Le bug d'Ulysse [ft. Atsuka]

Messages : 128
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
X156
Lun 30 Juil - 15:36
Le bug d'Ulysse
Ulysse & Atsuka
Ce fut une journée tout à fait banale qui commença. Mais en même temps, tout était différent. Ulysse s'était réveillé une heure avant que son réveil ne sonne, et il n'avait même pas essayé de se rendormir. Le soleil se levait de plus en plus tôt, et ses rayons chauds commençaient doucement à se réfléchir sur les vitres de sa chambre. Ils pénétraient à travers les volets, apparemment pas assez fermés pour empêcher la lumière de passer.
Il contemplait alors cette pièce dans laquelle il vivait depuis plusieurs mois déjà. Tout était propre, pas une poussière pour combler un espace vide. Tout était rangé, rien n'était laissé au hasard ni n'était pas à sa place. Les ombres dansaient selon le bon vouloir des rayons du Soleil, procurant un bien être rare chez Ulysse.
Il gardait alors les yeux ouverts pour profiter de cette matinée qui osait perturber les habitudes du jeune homme, mais il ne s'en plaignait pas. Au contraire, il appréciait d'autant plus le spectacle qu'il était rare.
Il écoutait sa respiration calme et apaisée, les gazouillements des oiseaux et les pas dans le couloir, témoignant d'une journée neuve qui débuta.

Il se redressa finalement au bout d'une demi-heure, s'étant permis de rester dans son lit afin de profiter de cette matinée. Assis, il observa encore le sol qui apparaissait de plus en plus distinctement à Ulysse. Il leva les yeux vers ses commodes, ses luminaires et ses divers objets de passions.
Finalement, il posa un pied sur le sol, puis l'autre.

Il le sentait dans tout son corps : cette journée allait être différente. Oui, différente. Mais en quoi ?

Voilà encore une chose qu'il ignorait. Il aurait aimé comprendre de suite en quoi tout allait être différent ce jour-ci, mais étrangement cela ne le perturbait pas tant que ça. Parfois, ne pas comprendre, ne pas avoir la situation bien en main n'était pas si désastreux.

Il prit deux serviettes et ses affaires de toilettes, ainsi qu'un uniforme propre, puis alla aux sanitaires. Il profita de l'eau chaude qui brûlait sa peau et qui s'écoulait le long de son corps. Ses cheveux lui retombaient devant ses yeux, laissant des gouttes s'échapper sous son regard. La vapeur d'eau venait de ses pores, et ses pieds étaient devenus rouges.
Il stoppa le jet d'eau et se moussa le corps. Il se rinça ensuite et lava ses cheveux. Il sortit de la douche, une serviette autour de son bassin et une sur ses épaules. Il s'essuya rapidement puis quitta les sanitaires tout habillé, les cheveux un peu séchés.
Il se sentait revigoré. Il se sentait presque vivre. Ce sentiment ne le quittait plus depuis un moment sans qu'il comprenne.
Mais il s'en fichait un peu depuis un moment, en réalité.

Il déposa ses affaires dans sa chambre avant de partir se nourrir. Il prit un repas équilibré pour un petit-déjeuner, et repartit le coeur léger dans son espace privé. Il attrapa un bouquin qui reposait sagement sur son bureau et s'y installa pour lire la suite.

Il l'attendait. Elle allait venir pour discuter de son cerveau si exceptionnel.
Il était impatient.
Messages : 53
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 17/12/2017
Age : 25
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Médecin
Mar 7 Aoû - 22:33

Le bug d'Ulysse

Quatre heures du matin. Le soleil pointait le bout de son nez. Et Atsuka s'était réveillée brutalement, en sueur et le coeur battant à toute allure. Elle passa sa main sur son front moite. Un cauchemar, rien de plus qu'un mauvais rêve. Où elle revivait en boucle le départ de sa petite soeur mais bien plus violemment comme si on la lui arrachait. Comme si cette dernière lui faisait mille et un reproches pour ne pas l'avoir encore vue ni sauvée, alors qu'elle avait sacrifié son rêve dans cet unique objectif. Fébrile, elle se leva et se pencha au-dessus du lavabo, aspergeant son visage d'eau glaciale, lui remettant les idées en place. Levant les yeux vers sa fenêtre et remarquant la légère clarté, elle soupira. Elle aurait un mal fou à se rendormir.

Elle avait parfaitement prévu la suite de sa "nuit". Elle avait eu une telle difficulté à retomber dans les bras de Morphée, se tournant et se retournant sans cesse sur son matelas, qu'une fois les yeux à nouveau fermés, elle n'avait pas entendu son réveil strident rompre le silence de sa chambre. Comme une fleur, elle avait ouvert les paupières bien trop tard. Neuf heures et demie, alors que sa première consultation était à dix heures. La jeune femme ne comprit pas tout de suite l'urgence, reposant sa tête sur l'oreiller. Avant de sursauter et de se lever d'un bond, tordant légèrement sa cheville droite à la réception. Elle jura, contre elle-même et contre les évènements, attrapant à la volée un short gris, faussement déchiré aux bords,et un débardeur noir s'attachant au cou. Elle s'engouffra comme une tornade sous la douche, allumant l'eau froide à fond afin de s'achever de se réveiller. Elle serra les dents sous la morsure du liquide et frotta vigoureusement sa peau et ses courts cheveux. Après les avoir séchés grossièrement à la serviette, elle les coiffa en y passant ses doigts, sauta dans ses Doc Martens bordeaux et fila hors de sa chambre. Tant pis pour le maquillage, elle devait avoir des cernes de vingt pieds de long, mais c'était ça ou être en retard et ce n'était pas acceptable.

La médecin ne prit même pas le temps de manger, cavalant à perdre haleine vers le Bâtiment. Elle pénétra dans l'aile X et monta les marches quatre à quatre jusqu'au premier étage. Enfin arrivée devant la chambre 156, celle de son premier patient donc, elle s'accorda une pause et se laissa tomber dos au mur, sa cage thoracique se soulevant de manière irrégulière, témoin de sa respiration erratique. Elle avait eu la présence d'esprit d'emmener une bouteille d'eau, dont elle bu la moitié en quelques secondes. Elle attendit quelques minutes que les battements affolés de son coeur ralentissent, avant de se relever, essuyant l'eau sur ses lèvres d'un geste de la main. Elle remit en place ses mèches bleues, avant de retenir un juron car elle n'était pas passé prendre ses dossiers. Tant pis, il était trop tard. Elle toqua à la porte pour signaler sa présence mais n'attendit pas la permission pour entrer. C'était devenu un code entre eux, il l'avait autorisée à rentrer du moment qu'elle indiquait être là avant, sauf si elle recevait l'injonction contraire évidemment. Elle tenta de camoufler sa fatigue avec un sourire approximativement joyeux. Enfin, il était joyeux, sans qu'elle ne sache vraiment pourquoi d'ailleurs au vu des circonstances, mais elle ne pouvait empêcher l'influence de la mauvaise nuit passée sur son visage.

-Bonjour Ulysse! Qu'est-ce que tu lisais?
demanda-t-elle en remarquant le livre dans ses mains.
©️ Adèlys sur LS for everyone


Messages : 128
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
X156
Sam 11 Aoû - 1:09
Le bug d'Ulysse
Ulysse & Atsuka
Il en était déjà à la moitié du bouquin alors qu'il l'avait commencé il y a deux jours. Il avançait si vite dans ses lectures qu'il faisait parfois des pauses de plusieurs mois avant de reprendre goût aux livres.
De plus, pour la plupart des gens, lire faisait passer le temps assez vite. Pas pour Ulysse, qui en ayant terminé cinq pages venait de faire passer une minute. Pourtant, l'écriture n'était pas si grosse que ça...

Il entendit finalement des bruits de pas rapides dans le couloir. Il reconnut de suite les chaussures qui créaient ce son si particulier, avec le poids plume qui les portait : Atsuka.
Avec une joie non dissimulée, il se mit à observer l'espace entre le sol et le bas de la porte, laissant l'ombre de sa médecin pénétrer timidement sa chambre. Il s'imaginait déjà comment son amie allait entrer dans la pièce. Avec gêne ? En poussant la porte si rapidement qu'elle en trébucherait et qu'il serait obligé de se lever pour la rattraper ? Avec nonchalance ?
Il sentait son cœur prendre temps de place dans sa poitrine que, cette fois-ci, il s'interrogea sur sa situation : qu'est-ce qu'il se passait ?

Il n'eut pas le temps d'approfondir la question, la voilà dans la chambre, le dossier sous le bras. Pour lui, les séances de soin étaient des prétextes pour qu'ils puissent se voir sans être dérangés.

La première chose qu'il remarqua chez elle, c'étaient ses cheveux trempés, à peine essuyés. Ceux d'Ulysse avaient eu le temps de sécher, bien qu'ils étaient encore humides. Mais les mèches d'Atsuka goutaient... Elle s'était probablement levée avec précipitation. Deuxième indice : les traits fatigués de sa médecin.
Dans un élan d'inquiétude, il se leva de son lit, posant son regard sur toutes les pores de son visage. Elle avait beau sourire d'un rictus toujours aussi excitant à observer, Ulysse savait reconnaître sa nuit... Pas assez reposante. Il ne savait pas pourquoi elle n'avait pas suffisamment dormi, mais ce n'était jamais bon signe. Peut-être qu'elle était avec quelq... Non, non.

-Bonjour Ulysse! Qu'est-ce que tu lisais?
- Tout va bien ? Demanda-t-il en même temps qu'elle.

Il ouvrit la bouche, surpris qu'ils aient pris la parole en même temps. Puis, il jeta un coup d'oeil à la première de couverture de son livre, avant de le poser sur sa table basse.

- Ça ? C'est un best seller de Gilles Legardinier, "Quelqu'un pour qui trembler. Tu as l'air d'avoir mal dormi, tout va comme tu veux ?

Dans un geste protecteur et amical, Ulysse posa sa main dans le creux du bassin de sa médecin pour la guider vers le lit, où il lui demanda de s'asseoir.

Quelque chose... Etait différent.
Mais quoi ?
Messages : 53
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 17/12/2017
Age : 25
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Médecin
Sam 11 Aoû - 19:26

Le bug d'Ulysse

Elle se sentit scrutée et surtout démasquée. Elle savait qu'Ulysse allait s'en rendre compte, vu qu'il était très observateur et perspicace. Juste à sa tête il était aisé de deviner que sa nuit avait été mouvementée, il lui restait juste à espérer qu'il ne se méprenne pas sur les raisons de cette absence de sommeil.

-Tout va bien ?


Un léger rire secoua ses épaules quand ils ouvrirent la bouche en synchronisation parfaite. Il s'inquiétait trop, qui aurait cru qu'elle viendrait à considérer un patient comme une des personnes les plus proches d'elle dans tout l'Institut, il est vrai qu'elle n'avait pas réellement cherché à se faire des amis. Déjà car forcer le naturel était ridicule, puis car son temps était quand même restreint et qu'elle voulait surtout aider sa soeur, qu'elle n'avait toujours pas réussi à croiser malheureusement. Gentiment, il accepta de répondre à sa question avant de s'enquérir davantage de son état.

- Ça ? C'est un best seller de Gilles Legardinier, "Quelqu'un pour qui trembler". Tu as l'air d'avoir mal dormi, tout va comme tu veux ?

Joignant le geste à la parole, il l'invita à prendre place sur son matelas alors qu'un délicieux frisson remonta le long de la colonne vertébrale d'Atsuka, diffusant une vague de chaleur très agréable, la rassérénant un peu. "Quelqu'un pour qui trembler"... Le titre semblait poétique, mais elle ne savait pas quel genre de roman pouvait s'intituler ainsi et elle ne pensait pas qu'Ulysse était du genre à lire des histoires à l'eau de rose. Ce n'était probablement pas ça en vérité. Avec un sourire, elle s'assit sur son lit et l'invita à la rejoindre.

