Bienvenue,   !
Institut Espoir

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Partenaires

News

20/10/2018
Préparation d'event
22/09/2018 Modification des pourcentages révolutionnaires (cf. PA et heure supp')
16/09/2018 Ajout du bouton Discord qui avait disparu ;-;

Je vais enfin te soigner, ft. Edelweiss ♥

avatar

Messages : 646
Points de confiance : 12
Date d'inscription : 13/02/2017
Age : 28
Localisation : Dans mon bureau. En pagaille.

Médecin en chef


JE VAIS ENFIN TE SOIGNER

Début Août.
Cela faisait plusieurs mois que Donatien avait changé ses matinées avec Pavot. Si au début Donatien se concentrait uniquement sur l'aspect psychologique de Pav, tout avait changé. Après tout, le roux n'avait plus de réactions depuis un moment, alors il pouvait bien s'amuser à le tester ...
Et cela l'amenait à la réflexion suivante : qu'en était-il d'Edelweiss. Il préparait la salle de soins pour leur séance avec scepticisme. Il n'y avait jamais beaucoup à faire avec Edelweiss. Pour Lys, il devait mettre en place la table d'auscultation, puis le chariot avec les divers outils et l'épais dossier la concernant - qu'il connaissait par cœur. Pour Pavot, il y avait souvent des installations prévues pour ses hallucinations. Et plusieurs fois dans l'année, le roux avait même le droit à des patchs autour du visage pour sonder son cerveau.
Mais pour Edelweiss ...
Depuis son arrivée, ils s'étaient contentés de faire connaissance. De faire des rapports sur ses nuits. Il y avait juste un dictaphone et un dossier. Le médecin avait la sensation d'avoir fait des séances de psychologies. D'avoir été une oreille. Jamais il n'avait vu cette délicieuse fleur sur la table d'auscultation... Il caressa cette dernière du regard. Il avait tant envie de voir sa chevelure blanche tâchée par le sang. Cette chevelure comme la sienne. Comme s'il se vidait de ses propres peines. Comme si Edelweiss, qui lui ressemblait bien trop, pouvait être son reflet. En la blessant, ce serait comme se blesser.
Pour la première fois, il prépara la table d'auscultation. Il recouvra le fauteuil glacé d'un papier de protection, releva les accoudoirs, et amena un chariot de métal à ses côtés. Dessus reposait le maigre dossier de la patiente. Donatien n'avait aucune idée ce qu'il ferait d'Edelweiss, mais il devait accélérer les choses. Il ne pouvait plus se contenter de l'écouter. Désormais il voulait la voir.
Pour la première fois aussi, il se munit d'un masque de chirurgien, de sa blouse et de gants. Il avait la parfaite allure d'un chirurgien. Son air sérieux ne faisait que renforcer cette impression.
Il s'assit ensuite sur un tabouret à roulettes, juste à côté du fauteuil où s'allongerait la jeune femme. L'attendant avec un drôle d'éclat dans les yeux. C'était rare qu'il soit aussi incertain et qu'il décide de faire confiance à de l'improvisation. Mais tout irait bien. Il en était certain. Il était fini d'être trop gentil. Désormais, il serait envers Edelweiss le médecin qu'il devait être. Elle serait traitée comme Lys, et comme Pavot. Il fallait bien qu'elle mérite son nom d'Edelweiss.
Huit heure. L'heure de la séance. Il était temps.





Donatien t'honore de sa parole en #0099ff
avatar

Messages : 191
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 02/03/2018
Age : 19

W100

Je vais enfin te soignerfeat. Docteur Elpida

M’étirant de tout mon long tel un chat, je contemplais le plafond immaculé de ma chambre. La veille avait été ennuyeuse. Depuis ma rencontre avec Nev j’avais appris à apprécier les balades et les conversations, mais depuis plus d’un mois cela me manquait. Certes, je le voyais toujours, mais nous n’étions jamais dans notre état habituel, lui semblait fatigué, au bout de ce qu’il pouvait endurer quant à moi j’errais la plupart du temps sans but. Mes pensées floues zigzagant pendant des heures.
La noirceur de ma chambre contrastant avec l’heure sur mon cadran je me frottais les yeux pour vérifier de nouveau. C’était bien l’heure d’y aller… encore endormie je pris ma douche puis me séchais avec attention, aujourd’hui c’était ma visite médicale avec le Docteur Elpida. En d’autres mots, hors de question d’être en retard. Propre de la tête aux pieds, mon uniforme blanc comme neige, j’étais prête.

***

La porte de la salle dresser devant moi, 7:59 à l’horloge, ni en avance ni en retard, je toquais dès le huit atteint. J’entrais doucement dans le local, refermant avec précaution la porte à ma suite puis me stoppais.
Le tableau se dressant devant moi n’était pas le même qu’à l’habitude. Vêtu tel un chirurgien le Docteur m’attendait sur son tabouret. Était-ce signe que nos séances passeraient aujourd’hui de l’interrogation à la pratique?

Bonjour Docteur,

Le regardant les paupières mis closes encore un instant, je finis par m’avancer. Incertaine de ce qui m’attendait aujourd’hui je ne savais pas où m’installer. Je choisis finalement le fauteuil recouvert de papier.

Souriant doucement à mon médecin je m’assis, les jambes allongées et les pieds nus j’attendais la suite. Où plutôt que mon médecin soit prêt à vouloir poursuivre.




(c) Never-Utopia

avatar

Messages : 646
Points de confiance : 12
Date d'inscription : 13/02/2017
Age : 28
Localisation : Dans mon bureau. En pagaille.

Médecin en chef


JE VAIS ENFIN TE SOIGNER

Ni en avance, ni retard. Pile à l'heure. Quel degré de perfection !

- Bonjour Docteur.

La lumière aveuglante du néon suspendu gâchait la beauté d'Edelweiss. Donatien, des petites boules lumineuses lui troublant la vision, essayait de mieux voir sa patiente. Malheureusement, la moitié de son corps était obscurci par les ombres.
Donatien était un peu stressé. C'était la première fois qu'il allait véritablement expérimenter sa fleur. La première fois qu'il allait chercher plus loin. Après avoir fait connaissance avec elle, il s'intéresserait à ce qu'il y avait véritablement en elle. Il en tremblerait d'excitation. Mais son visage était toujours d'une neutralité impressionnante. Professionnel avant tout.
Comme c'était une première fois, même s'il savait où guider sa patiente, il ne sut lui désigner le siège. Il était presque timide, en fait. Heureusement, elle vint d'elle même sur le fauteuil. Elle avait compris. Elle savait peut-être, inconsciemment, ce qui l'attendait.
Elle s'allongea, et Donatien put enfin la contempler. Elle était somptueuse. Ses mèches albâtre s'étalaient autour de son visage lactescent. Le tissu de son uniforme lui collait légèrement à la peau, sûrement à cause de la transpiration. De ce fait, le vêtement dessinait ici et là les courbes de la jeune femme.
Elle était aussi pieds nus.
Comme Donatien.
Il ferma les yeux. L'évidence lui sautait au nez : les pieds nus, les cheveux blancs, les problèmes de sommeil ... Peut-être qu'Edelweiss n'existait pas vraiment. Peut-être qu'elle était une création de son esprit. Peut-être qu'il avait voulu s'imaginer plus parfait qu'il ne l'était actuellement, et avait fantasmé Lucy ...
Il n'y avait qu'un seul moyen de le savoir : si Edelweiss souffrait, est-ce que Donatien aurait mal également ?
Toujours sur son tabouret, il saisit le poignet de sa patiente. Il tâtait son pouls. Dommage que lui soit ganté, il aurait aimé sentir la douceur de la peau d'Edelweiss. Il se courba en avant pour étudier les yeux de la jeune femme. Tout en effectuant un examen de routine donc la patiente avait l'habitude - c'était quelque chose de rapide pour savoir si tout était fonctionnel. La seule différente était que, d'ordinaire, Lucy était assise sur une chaise -, il lui posa une question qu'elle connaissait bien :

- Comment vas-tu aujourd'hui ?

Il voulait surtout savoir comment s'était passé sa nuit. Et s'il y avait quelque chose d'anormal : un mal de ventre, au crâne, etc.
Il poursuivait tout en l'écoutant. L'idée était de poser des bases rassurantes. Même si Donatien cachait mal son état figé entre la tension et l'excitation. Quelque gestes étaient maladroits et il lui arrivait d'en répétait. Il fallait se calmer. Tout se passerait bien.





Donatien t'honore de sa parole en #0099ff
avatar

Messages : 191
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 02/03/2018
Age : 19

W100

Je vais enfin te soignerfeat. Docteur Elpida

Silencieuse j’attendais, le papier se froissant à chaque mouvement je n’osais me déplacer. Finalement le Docteur amorça la visite.

Comment vas-tu aujourd'hui ?

Comme toujours, une question simple dans une pure économie de mot, profitant de devoir répondre pour fermer les yeux je pris parole.

Ça va plutôt normalement… je… je ne crois pas avoir marché cette nuit, par contre la lumière me semble un peu plus désagréable dernièrement.

Ce n’était qu’un résumé de mon état, étrangement je ne souhaitais pas m’attarder à la discussion, même les paupières c’oses je ressentais l’ambiance différente, nous avions déjà retourné mon quotidien dans tous les sens dans les précédentes séances. Si le Docteur était ainsi préparé la séance s’annonçait différente sans que cela ne m’affole pour autant. J’avais une confiance absolue en cet homme qui avait toujours fait preuve de patience avec moi, qui m’avait porté secours pour aider Nev plusieurs semaines auparavant. …Nev, sa tête rousse apportant du soleil à mes journées semblait se ternir, comme une étoile qui se mourrait, je ne savais que faire pour l’aider à reprendre le dessus. Le froissement de ma main sur le papier me ramena à la réalité, je décollais sans conviction mes paupières, laissant les rayons désagréables du néon les pénétrer.


hors rp:
une mini réponse pour se remettre dans le bain


(c) Never-Utopia
avatar

Messages : 646
Points de confiance : 12
Date d'inscription : 13/02/2017
Age : 28
Localisation : Dans mon bureau. En pagaille.

Médecin en chef


JE VAIS ENFIN TE SOIGNER

-Ça va plutôt normalement… je… je ne crois pas avoir marché cette nuit, par contre la lumière me semble un peu plus désagréable dernièrement.

Donatien hocha la tête, pivota sur son tabouret avant de saisir une toute petite lampe-torche. La tête au dessus de celle de sa patiente, il alluma l'objet afin d'inspecter les yeux d'Edelweiss. Il lui fit signe de regarder ailleurs afin d'agrandir ses paupières. Rien de particulier, quoique quelques veines rouges striant le blanc du globe oculaire.
Tout en vérifiant l'état de son acuité, il pensa à ses deux autres patients. Pavot qui sombrait et Lys qui aurait bientôt la majorité. Il avait la sensation qu'ils lui échappait. Pavot en tombant dans la dépression pourrait venir par mettre un terme à ses jours et si un jour Lys voulait partir, elle le pourrait. Il fallait qu'il trouve un moyen des les garder en vie, et ici, à ses côtés.
Il reposa sa lampe et prit quelques notes. Tandis qu'il grattait le papier, il décida à mettre en place un petit interrogatoire :

- As-tu réussi à parler à Pavot ces derniers temps ? Il ne dit plus un mot...

Il nota dans un coin de sa tête qu'il irait lui rendre visite.

- Et Lys, notre petite dernière en âge mais paradoxalement la première d'entre-vous, t'as-t-elle dit de ce qu'elle ferait une fois majeure ?

Edelweiss et Pav n'étaient plus mineurs également, mais Pavot n'était plus qu'un vide. Donatien craignait que sa nouvelle patiente, la plus solide, puisse s'échapper un jour. Il fallait qu'il lui trouve une raison de rester. Mais laquelle ?
Il posa son dossier et ouvrit la bouche pour lui annoncer le diagnostic suivant : elle était en parfaite santé, et elle semblait même aller mieux. Mais une idée qu'il trouva fantastique l'en empêcha. Et si la santé d'Edelweiss dégringolait ? Elle aurait besoin de soins et donc de Donatien. Ainsi, elle ne partirait jamais ...
Il pensa à une méthode : il y avait trois phases dans un cycle de sommeil, un cycle durant environ trois heures. Le sommeil léger, qui existait pendant une vingtaine de minutes et où le sujet était encore conscient, un sommeil plus lourd, et enfin le sommeil paradoxal. Ce dernier l'intéressait le plus car c'était le sommeil paradoxal qui était le plus important à l'individu. Ce sommeil était réparateur et si on en privait quelqu'un, il pouvait, au bout d'une semaine, subir des hallucinations et devenir fou ...
Donatien prit un air grave et posa sa main sur celle de sa patiente.

- Et te concernant ... Ton état se dégrade. Ton manque de sommeil détruit ton métabolisme à petit feu ... J'ai bien une méthode pour te soigner, mais elle est risquée ...

Tu ne le quitteras jamais, Lucy Vincent.

v




Donatien t'honore de sa parole en #0099ff
avatar

Messages : 191
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 02/03/2018
Age : 19

W100

Je vais enfin te soignerfeat. Docteur Elpida



Malgré mon aversion pour ce test visuel je me laissais examiner sagement sous le rayon de la lumière.

- As-tu réussi à parler à Pavot ces derniers temps ? Il ne dit plus un mot...

Clignotant des paupières je relevais mon regard vers le médecin en entendant prononcer le nom de mon ami.

Je-je n’ai pas osé aller le déranger…

Il semblait si fatigué, je ne l’avais revu que pour partager sa nuit.


- Et Lys, notre petite dernière en âge mais paradoxalement la première d'entre-vous, t'as-t-elle dit de ce qu'elle ferait une fois majeure ?

Je suis vraiment désolée Monsieur, je n'ai pas eu l’occasion de la recroiser, c’est que je ne sors que rarement en ce moment…

Un peu déçu de moi-même de ne pouvoir répondre convenablement à mon Docteur je baissais le regard.

Et te concernant ... Ton état se dégrade. Ton manque de sommeil détruit ton métabolisme à petit feu ... J'ai bien une méthode pour te soigner, mais elle est risquée ...


J’ouvris la bouche puis la refermais, alors que je pensais mon état stable il m’apprenait que ce n’était pas le cas. Les médecins à l’hôpital ne m’avaient jamais parlé de cela, peut-être car contrairement au Docteur Elpida, ils n’avaient pas de solution en tête et ne voulaient pas m’inquiéter pour rien…

Inspirant profondément je souris à l’homme en blanc.

J’ai confiance en vous, je ferais ce qu’il faut…
Bien qu’il me disait que cette méthode était risquée je me devais de lui faire confiance. Si je tentais sans y croire peut-être que cela nuirait à ma guérison.

(c) Never-Utopia

Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Ven 16 Nov - 2:59

    Aube des Mondes