il avait tout de suite repéré le patient du boss et ne l'avait pas lâché du regard. Ce fut comme ça qu'il vit la chute des deux adolescents. Le roux tournait le dos au vigile, mais il avait bien remarqué qu'il avait sorti quelque chose de sa poche. Comme par hasard. C'était quoi ? Un canif ? Un clou ? Un papier ? C'était trop petit et il était trop loin pour le distinguer.
Le gamin à la mèche s'était comme évaporé. Et, de toute façon, sa tronche ne disait rien à Jérémy - c'était le nom du pion. Il suivit Nevrabriel jusque l'aile Y, ce qui confirma les soupçons de Jérémy. Qu'allait-il faire dans une aile qui n'était pas la sienne ?!
Sans prévenir, il agrippa de sa grosse main la maigre épaule du patient et le força à lui faire face.

- Montre-moi ce que t'as dans la poche ! Tout de suite !  

Cette fois, il ne démordrait pas.

Possibilité de répondre le 25 Aoûaivt à 10h12 (heure française).
avatar

Messages : 466
Points de confiance : 131
Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Localisation : dans un bouquin ou la salle de musique

X36
Alors que Nevrabriel commençait à s’engouffrer dans l’aile Y, jetant parfois des regards aux patients, au cas où il reconnaissait un visage amical et devrait faire demi-tour pour l’esquiver, éviter une conversation qui serait désagréable pour les deux patients, une main, puissante et violente lui agrippa l’épaule. Nevrabriel en sursauta presque mais plus par la douleur de cette poigne que par le fait qu’on l’interpelle. L’homme l’obligea à lui faire face, quitte à la lui faire mal.
Encore ce surveillant ? C’était de l’acharnement !

_ Montre-moi ce que t'as dans la poche ! Tout de suite !  


Ah …
Ok.
Il était foutu.

*Nev … C’est le moment ou jamais de réfléchir*

Et le jeune homme réfléchit à toute allure. Il n’avait qu’une seule et unique chance de s’en sortir, chance qu’il devait saisir, il n’avait pas le choix.
Nevrabriel toisa le surveillant, le défiant presque du regard avant d’affirmer, d’une voix morte et cassante qui ne lui ressemblait pas du tout :

_La prochaine fois que vous me malmènerez ainsi, j’en parlerais à mon médecin. Je ne pense pas que votre patron apprécierait.

En temps normal, Nevrabriel détestait jouer sur le fait qu’il était l’un des chouchous de Donatien, il trouvait ça même injuste d’avoir certain privilège, mais là, il n’avait pas vraiment le choix. Egalement, il savait que son médecin était du genre protecteur, voir possessif avec ses patients, personne n’avait le droit de leur faire du mal (sauf lui).

Cependant, pour aller au bout de sa détermination, il devait tout de même donner quelque chose au surveillant, n’importe quoi, mais n’importe quoi dans sa poche !

*Nev, dis-moi que tu as quelques choses !*

Le jeune homme n’était pas sûr de lui, mais il allait tenter tout de même, au pire, il dira simplement qu’il ne comprenait pas pourquoi le garçon lui avait donné ce bout de papier, ce qui était la vérité, de toute façon.
Le jeune homme plongea sa main dans sa poche, ne déviant pas son regard vide de celui rageur du surveillant.
Foutu ?
Foutu.
Foutu …
Oh … Que … ?

Nevrabriel sortit un bonbon que lui avait donné Kan il ya déjà un moment. Il le montrait fermement et finit par le tendre

_Vous le voulez ? Il fallait le demander.


Dernière édition par Nevrabriel le Sam 25 Aoû - 22:14, édité 1 fois


Nev s'exprime en : 6699CC

avatar

Messages : 50
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018


[Preuve] Je veux m'approcher du Ciel

Mais quelle chance !


→ Bon ... Pourquoi pas ?
Aïe ... Si l'gamin allait cafter auprès de son patron... Jérémy hésitait. Il ne connaissait pas le règlement par cœur, mais s'il y a bien une chose qu'il savait, c'est qu'il fallait pas toucher les patients du Docteur Elpida. Et s'il ne le voyait pas souvent, ce type flippant, chaque fois qu'il le voyait, Jérémy baissait les yeux. Ouais, lui, l'ancien militaire aux épaules carrées et à la mâchoire développée, s'inclinait devant la silhouette famélique du Docteur Elpida. Du coup la menace du patient était efficace.
Et en plus, le roux sortit un bonbon de sa poche ...
Est-ce que Jérémy se serait fourvoyé depuis le début ?
Il hésita, puis lâcha le patient. Il lui épousseta même l'épaule qu'il avait saisi auparavant.

- Bon ... D'accord. Mais évite de traîner dans une aile qui n'est pas la tienne, le règlement l'interdit il m'semble.

Puis, très sérieux, il retourna à son poste.

Possibilité de répondre le 26 Août à 13h40 (heure française).
avatar

Messages : 466
Points de confiance : 131
Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Localisation : dans un bouquin ou la salle de musique

X36
La main du surveillant se fit moins oppressante jusqu’à disparaitre de l’épaule du patient. Nevrabriel réprima un soupire de soulagement, non pas pour le fait que le surveillant se soit détendu mais bien le fait que cette main lui avait fait mal. Il fallait dire que cet homme était bien imposant et pourrait le casser en deux à l’heure actuel. Ou même pas actuel.
L’écossais n’avait pas quitté ses yeux des billes noirs de son ainé. Il put lire de l’hésitation sur son visage et même ce qui se rapprochait à de l’inquiétude. Personne ici ne voulait être renvoyé. Les fragiles ont démissions après la grande sanction, le reste voulait garder leur poste. Pourquoi d’ailleurs ? Ils étaient si bien payés que ça ?

_ Bon ... D'accord. Mais évite de traîner dans une aile qui n'est pas la tienne, le règlement l'interdit il m'semble.

Nevrabriel acquiesça sagement avant de répondre :

_Pardonnez moi.

Le garde repartit pour prendre son poste et Nevrabriel le regarda s’éloigner. Il ne se connaissait pas cette assurance, cette ténacité qu’il venait de faire preuve. Tenir tête à l’autorité ne lui ressemblait absolument pas. Il se sentait changer. Mais en bien. Depuis la grande sanction, il avait l’impression qu’avoir découvert le vrai visage de l’Institut le faisait peu à peu grandir. Il devenait un homme, c’était évident. Bien qu’il aurait aimé que son passage à l’âge adulte se passe de manière plus … délicate.

*Mouais, devenir adulte, c’est nul !*

Nevrabriel tourna la tête sur le coté pour regarder Merywen bouder.

*Je préfèrerais que tu ne le deviennes pas !*

Bien qu’il ne pouvait rien refuser à sa sœur adorée, Nevrabriel était partagé entre la beauté de l’innocente dont il fut bercé et l’acensions qu’il cheminait. Grandir ne lui faisait pas peur. Il y trouvait même certain avantage. Comme le fait de pouvoir tenir tête aux autres.
Le jeune homme se retourna vers le couloir de l’aile Y. Il devait faire vite. Ce surveillant allait lui lâcher la grappe pendant un moment mais il y en avait encore plein d’autres qui étaient susceptibles de lui nuire. Egalement, il se voyait mal remettre sur le tapis le fait d’être un patient de Donatien.

Ainsi, sur un pas plus rapide que sa démarche de zombis, Nevrabriel s’engouffra finalement dans l’aile pour terminer ce qu’il avait commencé.



Nev s'exprime en : 6699CC

avatar

Messages : 466
Points de confiance : 131
Date d'inscription : 31/01/2018
Age : 20
Localisation : dans un bouquin ou la salle de musique

X36
Nevrabriel termina de rapporter le positionnement des caméras de l'aile Y sur son carnet le plus rapidement possible avant de retourner dans sa chambre. Il devait se « débarrasser » de ce bout de papier avant qu’on lui demande à nouveau de vider ses poches. Le jeune homme ouvrit son tiroir et glissa le papier au fond, cacher sous une pile de cahiers et autres papiers. Les surveillants ne viendraient tout de même pas fouiller sa chambre, ça serait le comble !

De nouveau, l'écossais sortit comme tantôt, avec son carnet sous le bras, mais direction l’extérieur cette fois. Il n’aurait que le port à faire vu l'étrange aide qu'il a reçut. La forêt brûlée étaient également vide de surveillances, c’était certainement pour ça que c’était la planque idéale avant qu’elle ne disparaisse en fumée …

Le jeune homme s’arrêta de marcher un moment. Comment allait-il faire pour la cantine ? … Il ne désirait absolument pas s’y rendre. Il ne voulait pas manger et il était certain à 200% de croiser des visages familiers qui l’emmèneraient passer le reste de la journée avec lui. Et contrairement à ce que tout le monde pensait, ça n’allait aucunement lui faire du bien.
Si on le maintenait dans la réalité, pourrait-il revoir ces visages qu’il sait inexistante dans ses moments de lucidité ? … Il ne le savait pas. Généralement, ses illusions disparaissaient et ne revenaient jamais, ou des semaines plus tard. Du moins, pas sous les mêmes traits.
Il aurait bien le temps de réfléchir à cela, pour le moment, Nevrabriel allait se contenter de l’extérieur, le bâtiment commun était en dernier dans sa liste.

L’extérieur était moins surveillé en journée, avec de la chance, il n’aurait pas d’ennuie. Le jeune homme s’adossa à un ponton du port et fit balader ses yeux pour repérer toute les caméras et les noter comme si de rien n’était, s’accordant ainsi une pause dans son étrange mission. Mais son n'être n'était plus vraiment habitué au soleil et il sentait qu'il pourrait être victime de malaise à n'importe quel instant ...



Nev s'exprime en : 6699CC

avatar

Messages : 50
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018

Le dernier lancé, celui qui conclut cette preuve, était positif. Tu as terminé cette preuve en étant chanceux !

En résumé, tu as obtenu :
- 3 lancés négatifs
- 2 lancés neutres
- 3 lancés positifs dont un lancé qui conclut cette preuve


[Preuve] Je veux m'approcher du Ciel

Preuve réussie !


→ On rentre au bercail
Nevrabriel, bien qu'étant subitement malade, termine tranquillement sa carte des placements des caméras de l'Île. Il ne voit que quelques gardes sur le chemin, mais ils ne l'embêtent pas plus que ça. De plus, cela lui permet de les noter dans son carnet.

Sur le chemin du retour, il repère quelques caméras qu'il avait raté au passage et corrige cette erreur.
Il rentre rapidement dans sa chambre, de peur de se faire prendre à nouveau ses affaires ou de se faire interrogé à nouveau. Après tout, se faire remarquer ainsi par plusieurs gardes n'étaient probablement pas une bonne idée...

Il rangea dans un lieu sûr ces précieuses informations, qui, il en était persuadé, allaient être utiles un jour...

Conséquences de cette preuve :
- Nevrabriel est désormais connu des gardes. Il devra faire attention lors de ses prochains RP à ne pas trop traîner dans les couloirs la nuit au risque de se faire ramener dans sa chambre sans préavis.
- Nevrabriel est en possession de la carte complète de l'emplacement des caméras de sécurité, ne lui manquant juste les emplacements dans le Bâtiment des membres du personnel et le sous-sol. Pour les rondes des gardes, il lui manque le Bâtiment des membres, le sous-sol, et les endroits extérieurs autres que le Port.
- Donatien Elpida n'est pas au courant des sorties nocturnes de son patient, les gardes ont gardé le silence. Cependant, ils sont aux aguets et prêts à sévir au besoin.

Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Jeu 13 Déc - 5:57

    Aube des Mondes