-Cauchemar, rien de grave ne t'inquiète pas pour moi. Sinon, je ne connais pas du tout. C'est quel genre de roman?

L'objectif, comme presque toujours car elle n'aimait pas inquiéter les autres ni parler de ses problèmes, était encore de faire diversion. Elle était persuadée que son livre ne parlait pas d'une banale romance et, en vérité, trembler d'inquiétude pour une personne n'était pas qu'un sentiment amoureux. Atsuka en était la preuve vivante tant elle mourrait d'envie de faire sortir sa petite soeur du huis-clos que constituait cette île. Pour le rassurer davantage, elle lui adressa un large sourire, plus radieux qu'à son entrée dans la pièce, elle était à l'aise en sa présence, c'était comme si la lumière jouant dans les mèches dorées se reflétait dans les yeux du jeune homme et qu'il lui transmettait sa chaleur par le regard. C'était décidément un lien très étrange qu'ils avaient tissé au fil des mois.
©️ Adèlys sur LS for everyone


Messages : 128
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
X156
Lun 13 Aoû - 16:33
Le bug d'Ulysse
Ulysse & Atsuka
Une fois installée sur son lit, il répondit à sa demande en s'asseyant à côté d'elle, humant son délicieux parfum émanant de sa peau. Elle sentait le savon et le shampooing...
Elle souriait, comme d'habitude. Elle lui donnait l'occasion d'admirer, une fois encore, son visage enjoué, quoique fatigué et tiraillé par la nuit.

Cauchemar, rien de grave ne t'inquiète pas pour moi. Sinon, je ne connais pas du tout. C'est quel genre de roman?

Un cauchemar ? Quel type de cauchemar ? Est-ce qu'il revenait souvent ? Ou est-ce que c'était rare pour elle, de cauchemarder ? Avait-elle des problèmes dont elle ne voulait pas parler ? Se sentait-elle en danger ou malheureuse ?
Ses lèvres brûlaient de lui poser tout un tas de questions sur sa santé, son bien-être et tout le reste, mais elle avait été claire dans sa phrase. "Rien de grave", et "ne t'inquiète pas pour moi" sont des synonymes de "je ne souhaite pas en parler". Des sortes de codes sociétales.

Il jeta un coup d'oeil vers son livre, et en lut à nouveau le titre. S'il l'avait commencé, c'était avant tout parce que sa mère trouvait nécessaire qu'il lise non seulement des best-sellers, mais en plus des romans à l'eau de rose pour "l'inspirer". A quoi cela pouvait-il l'inspirer ? Il ne comprenait pas les décisions de sa mère, parfois.
Il haussa les épaules.

- C'est une histoire d'amour que m'a envoyé ma mère. Tu peux m'en parler, tu sais. Annonçait-il.

Il se tourna à nouveau vers elle, plongeant son regard si profondément dans le sien qu'il venait d'éteindre sur le bouton "OFF" de son cerveau. Ce qu'il aimait faire un plongeon dans les yeux de sa médecin...
Pourquoi, d'ailleurs ? Pourquoi aimait-il cela tant que ça ?

Il cligna des yeux, s'humidifia les lèvres, et balaya ces pensées de sa tête. Il devait se concentrer sur elle.

- Ça revient souvent ? C'est quelque chose qui te pèse ? De mon expérience, je sais qu'il ne faut pas garder les choses trop souvent pour nous.

Il écarquilla les yeux, sentant qu'elle pouvait mal interpréter ce qu'il disait, et se rattrapa en bégayant :

- Enfin, je... Je ne prétends pas être la personne qu'il te faut pour te, te confier mais... Enfin voilà quoi...
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Le bug d'Ulysse [ft. Atsuka]

Sauter vers: