Bienvenue,   !
Institut Espoir

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Partenaires

News

22/09/2018
Modification des pourcentages révolutionnaires (cf. PA et heure supp')
16/09/2018 Ajout du bouton Discord qui avait disparu ;-;
02/09/2018 Nouvelle esthétique ! Informations ici !

Evénement ♫5

avatar

Messages : 57
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 17/12/2017
Age : 25

Médecin

A l'eau!

Leurs regards se croisèrent et Atsuka eu tellement peur de se faire surprendre en flagrant délit d'observation très poussée qu'elle ne remarqua pas les yeux d'Ulysse qui la dévoraient de haut en bas. Elle s'autorisa un léger soupir et une longue respiration pour remettre ses idées en place, calmer son coeur affolé et faire disparaître ses rougeurs.

-Je vois.

Quand il se retourna vers elle, elle avait de nouveau un de ses larges sourires dont elle avait le secret, rendu encore plus éclatant par la présence du jeune homme. Avec lui elle se sentait différente, plus en harmonie avec elle même, comme s'il faisait ressortir sa vraie personnalité, un peu plus timide que ce qu'elle montrait, moins assurée mais aussi plus douce. Son côté enfantin ressortait aussi, si bien qu'elle se précipita vers le lac miroitant, toujours en souriant béatement. La morsure fraîche du liquide lui permit de reprendre facilement ses esprits et elle se retourna sur le dos, aussi à l'aise qu'allongée sur un matelas. Ses courtes mèches, d'un bleu devenu foncé, ondulaient doucement dans l'eau et elle profitait yeux fermés des rayons du soleil caressant son visage qui manquait de couleur. Sauf quand elle était auprès d'Ulysse où, curieusement, ses joues prenaient une délicate teinte rosée. La jeune femme sursauta à l'annonce de Madame Dubois. Elle avait totalement oublié le tournoi de volley, son esprit irrémédiablement attiré vers une autre personne. Son inquiétude fut bien vite chassée quand cette fameuse personne la rejoignit. Un contact aussi simple que sa main dans son dos l'électrisa et fit réapparaître de la couleur sur ses pommettes et pétiller ses yeux bleu-gris.

-Ça a toujours été difficile de te résister, mais je crois que ça l'est encore plus aujourd'hui.

Le sourire d'Atsuka s'agrandit encore plus, dévoilant légèrement une rangée de dents blanches. Son coeur manqua un battement, son répit avait été de bien courte durée. Elle s'appuya sur son bras et lui murmura à l'oreille :

-Qui a parlé de résistance?

Après un rapide coup d'oeil pour voir si personne ne la voyait, elle laissa ses lèvres effleurer la tempe et la joue d'Ulysse avec un sourire plus mutin qu'à l'ordinaire.

-Je devrais aller au tournoi de volley, mais il y a bien plus intéressant dans l'eau... Je vais devoir trouver une excuse.

La jeune femme avait vraiment l'impression de retomber en adolescence, son goût pour le risque et le manquement au règlement s'en retrouvait accru, comme à cette période de sa vie, pendant la faculté de médecine. Après tout, ils transgressaient déjà les règles donc pourquoi s'abstenir? Un nouveau coup d'oeil lui servit à confirmer que toute l'attention était portée vers la berge et l'eau était assez épaisse pour qu'on ne les voit pas, ils étaient donc tranquilles. Elle fit signe à Ulysse de retenir sa respiration puis l'entraîna sous l'eau, près d'elle, posant rapidement sa bouche sur la sienne avant de remonter à la surface avec un doigt sur ses lèvres étirées en un sourire en coin joueur.
©️ Adèlys sur LS for everyone



avatar

Messages : 448
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 17
Localisation : Dans la cour.

W12
ft. Lucy

Event ♫5

Adèlys avait bien évidemment entendu parler de cette petite sauterie organisée par l'Institut pour noyer le poisson. Pour les imbéciles ou les naïfs, le poisson s'appelle « Le meurtre de Loreleï ». Et elle n'avait en aucun cas envie de participer à leur pique-nique stupide où les gens allaient oublier sagement le comportement totalement condamnable de l'Institut. Car à ce niveau-là, ce n'était plus Ange Barrabil le tueur, mais l'Institut tout entier qui le protégeait et le blanchissait. Il avait beau avoir l'allure d'un fantôme dans les couloirs, il n'en restait pas moins un meurtrier qui avait retiré une précieuse vie à cette belle planète. Et tous ici étaient coupables. Coupables car ils ont vu, mais ont contenté d'approuver les dires de cet Institut.

Alors elle était restée dans son lit sans grande conviction, à regarder à travers sa fenêtre la joie des autres qui jouissaient naïvement du répit que leur offrait cet étrange hôpital aux moyens financiers si gros que cela en devenait grotesque.
Elle qui avait clairement dit que cela ne servait à rien de ressasser le passé, qu'il fallait avancer, était en train de faire l'inverse.

Elle soupira en jetant un coup d'oeil à son armoire où son maillot de bain reposait. A quoi bon le porter ? Elle ne se baignerait pas de toute façon.
Cependant, elle fit un effort. Elle s'extirpa de ses draps et s'enfonça dans son fauteuil. Elle fit glisser les roues jusqu'à l'armoire d'où elle en sortit son deux pièces. Depuis la dernière fois, son corps avait décidé de changer un peu. De ce fait, elle était passé de minuscule poitrine à petite poitrine. C'était toujours mieux que d'être une planche à pain, au moins. De plus, ces jours-ci, elle avait pris un peu de ventre. Pas de quoi en faire un drame, mais tout de même.

Elle ôta son uniforme qu'elle remit juste après s'être vêtue de son maillot de bain. Elle attacha ses cheveux en une queue de cheval haute et s'attarda sur son reflet dans le miroir. Elle ne savait qu'en penser.

- Adélys, c’est Lucy… nous pourrions aller au lac ensemble…si tu le veux bien?

Elle sursauta en entendant cette voix sortie du couloir, sans préambule. Elle rit nerveusement avant de l'autoriser à entrer. Finalement, elle avait bien fait d'enfiler ce fichu deux pièces.

- Bonjour Lucy. Je suis contente de te voir. Bien sûr, allons-y !

Et c'était vrai. Elle était contente de voir un visage familier. Un visage qui l'avait accompagné dans cette terrible épreuve, sur l'estrade.
Sans rien dire de plus, elle me confia son ombrelle tandis qu'elle poussa mon fauteuil. Toutes deux nous avions des pathologies totalement contraignantes. Voire, il fallait oser le dire, handicapante. Mais c'était avec bienveillance que je projetais l'ombre sur elle.

Finalement, nous arrivâmes au moment du volley-ball. Ce n'était pas plus mal d'arriver plus tard, au moins Adèlys évitait au maximum la vision du docteur Elpida.

- Où veux-tu aller?

A cet instant, elle se rappela que ni l'une, ni l'autre ne pouvait véritablement se baigner sans prendre de gros risques pour leur vie. Elle se mit à balayer la scène du regard, en se demandant ce qu'elles pouvaient bien faire en cette après-midi.
Elle reconnut quelques visages, mais beaucoup de monde était absent.

- Hum... J'ai deux choses à te proposer : soit on se la coule douce en plongeant juste nos pieds dans l'eau, soit on va faire des rencontres ! Pourquoi pas ce garçon là-bas qui souffle dans l'eau, ou cette fille aux cheveux rosés ?



Je pense qu'on devrait tous s'allier...
On devrait tous avoir confiance en nos propres capacités. Si on unie nos forces, tout est possible et peut-être qu'on pourra enfin sortir de cet enfer... by lizzou.
avatar

Messages : 134
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 20

X156
Event♪5
Ulysse & Atsuka
Son sourire... C'était un Soleil à lui tout seul. Il réchauffait tout le corps d'Ulysse avec une telle force... Il lui suffisait de le voir pour se sentir heureux, joyeux. Pour se sentir bien, au final.
Il observa les étoiles qui apparaissaient dans ses yeux, et il eut une envie irrépressible d'observer ce ciel étoilé jusqu'à ce que son corps soit trop fatigué pour tenir debout.

Elle s'appuya sur son bras, ce qui lui procura une douce sensation de chaleur qui enveloppa tout le haut de son corps.
Elle approcha ses lèvres de son visage, si bien qu'il crut un instant qu'elles effleureraient les siennes. Son cœur n'arrivait pas à suivre la tournure des événements, il ne savait plus à quel rythme il devait battre. Il cognait contre sa cage thoracique, comme s'il voulait en sortir.

-Qui a parlé de résistance?

Il laissait son odeur se répandre dans ses narines, il sentait son souffle chaud caresser sa peau. Il fut bercé par cette douce mélodie qui commençait à prendre de la place dans son corps, jouée par un être tendre du nom d'Atsuka. Cette mélodie commençait dans son ventre pour s'installer jusque dans ses mains, ses pieds et sa tête. Tout son corps dansait la chanson que lui jouait Atsuka.
Et pour accentuer ce concert, elle laissa sa bouche parcourir le visage d'Ulysse sans l'embrasser. Ses joues, et même ses oreilles, étaient en feu.

-Je devrais aller au tournoi de volley, mais il y a bien plus intéressant dans l'eau... Je vais devoir trouver une excuse.!

Il ne pouvait se retenir de sourire comme un abruti. Un abruti heureux, mais un abruti. Ce qu'il n'était pas discret, et il s'en fichait au final. Il était avec elle, et il se sentait tout puissant à ses côtés. Invincible. Insubmersible.
Il était tout à fait drogué. Drogué à Atsuka Nozomi.

Elle finit par lui faire signe d'aller sous l'eau. Elle y alla avant lui, et poussé par la curiosité, il finit par la suivre. Elle posa sa bouche sur celle d'Ulysse si rapidement qu'il avait eu à peine le temps d'en profiter.
Cependant, puisqu'elle remonta à la surface avant lui, il put discerner avec plus ou moins de précision le corps d'Atsuka. Il se sentait mal à l'aise de profiter ainsi de la superbe vision qu'elle lui offrait, alors il remonta à son tour. Elle lui fit le signe d'un secret gardé avec un large sourire. Ce sourire...

Il avait une terrible envie de coller ses lèvres sur celles d'Atsuka, et de ne jamais s'en décrocher. D'en sentir toute la douceur, toute la chaleur électriser son corps. De prendre son visage entre ses mains, d'avoir ses cheveux qui se mêlent aux siens, de son odeur qui l'enivrerait...
Mais cela était impossible dans l'état actuel des choses. Il pouvait juste la regarder. Bien que ce soit largement suffisant pour qu'il se sente heureux.

- Ce n'est pas juste. Tu m'as offert quelque chose avant de le reprendre.

Ulysse fit la moue et chatouilla le dos d'Atsuka.
Il n'avait pas envie de se détacher d'elle, mais il le devait bien. Il soupira :

- Je pense que tu devrais rejoindre le volley. Ce n'est pas sérieux...
avatar

Messages : 209
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 05/05/2017
Age : 17

X111
Le Génie était sur le terrain de volley. Comment était-il arrivé là déjà ? Les choses s’étaient enchaînées vite, trop vite pour lui qui avait tant l’habitude de peser le pour et le contre longuement. Aeden l’avait entraîné jusqu’au guichet de Madame Dubois et avait fait inscrire leurs deux noms tandis que la Cannibale avait décliné l’invitation et s’était installée sur une nappe au sol, un sandwich à la main. Il aurait tellement préféré rester avec elle. Pourquoi n’avait-il pas protesté ?! Bonne question… Il détestait la raison qu’il y trouvait. Elle avait voulu qu’il y aille, et il avait voulu – voulait – lui plaire. Maudite soit cette fille qui avait un jour débarqué de nulle part dans sa vie.
Maintenant, il avait surtout à espérer ne pas trop se ridiculiser. Parce qu’autant il savait se servir de sa tête… Bon, déjà ce n’était pas à lui de faire le service, c’était déjà ça de pris. Et avec un peu de chance, il arriverait à utiliser à son avantage la mémoire musculaire que Cap avait enseigné à leur corps. Cap… Lui aussi il avait envie de le maudire de ne pas être là quand il avait besoin de lui mais le pauvre avait déjà son lot comme ça. Et puis la situation étant ce qu’elle était… Il n’avait pas d’autre choix que de faire avec.
C’était quoi déjà les règles du volley ? Il en revoyait les bases mais le seul cours où il n’avait jamais été très attentif étaient bien les cours de sport. Et c’était également le seul où Cap était réellement actif. Enfin, ça et les travaux de groupe. Il avait toujours détesté les travaux de groupe alors ça valait mieux comme ça.
Bon sang. Il allait se ridiculiser. Il le savait avant même le coup d’envoi. Et devant la Cannibale en plus. Merci Aeden, vraiment.
Il lui jeta un coup d’œil passablement agacé.

- J’espère que tu en profites parce que c’est la première et la dernière fois que tu me fais faire ce genre de chose.

Mais il ne maintint pas le contact, la fille qui le mettait dans tous ses états étant dans le même axe que lui. Il ne voulait surtout pas qu’elle pense qu’il la regardait elle. D’ailleurs, est-ce qu’elle le regardait lui ? Il s’autorisa un second coup d’œil furtif pour le découvrir. Mais finalement, son regard fut plutôt intercepté par un autre regard familier. Adèlys. Elle était avec une fille qu’il ne connaissait que de vue, protégée par une ombrelle. Une autre patiente du docteur Elpida s’il y voyait suffisamment bien. Il leur adressa un signe de la main avant même qu’il n’y réfléchisse. Il devenait décidemment social ces derniers temps. Curieux. A moins que ce ne soit une stratégie d’évitement dans l’espoir qu’elle s’approche et de retarder le match de volley ? Après tout, des patients c’étaient probablement elle qui avait le plus de pouvoir ici.
avatar

Messages : 57
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 17/12/2017
Age : 25

Médecin

A l'eau!

Atsuka émit un léger rire en voyant le sourire béat d'Ulysse, sachant qu'elle devait probablement en avoir une réplique sur le visage. L'embrasser sous l'eau avait été bien trop court et elle ne souhaitait que recommencer à l'infini. Mais elle savait qu'elle avait prit des risques et que ce n'était ni le lieu, ni le moment. Pourtant, elle ne pouvait s'enlever cette envie presque viscérale de rester lovée contre lui, dans un endroit secret. Comme dans ces fameux films ou livres à l'eau de rose qu'elle détestait tant mais qu'elle reproduisait quand même. Elle planta à nouveau son regard dans celui du jeune homme, où elle lisait la même intention. Une légère fossette creusa sa joue gauche quand elle lui sourit une nouvelle fois, fière d'elle et ravie de son effet.

-Ce n'est pas juste. Tu m'as offert quelque chose avant de le reprendre.
-Tu n'avais qu'à aller plus vite, rétorqua-t-elle en lui tirant la langue.

Atsuka ne put s'empêcher de rire devant son expression de presque déception mais déchanta bien vite en sentant les chatouilles dans son dos. Tant bien que mal, elle essaya de s'y soustraire par des battements de jambes douteux pour s'éloigner un peu, tant elle était chatouilleuse.La sensation n'était pas désagréable, loin de là, mais c'était un réflexe. Un petit mouvement lui permit de se rapprocher à nouveau d'Ulysse.

- Je pense que tu devrais rejoindre le volley. Ce n'est pas sérieux... dit-il en soupirant.

Ce fut à son tour de prendre une moue enfantine. Elle s'y était inscrite sans réfléchir, elle venait à regretter son geste. Pourtant, elle aurait dû deviner qu'il serait venu et qu'ils allaient passer du temps ensemble. Là tout de suite, sortir de l'eau pour un tournoi de volley était la dernière chose dont elle avait envie.

-Pas envie... De toute façon, ce n'est pas mon tour de jouer donc ça peut attendre non?

Pour confirmer ses dires, elle regarda vers la berge et le terrain de volley improvisé. Six patients, six médecins ou membres du personnel. Ce n'était en effet pas dans ce match qu'elle jouerait. Surtout qu'à la réflexion, elle avait peur de se ridiculiser, après tout elle n'avait pas joué depuis longtemps, et encore plus devant Ulysse, elle voulait qu'il la voit sous son meilleur jour, et ses failles n'en faisaient pas partie, malgré sa faiblesse au début de leur dernière séance. Mais elle ne lui avouerait pas, elle était peut-être un peu trop fière par moment.
©️ Adèlys sur LS for everyone



avatar

Messages : 137
Points de confiance : 168
Date d'inscription : 08/02/2017

Admin

Directeur

le Dim 2 Sep - 12:17


 
Evènement ♫5

 FIN DE L'EVENT




  Météo capricieuse
 
La météo a toujours était un personnage à part sur l'île. L'été elle sévit avec sa chaleur, l'automne elle inonde les zones fragiles, l'hiver elle gèle la nature et le printemps fait revenir les allergies. Alors le fait des nuages se soit amoncelés en si peu de temps, déclenchant une véritable averse n'est pas surprenant.
Mais de ce fait, le tournoi de volley ne put commencer. Toute la fête fut interrompue.


 ET SINON, CONCERNANT LE RP ?
× Vous avez jusqu'au dimanche 16 septembre, 19h00, pour conclure vos rps.
×Le tournoi de volley n'a donc pas commencé à cause de la pluie. Madame Dubois est celle qui demande à tout le monde de rentrer.
 
avatar

Messages : 58
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 24/04/2018
Age : 18

X50
L'essentiel c'est de participer, pour l'instant.
C'étaitfranchement divertissant comme début de spectacle. Le Génie et W133 qui s'en allaient vers le terrain. Elle connaissait très peu ces deux garçons, mais elle pariait que ce genre d'endroits n'était pas leur place de prédilection. Du peu qu'elle savait sur Alexander, elle l'imaginait plutôt caler un prétentieux Echec et Mat à un adversaire digne de ce nom plutôt que de le voir les bras tendus pour réceptionner une balle. Et W133 n'avait pas la tête de l'emploi non plus. Il lui rappelait les surdoués au premier rang en classe.
Le temps que tout le monde se prépare sur le terrain, elle grignotait un sandwich aux crudités. Et, au loin, elle aperçut la silhouette roulante de la plus célèbre des fleurs de l'Institut. La blonde engloutit sa dernière bouchée en deux-deux, et se leva pour aller à sa rencontre. Elle n'avait jamais eu l'occasion de discuter avec elle, bien qu'elle l'eut croisée à de nombreuses reprises ces dernières semaines. En plus, elle était accompagnée d'une autre plante du Docteur Elpida. C'était parfait.
Mais le temps s'assombrit et quelques gouttes tombèrent, avant qu'un véritable torrent ne s’abatte.
Merde.
Elle ne pouvait pas risquer de rester là et de tomber malade. Les rhumes se transformaient souvent en quelque chose de plus vicieux. Elle se précipita vers les sacs. Elle aurait bien attendu les garçons mais ... Vraiment, elle ne voulait pas aggraver sa santé.
Alors elle sortit un petit carnet de son sac et griffonna un mot : « Désolée d'être partie. Je suis sûre que tu aurais brillé au volley. On se retrouve plus tard ? ♥️ »
Elle souriait bêtement tout en rédigeant ce petit mot. Elle hésita longuement sur le cœur, puis se dit que cela embêterait le Génie. Dommage, elle allait louper son visage timide. Ce sera pour une autre fois !
Elle s'échappa après avoir glissé le mot dans le sac. Seulement, dans la précipitation, elle n'avait pas remarqué qu'elle l'avait laissé dans les affaires de W133 ...
Codage par Libella sur Graphiorum



Au mauvais moment, au mauvais endroit
avatar

Messages : 134
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 08/12/2017
Age : 20

X156
Event♪5
Ulysse & Atsuka
La moue. Elle avait osé utiliser cette arme contre lui. Comment résister à un visage aussi adorable ? S'ils n'avaient été que seuls, il n'aurait pas hésité à prendre son visage entre ses mains et à l'embrasser aussi fougueusement que possible pour lui effacer cette contrariété sur sa bouille.
Cependant, il était important qu'il garde les pieds sur terre. Après tout, les deux risquaient très gros. Enfin, surtout Atsuka qui pouvait perdre son travail et ne plus jamais en retrouver par la suite.

-Pas envie... De toute façon, ce n'est pas mon tour de jouer donc ça peut attendre non?

Il suivit son regard et il observa la berge, où était installé le terrain de volley improvisé. Il soupira tout en continuant de jouer avec ses doigts dans son dos. Il réfléchit, en se demandant si c'était bien ce qu'il fallait faire. Devait-elle se dérober à ses responsabilités pour rester avec lui, où devait-elle être sérieuse et participer à ce tournoi ? La contraction dans le bras d'Ulysse était suffisamment éloquente, mais il ne pouvait pas être égoïste et se la garder pour lui tout seul.
Il posa à nouveau ses yeux sur le visage le plus beau du monde et lui sourit :

- Atsuka...

Il n'arrivait pas à lui dire :"Vas-y, vas jouer". Ces mots étaient coincés au fond de sa gorge et ne voulaient pas en sortir. Alors il restait à la fixer, tel un abruti heureux. Il avait déjà eu le temps d'enregistrer toutes ses expressions faciales, mais il prenait un plaisir immense à découvrir les minuscules détails qui étaient modifiés.

Il inspira une seconde fois, s'apprêtant à dire la suite de la phrase, quand madame Dubois éleva sa voix en même temps que la pluie commença à tomber.
Il sortit de l'eau tout en disant à Atsuka :

- On se retrouve dans ma chambre ?

Il écouta sa réponse avant de se ruer vers l'arbre pour enfiler ses vêtements, absorbant l'eau qui recouvrait son corps. Il fit un signe à Atsuka avec un sourire, avant de retourner dans le bâtiment principal.
En remontant l'étage des chambres des patients X, il passa devant la chambre de Nevrabriel. Il hésita une seconde fois, avant de finalement frapper à sa porte.


Spoiler:
Pour Nev : si ça te tente, on continue ce RP dans un sujet à part <3
avatar

Messages : 184
Points de confiance : 10
Date d'inscription : 29/09/2017
Age : 17

W133
La fille mit un certain temps avant de comprendre, mais elle entra dans le jeu d’Aeden sans se poser trop de question. Tant mieux, ce n’était pas comme si le surdoué pouvait se justifier devant elle avec Alexander à côté. Ils s’étaient donc inscrits, et s’était retrouvé sur le terrain de volley en moins de temps qu’il ne faut pour se rappeler qu’il n’en connaissait même pas vraiment les règles.

Il était le garçon qu’on choisissait en dernier en cours de sport pour composer les équipes. Pas parce que personne ne l’aimaient mais vraiment parce qu’il était nul. Il se souvenait s’être cassé un doigt au volley d’ailleurs. Ce souvenir aurait pu l’inquiéter mais il était bien décider à jouer. Il se tenait là, les pieds fermement encré sur le sol, prêt à en découdre. D’ailleurs, le Génie semblait moyennement satisfait de sa place, lui aussi. Le surdoué croisa les doigts pour que ça fasse sortir Cap. Peut-être qu’un ballon de volley dans la figure pouvait aider ?

Une goutte sur le sol. Puis une autre. La pluie tomba d’abord doucement, puis en l’espace de quelques secondes, se furent de véritable sceau d’eau qui se déversèrent du ciel. Aeden jura. Ça valait bien la peine de se donner tout ce mal pour en arriver là. Au loin, la fille quittait déjà la nappe, se mêlant aux autres patients qui s’engouffraient à l’abri de la pluie. Il aperçut Adèlys au loin -difficile de la rater- et fronça les sourcils. Il faudrait qu’il se décide à aller lui parler. Elle savait des choses et il voulait découvrir quoi. Il tourna son visage vers le Génie qui se dirigeait vers la nappe où étaient posées ces affaires et lui emboita le pas. Une fois son sac récupéré, il regarda autour de lui. Rares étaient les patients qui trainaient encore dehors, et la plupart d’entre eux rentraient à leur tour. Il aperçut Mme Dubois qui peinait à ranger toutes ses affaires et fit un bref salut au Génie avant de le quitter pour aller aider son ainée. Cette dernière l’envoya ensuite aider le personnel de la cuisine à ranger les sandwiches avant qu’ils ne soient tous trempés. Ils ne purent en sauver la totalité mais le plus gros fut mis en lieu sûr dans les cuisines.

Lorsqu’il eut terminé, il regagna sa chambre, mit ces vêtements à sécher et alla prendre une longue douche chaude, pensif. Il devait trouver un moyen d’en découvrir plus sur le journal clandestin, et il pressentait que la réserve clandestine pourrait l’y aider. Adèlys et le Génie aussi d’ailleurs. Son ami en savait plus qu’il ne voulait bien le dire et le surdoué avait besoin de réponses pour parvenir enfin à se positionner dans cette histoire.

Alors qu’il rangeait son essuie inutilisé dans son armoire, un papier vola par terre. Le garçon fronça les sourcils et le ramassa :

« Désolée d'être partie. Je suis sûre que tu aurais brillé au volley. On se retrouve plus tard ? <3  »

Etait-ce un message de la fille ? Est-ce qu’elle faisait ça pour se moquer de lui ? Le « briller » était probablement ironique, le cœur aussi, sans doute. Voulait-elle le retrouver pour régler ces comptes ? Le garçon blêmit. Il avait déjà du mal lorsqu’il croisait Amalia dans les couloirs, pas besoin d’en rajouter. Toutes les filles de l’institut lui en voulaient apparemment. Il devait avoir un sacré soucis avec la gente féminine. Enfin il y avait w05. Il ne l’avait pas aperçut d’ailleurs. Il ressentit comme une pointe de déception.





avatar

Messages : 53
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 02/07/2018
Age : 18
Localisation : Oh là ! Beaucoup d'endroit...

X161






Event détente

La plupart du temps, quand une sortie comme celle-ci est organisée, on n'imagine pas que ça puisse être gâché. Enfin, disons surtout qu'on prie pour l'éviter. Bon, dans mon cas, je suis généralement tellement dans l'instant que je ne pense pas trop à ce genre de chose. Après tout, pourquoi s'inquiéter du futur quand on vit dans le présent? Voilà, c'était ma philosophie du jour, je vous aurai bien dit que vous avez quatre heures mais je vais éviter de parler à voix haute. J'ai pas trop envie de me faire diagnostiquer schizophrène en plus de synesthèse! Bref.

J'ai du patauger un long moment. Trèèèèèèèèèèèès long moment. Au final, quand on est dans l'eau elle n'est pas si froide que ça. Et puis le soleil et la chaleur ça doit aider à me convaincre de faire trempette. Je crois n'être sortie qu'un petit instant pour aller choper de quoi manger sur l'une des nappes en compagnie d'une quelques personnes avec qui j'ai commencé à faire connaissance. Jusque là, tout va bien.

Après je suis retournée à l'eau parce que, même si l'ombre est très agréable, le lac c'est quand même plus amusant! Je vais pas vous faire une liste des jeux que je peux faire parce que ça se résume facilement à éclabousser mes potes ou découvrir la faune et la flore aquatique et je doute que ça vous intéresse. Oui bon je sais, je suis possiblement une gamine mais si on ne profite pas de la vie quand elle nous sourit ben... Ben c'est pas drôle! Oui voilà, j'ai pas d'arguments plus développés mais je suis sûre que vous voyez ce que je veux dire.
Je suis encore dans l'eau, à faire la planche, les yeux fermés faces au soleil. Détente, je t'aime. Je ne suis pas toujours surexcitée, au fait.
Jusque là aussi, tout va bien.

Oui enfin... C'est sans compter les gros nuages gris qui ont couvert d'un coup le ciel. Franchement, on ne leur a jamais dit que s'incruster à une fête, c'est mal? J'ai l'impression de voir le ciel d'Irlande... J'apprécie les efforts que fait la météo pour ne pas trop me dépayser mais elle n'était vraiment pas obligée! Je me serai sincèrement passée des grosses gouttes d'eau qui viennent s'écraser sur mon visage. En plus c'est archinul! Le match de volley allait commencer et je venais à peine de sortir de l'eau pour rejoindre le terrain! Je n'ai même pas eu le temps de me sécher... Et je n'ai même pas eu le temps de faire ami-ami avec beaucoup de monde. Et je suis encore plus dégoûtée d'entendre qu'on me prive de sport. Oh ça va! Trois gouttes d'eau qui se courent après c'est rien, ça va pas nous tuer!
Bref, je vous fais le topo rapidement: pluie, annulation du match, rapatriement à l'institut, décès du fun. Oui, je suis frustrée.

Je ralote un peu avant de secouer la tête pour faire partir l'eau de mes cheveux -ce qui est, en soit très stupide puisqu'il pleut- et me dirige vers mes affaires. Je scrute ma serviette un court instant avant de hausser les épaules. Quitte à être déjà mouillée, est-ce que ça ne servirait pas à rien de se sécher? Bon là je suis encore en maillot mais il ne fait pas non plus trop froid. Y a pas de vent, c'est juste un petit orage d'été. La température chute mais pas non plus au point d'attirer la mort. Donc, si je me sèche et que je m'habille, le temps de retourner à ma chambre je me ferrai retremper quarante fois, on est d'accord? D'autant plus que je n'ai pas vraiment de quoi m'abriter... Le choix est pas bien compliqué, je récupère mon sac -et me félicite d'avoir rangé mes vêtements et ma serviette dedans dès le début-, le glisse sur mon épaule après avoir vérifié que la fermeture éclaire était tirée jusqu'au bout, puis me mets en marche. Bon, sur la fin du trajet je commence vraiment à avoir froid, je l'avoue. Mais moins que si j'avais porté des habits trempés! Alors je relativise.

Une fois dans ma chambre, je m'empresse de sortir ma serviette pour me sécher, m'habiller et me rouler dans ma couverture. Oh que ça fait du bien un peu de chaleur... Bon. Maintenant je fais quoi? La journée n'est pas finie et la sortie étant annulée il ne me reste pas grand chose comme activité possible. En plus il est hors de question de ressortir.

...

Bon, je crois que je vais commencer ma nuit.

Codage par Libella sur Graphiorum




Sheila fait la papote à n'importe qui en #8B008B
avatar

Messages : 627
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 13/02/2017
Age : 28
Localisation : Dans mon bureau. En pagaille.

Médecin en chef


JE LE FAIS POUR VOUS



Le patient aux airs de racaille n'intéressa pas plus longtemps Donatien. Il guettait toujours la venue d'Ange et d'Agnès. Mais aucun des deux ne vint. Était-ce possible que ... ?
Non, ils en avaient déjà parlé, et ce n'était qu'une fable ridicule. Sa secrétaire et son meilleur collègue ? Ensemble ? Nu l'un contre l'autre après quelques ébats enflammés ? C'était risible.
De toute façon, l'attention de Donatien fut détournée : madame Dubois appelait les participants pour le volley.
Donatien se rendit sur le terrain comme s'il avait eu du plombs dans les jambes.
Il était un être presque parfait. Il excellait en médecin, était brillant sur le plan social, savait sélectionner son entourage ... Mais il bêchait dans les activités sportives. Il ne voulait pas s'humilier en loupant les balles. Et affronter des patients ? Des êtres inférieurs ? S'il vous plaît, c'était ridicule.
Il se mit en place malgré tout, bon dernier à se trouver à l'endroit. Il reconnut, étonnement, un des adversaires. Le châtain tout gringalet ... N'avait-il pas eu une altercation avec lui par le passé ? S'il se souvenait bien, il avait su le sortir de ses gongs, et Donatien avait tiré dans la jambe de son camarade. Comment avait-il réussi à l'affaiblir déjà ... ?
Ses yeux s'agrandirent lentement tandis qu'il saisissait enfin l'information importante : il était le frère de Z01. Il ne semblait pas en très bon état ... Tant mieux, il se montrerait moins révolutionnaire que sa teigne de sœur. La mort de cette dernière lui avait mis des bâtons dans les roues, hors de question de subir ça une troisième fois.
Son cœur se serra, et il chercha à chasser de sa tête un joli visage blond. Il se focalisa sur le brun près du châtain. Il avait l'air de s'être remis de sa blessure à la jambe. Avait-il toujours eu la peau aussi pâle ? Il était persuadé que le jeune homme était plus basané ...
Bon, les gens changeaient. Des UV à l'envers, peut-être ?
Puis il fut sauvé : une averse. Un déluge. Un rideau de pluie.
L'homme écarta un sourire en coin. Parfait. On lui sauvait toujours la vie. Le Destin avait toujours été de son côté.

- Bien, rentrez tous, le tournoi est annulé.

Il avait élevé la voix, la portant clairement assez fort pour que tous puissent l'entendre. Maître des lieux, se tenant presque seul désormais sur le terrain, le blanc du tissu trempé contre son corps, comme pour fondre en lui, il dominait. Il était là, chez lui. C'était son lac, son terrain, ses prévisions, et même la météo était de son côté.
Il repéra Lys et Edelweiss au loin. Il se dirigea vers elle assez doucement. Il émanait de lui une aura plutôt apaisante. Il posa délicatement une main sur l'épaule d'Edelweiss.

- Retourne dans tes appartements, et essaie de te reposer. Je m'occupe de la ramener dans sa chambre.

Il saisit les poignées du fauteuil de Lys et la ramena à sa chambre. Car même sur elle, il avait le contrôle. Et jamais il ne le perdrait.





Donatien t'honore de sa parole en #0099ff
avatar

Messages : 137
Points de confiance : 168
Date d'inscription : 08/02/2017

Admin

Directeur

le Jeu 20 Sep - 17:45


 
Evènement ♫5

 




  FIN
 
L'event est fini ! Merci de votre participation. Pour continuer à faire avancer l'intrigue, n'hésitez pas à faire un tour du côté des preuves, ou suivez le Journal Clandestin !
A très bientôt, et soyez prêt car il faudra mettre les bouchées doubles ...

Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Dim 23 Sep - 5:27