Rien ne nous retient à rien ||feat Agnès||

Messages : 70
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 26/01/2018
Age : 22
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
W81
Dim 5 Aoû - 13:45
Après la Grande Sanction, Agnès s’était plongé dans le travail. Tant et si bien que Katerina avait dans un premier temps eu un mal fou à la revoir. Leurs quelques discussions s’étaient écourtées rapidement et elle n’avait pas trouvé le moyen de passer plus de temps avec la secrétaire. Elle passait tout de même régulièrement à son bureau, dans l’espoir que la jeune femme soit en pause, ce qui n’arrivait jamais.

La veille, elle avait enfin eu une idée pour remédier à cela. Elle souhaitait discuter avec la secrétaire comme elles avaient pu le faire auparavant, et elle souffrait de ne plus la voir. C’est en apercevant un patient arracher des mauvaises herbes dehors, du haut de sa fenêtre habituelle, qu’elle avait eu l’illumination. Elle pouvait peut-être aider son amie. Certes, elle ne pouvait pas toucher aux dossiers des patients, ni aux choses personnelles de M. Elpida, mais elle pouvait cacheter une pile d’enveloppes à envoyer à des parents de patients ou tout simplement apporter un café à Agnès. Des taches faciles, qui prenaient du temps et pour lequel elle pouvait intervenir sans gâcher le travail de son ainée. Elle ne savait pas si cette dernière serait d’accord de la laisser l’aider, même si ce n’était que pour une journée.

Peut-être qu’à la fin de cette journée, Agnès pourrait s’arrêter de travaillé à une heure plus raisonnable que celles de ces derniers temps et qu’elles pourraient vraiment en profiter pour discuter. De toute manière, autant essayer.
La jeune russe avait enfilé l’uniforme des patients de l’institut, tressé ces cheveux sur le côté et c’était regardé dans le miroir. Même si c’était léger, on pouvait voir que la jeune femme recommençait à prendre un peu de poids, ce dont elle n’était pas peu fière. Les traitements de son médecin faisaient effet. Elle avait quelques plaques rouges sur le corps, dû à l’effet secondaire d’un de ces antirétroviraux, mais rien de très grave.

Il était encore tôt, et l’air était frais. Cela n’allait probablement pas durer, et les températures augmenteraient probablement rapidement, trop pour être supportable à l’extérieur. Katerina marcha jusqu’au bâtiment du personnel. Deux hommes se tenaient devant l’entrée, habitués à ces nombreuses visites, ils ne semblaient pas hostiles.

-Bonjour, je viens voir Mlle Dessanges.


L’un d’entre eux l’accompagna jusqu’au bureau de la secrétaire. Katerina toqua presque timidement à la porte, et lorsque la voix d’Agnès s’éleva de l’autre côté du bois, elle ouvrit la porte. Sur son bureau s’amoncelait une tonne de documents remplis de post-it, les plantes vertes près du canapé semblaient sur le point de succomber à la soif et Agnès trônait au milieu de tout ça, semblant quant à elle sur le point de succomber à la fatigue. La jeune russe se demanda même s’il elle avait dormit la nuit dernière. Elle entra timidement et la salua :

-Bonjour mademoiselle Dessanges. Excusez-moi de cette intrusion. Je souhaitais savoir si je pouvais vous être utile, vous préparez un café ou triez une pile de lettres pour vous. Des choses à ma portée qui pourrait vous faire gagner un peu de temps.

Elle espérait que ça proposition n’était pas trop présomptueuse, et que la secrétaire voudrait bien de son aide, ou au moins, ne serait pas fâchée qu’elle en propose. Elle avait peur aussi que son aide ne fasse que ralentir la secrétaire et qu’elle traine dans ses pattes.
Messages : 128
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 14/11/2017
Age : 28
Localisation : Sous une pile de dossiers
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Secrétaire de Donatien
Mar 14 Aoû - 14:31
Une pile de lettre à vérifier et à cacheter sur sa droite. Des dossiers de nouveaux patients en attente d’affectation sur sa gauche. Des rapports de séances de soin à centraliser, approuver et trier sur plusieurs piles tout autour d’elle. Des tas de post-it de toutes les couleurs qui cherchaient à attirer son attention sur des détails mais qu’il devenait urgent de régler. Sans oublier, évidemment, les dizaines de documents informatiques ouverts sur son écran d’ordinateur – actuellement l’emploi du temps de Donatien qu’elle devait remplir pour le lendemain – et la batterie de son téléphone portable qui lui faisait faux bond, et pas moyen de remettre la main sur ce fichu chargeur !
Agnès ne savait vraiment plus où donner de la tête. Tout ce retard de travail accumulé lui semblait de plus en plus impossible à rattraper et ça la rendait folle. Elle essayait de rester méthodique, d’éliminer une tâche à la fois, mais c’était sans compter sur le travail qui s’ajoutait à celui déjà en cours et les urgences à régler entretemps qui ne l’aidaient pas à avancer. Debout au milieu de la pièce, elle soulevait au hasard des papiers, les coussins sur la banquette des visiteurs à la recherche du chargeur de son téléphone avec de moins en moins de conviction. Mais bon. Il fallait vraiment qu’elle le retrouve, si Donatien l’appelait et qu’elle ne répondait pas… Elle préférait ne pas compléter cette phrase. Elle le retrouva finalement sur le petit meuble où se trouvait sa machine à café personnelle – l’un des avantages d’être la secrétaire de Donatien Elpida, médecin en chef – exactement à l’endroit où elle le mettait d’habitude. Juste à côté du portable de son patron. Ah oui. C’était vrai. Elle avait oublié. Donatien était encore parti à sa séance de soin avec Adèlys en lui laissant son téléphone pour « ne pas être dérangé ». Ce n’était pas comme si elle lui avait expliqué un million de fois qu’il pouvait le garder sur lui et le mettre en silencieux mais bon… La technologie et lui, ça ferait toujours au moins quarante.
Elle brancha tout de même son cellulaire et retourna s’asseoir. Où est-ce qu’elle en était déjà ? Ah oui. Finaliser le dossier X160.
Décidemment, les somnifères que lui avait prescrits le docteur Hawthorne ne lui réussissaient pas des masses. Elle se réveillait toujours dans le cirage, elle avait un mal de chien à se mettre en route et ça se ressentait sur son efficacité. Elle passait son temps à oublier ce qu’elle faisait, où elle mettait ses affaires… Enfin. Ca valait quand même probablement mieux que de ne pas dormir du tout elle supposait.
Ce fut au moment où elle reprenait sérieusement le dossier qu’elle avait en cours qu’on frappa à la porte. La secrétaire eut un léger soupir. Quoi encore ? Si c’était encore Steven qui venait la voir pour lui demander comment il était censé faire son travail… ! Elle répondit cependant.

- Entrez !

Son agacement s’envola quand elle vit la silhouette de Katerina apparaître dans l’embrasure de la porte. Son regard se ralluma un peu.

- Bonjour mademoiselle Dessanges. Excusez-moi de cette intrusion. Je souhaitais savoir si je pouvais vous être utile, vous préparer un café ou trier une pile de lettres pour vous. Des choses à ma portée qui pourrait vous faire gagner un peu de temps.

Avec un grand sourire, Agnès se leva. Elles n’avaient pas pu se voir beaucoup ces derniers temps. Enfin depuis… A cause de son travail, trop prenant. Peut-être aussi parce que le travail était une façon de l’éviter pour être honnête. Avec ce qu’elle avait vu de l’estrade, ce jour-là… Elle n’aurait pas su comment se comporter avec elle. Mais puisque Hyppolite lui avait affirmé qu’il n’y avait rien entre eux…

- Bien sûr Katerina ! Entre je t’en prie ! C’est vraiment gentil de ta part.

« Gentil » ? Ce n’était pas le mot. Agnès la trouvait adorable. Tout simplement adorable. Et comme elle s’avançait dans la pièce, elle ne put s’empêcher de remarquer un léger changement dans le physique de la jeune femme.

- On dirait que tu as repris un peu de poids non ? Ca fait vraiment plaisir à voir !

Est-ce que ça voulait dire que son traitement commençait enfin à porter ses fruits ? Agnès l’espérait de tout cœur.

HRP:
J'ai un peu extrapolé par rapport à Katou mais je crois que tu disais qu'elle avait repris du poids dans je-sais-plus quel RP. Si jamais ça te dérange dis le moi ! Smile


Ca fait toujours plaisir de voir ses efforts récompensés !

L'employée du mois 2017/2018
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Rien ne nous retient à rien ||feat Agnès||

Sauter vers: