Bienvenue,   !
Institut Espoir

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Partenaires

News

22/09/2018
Modification des pourcentages révolutionnaires (cf. PA et heure supp')
16/09/2018 Ajout du bouton Discord qui avait disparu ;-;
02/09/2018 Nouvelle esthétique ! Informations ici !

"Après l'effort le réconfort" [ft. Agnès Dessanges]

avatar

Messages : 53
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 02/07/2018
Age : 18
Localisation : Oh là ! Beaucoup d'endroit...

X161






"Après l'effort le réconfort"

Une petite brise me caresse le visage. Je crois voir une douce lumière. Est-ce que je suis réveillée? Je crois que je suis réveillée... Mais j'ai tellement de mal à ouvrir les yeux. J'ai l'impression d'être dans un état entre deux. Consciente mais incapable de bouger. Enfin... Je ne suis pas tout à fait sûre d'être consciente à vrai dire.. Je me sens comme dans une brume épaisse. Les sons ma semblent étouffés, la lumière qui filtre au travers mes paupières est déformée et la sensation du soleil sur ma peau me parvient à peine. J'aimerai vraiment ouvrir les yeux, regarder autour de moi, mais je n'y arrive pas. Je me sens tellement fatiguée... Qu'est-ce qu'il se passe? Comment ai-je finis dans cet état? Je crois bien que je suis dehors alors... Je me serai endormie? Non, je ne pense pas... Une petite voix me souffle que c'est autre chose. Je comprends rien...

Mes paupières bougent légèrement alors que mes sourcils se froncent. Je prends une grande respiration comme si ça m'aiderait à retrouver mes esprits. Et puis je replis mes doigts, ferme à peine les poings pour essayer de récupérer un peu de motricité. C'est bizarre d'être autant anesthésiée... Doucement, je parviens à ouvrir les yeux mais la lumière qui me brûle la rétine m'oblige à les garder mi-clos. J'observe un instant la transparence du ciel d'un regard vague, sans bouger. Chaque seconde qui passe me redonne un peu plus accès à mes sensations. Je crois que je suis en train d'émerger. Mais je me sens encore vaseuse... Et, petit à petit, il me semble revoir le visage d'une fille aux cheveux noirs, au sourire sadique et à l’œil rouge. Oh... Il s'agit d'Amalia, non? Mais oui, j'étais avec elle! J'ai un peu parlé mais ça a très vite dégénéré. J'ai souvenir qu'elle m'a fait basculer en arrière, qu'elle s'est allongée sur moi en me tenant le poignet. Et puis.. Et puis? Une douleur à la tête m'oblige à stopper ma réflexion pour porter une main à mon front. J'ai la migraine... Mais c'est bizarre. Elle me semble présente sans l'être. Un mal de tête fantôme, en arrière plan, mais extrêmement désagréable.

Avec prudence, je me redresse pour m'asseoir. Je regarde un peu autour de moi, avant de poser ma main sur ma poitrine. La douleur a disparu ici. J'expire tranquillement, comme soulagée. Retrouver une respiration normale est terriblement libérateur. Maintenant que je suis complètement éveillée, je me souviens de cet étau brûlant, de la pression sans nom sur mes poumons. Que c'est bon de pouvoir respirer à nouveau! Mais je ne vois pas Amalia. Elle m'a laissé comme ça alors qu'elle m'a provoqué mon malaise? Vraiment adorable, je suis très touchée...
Je mets mes jambes en tailleurs avant de tourner mon poignet pour mieux le regarder. Elle y a vraiment enfoncé ses ongles sans aucune retenue ou comment ça se passe? Non parce que là, je saigne et j'ai mal. Un profond soupir s'échappe de mes lèvres. Tu n'abandonnes pas? Je te donne une médaille si tu me bats à mon jeu favori. J'ai perdu. Elle m'a mise au défi et j'ai perdu. Déjà qu'elle n'avait pas l'air d'apprécier ma présence, après ça j'ai l'impression de n'avoir aucune chance pour qu'elle m'estime un peu. L'opération Canari a vraiment commencé de façon désastreuse...

Les épaules affaissées, la tête penchée vers l'avant, je sens mon moral assez bas. J'ai envie de rien faire. Juste me rouler en boule dans un coin pour essayer de digérer une défaite aussi cuisante que celle-ci. Mais je suis au milieu de la cour et je ne veux pas qu'on me voit comme ça. D'ailleurs je me demande bien comment j'ai pu passer inaperçu alors que j'étais évanouie pas loin de cet arbre. Ou bien les gens n'ont pas eu envie de m'aider de peur de se frotter à Amalia? Je ne vais pas les blâmer, je comprends un peu mieux pourquoi tout le monde la craint maintenant. Et puis, ils ont peut-être cru que je faisais la sieste aussi. Je tourne vaguement la tête à droite puis à gauche. Il y a très peu de monde autour de moi j'ai l'impression. Combien de temps je suis restée dans les vapes? Mon cerveau marche au ralenti ou je rêve? De nouveau, j'ai besoin de poser ma paume contre mon front alors que j'essaye de me lever. J'y arrive parce que je suis une battante mais j'ai quand même l'impression de ne pas être stable sur mes jambes... Enfin peu importe. Je commence déjà à marcher sans trop savoir où je vais.

Mes pas me portent vers le bâtiment, à travers les couloirs du rez-de-chaussé qui me sont normalement interdit -j'ai la chance de ne croiser personne pour m'arrêter d'ailleurs- et puis je me plante devant une porte. Le bureau de mademoiselle Dessanges. Pourquoi je suis venue là? Je ne la connais pas beaucoup après tout... C'est vrai que, dès mon arrivée je suis allée la voir et je lui rends visite assez régulièrement depuis mais.. enfin je sais pas. Je ne pense pas pouvoir dire que je la connais vraiment malgré tout. Mais je sais qu'elle est gentille. Qu'elle propose du chocolat chaud et des caramels. Et que son côté maternelle m'attire irrémédiablement. Elle me fait tellement penser à mademoiselle Iélanov que ça me met en confiance. Elle me fait tellement penser à une maman que ça me rassure et me réconforte. Et là, j'ai vraiment besoin de réconfort.
Je ne sais pas trop ce qui me fait le plus mal. L'emprise d'Amalia ou mon froissement à l’ego? Je pensais que ma détermination serait plus forte que tout mais elle l'a totalement brisé en deux. J'ai toujours cette envie de chercher et faire ressortir ce qu'il y a de beau en elle mais, bizarrement, j'ai comme une grosse appréhension et hésitation.

J'entre. Je ne sais même pas si j'ai toqué ou non et puis je fonce directement à l'un des fauteuils pour m’effondrer dessus. Oui, je m'effondre sans aucune grâce. Déjà parce que j'ai un petit moral et en plus parce que je me sens toute faible. J'ai pourtant pas fait tant d'efforts que ça... Enfin.. J'ai juste marché jusqu'ici quoi. Mais bon, ce siège tombe à point nommer. Avoir bougé m'a redonné le tournis. Là, je peux souffler un peu. Je crois que ça commence déjà à se calmer.

- Mademoiselle Dessanges... Est-ce que je peux avoir un bonbon..? demandai-je d'une toute petite voix.

Codage par Libella sur Graphiorum




Sheila fait la papote à n'importe qui en #8B008B
avatar

Messages : 135
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 14/11/2017
Age : 29
Localisation : Sous une pile de dossiers

Secrétaire de Donatien
Agnès terminait tranquillement ses tâches de la journée. Certes, il n’était que 17 heures et ce n’était pas l’occupation qui lui manquait, il y avait toujours de quoi faire quand vous êtes la secrétaire d’un patron comme Donatien Elpida mais… Mais oui, aujourd’hui, elle avait décidé qu’elle avait gagné le droit de s’économiser un peu, surtout que cet imbécile était venu la réveiller à 3 heures du matin non mais ! Alors les classements des comptes-rendus médicaux et le dossier X34 attendraient le lendemain. De toute façon, l’essentiel était fait. Alors, elle éteignit son ordinateur portable, remit un peu d’ordre sur son bureau – comprenez qu’elle rassembla les papiers qui traînaient en une seule pile bien alignée – et repoussa sa chaise bien sous son bureau. Elle s’apprêtait à mettre son sac sur son épaule lorsqu’un coup d’œil à ses plantes vertes l’informa qu’elle avait encore probablement oublié de les arroser, alors elle changea d’avis et partit remplir une bouteille d’eau vide pour les chouchouter un peu. Elle ne les avait que trop longtemps négligées. Peut-être qu’après, pour une fois qu’elle terminait tôt, elle irait se faire un gâteau au chocolat. Elle en avait furieusement envie et puis, elle pourrait en proposer une part à Hyppolite, c’était toujours ça pour le remercier de l’avoir ramassée à la petite cuillère pendant quelques mois. Aussi était-elle accroupie au-dessus de ses plantes quand une petite tornade pénétra dans son bureau sans même avoir frappé. Agnès s’apprêtait à la réprimander lorsque son regard croisa celui de l’adolescente qui venait de s’affaler dans son sofa.

- Mademoiselle Dessanges... Est-ce que je peux avoir un bonbon..?

Ooooh mais c’est quoi cette petite voix ? Agnès réfréna l’envie de se précipiter vers elle pour voir ce qui n’allait pas. Au lieu de ça, elle se releva calmement, tira sur ses vêtements pour les remettre bien en place et alla ouvrir son tiroir à friandises et lui donna un Werthers en demandant.

- Qu’est-ce qui ne va pas Sheila ?

Depuis qu’elle l’avait convoquée pour compléter son dossier incomplet, la petite passait souvent dans son bureau dans l’espoir certain de lui taxer quelques sucreries. Elle avait d’ailleurs remarqué que celle-ci était particulièrement mordue de chocolat chaud, aussi mit-elle sa machine à boissons chaudes en route sans qu’on ne le lui demande. Mais habituellement, elle se montrait bien plus enthousiaste que ça lorsqu’elle entendait le sifflement de la tasse qui se remplit…



Ca fait toujours plaisir de voir ses efforts récompensés !

L'employée du mois 2017/2018
avatar

Messages : 53
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 02/07/2018
Age : 18
Localisation : Oh là ! Beaucoup d'endroit...

X161






"Après l'effort le réconfort"

La tête posée sur le dossier du sofa, je regarde le plafond qui tourne. C'est vrai que la marche m'a fatigué mais quand même... J'aurai aimé ne pas me retrouver dans cet état. Pour une sportive de haut niveau ça la fout mal... Soupir. J'ai l'impression que ça se calme mais pas assez vite à mon goût. Peut-être que si je ne bouge plus du tout ça s'arrêtera? Je vais essayer même si je n'aime pas rester immobile trop longtemps. Je ferme les yeux un court instant en poussant un soupir fatigué. J'ai encore du mal à comprendre comment j'ai pu atterrir dans cet état. J'ai des hypothèses mais... Je sais pas, ça ma parait trop bizarre.

Un petit caramel s'agite doucement devant mes yeux ce qui me motive à me redresser. Je ne pensais même pas avoir le courage de bouger mais comme quoi, l'appel de la bouffe est plus fort que tout. Je suis sûre que Kat me charrierait pour ça. Elle le faisait tout le temps avant. Parfois ça me manque un peu... "Toi et la nourriture entretenez vraiment une relation particulière, j'espère pour toi que tu ne me trompes pas avec!", n'est-ce pas? Ha ha ha... Ta fausse jalousie me manque Kat.. Pourquoi je pense autant à toi aujourd'hui? Peut-être parce que la situation avec Amalia m'a un peu fait penser à notre rencontre? Bon, heureusement que toi tu ne m'a jamais fait de mal. Enfin... Bref. J'attrape le bonbon dans mes mains avant de regarder longuement l'inscription "Werthers" écrit sur le papier.

- Qu’est-ce qui ne va pas Sheila ?

La voix de Mademoiselle Dessanges me fait relever la tête pour la regarder mais je reste silencieuse. La question met beaucoup de temps à monter jusqu'à mon cerveau. Du moins, c'est l'impression que j'en ai. Et même si ça avait rapidement percuté, ma tête reste vide. Je ne sais absolument pas quoi lui répondre... Je ne sais pas vraiment par où commencer non plus. Alors je baisse juste la tête. Braquant mon regard sur le caramel une nouvelle fois. Si je le mange, peut-être que j'irai mieux? Cette pensée accompagnant mon geste, j'ouvre l'emballage pour prendre la sucrerie entre mes doigts avant de la mettre dans ma bouche. J'adore vraiment ce goût. Sucré, agréable. Ça a le don de m'apaiser. Et puis un bruit attire mon regard. La jeune femme avait lancé sa machine à boisson chaude et je vois déjà du chocolat remplir doucement une tasse. Cette vision me tire un sourire. Ça me rappelle ce jour où j'étais déprimée au lycée et que j'étais allée appeler Joy à l'aide. Elle nous avez fait des chocolats chauds, on avait parlé toute la soirée et elle m'avait même autorisé à rester dormir dans sa chambre du dortoir. D'ailleurs, c'est à ce moment là qu'elle m'avait proposé de me faire cette mèche de couleur. Maintenant je ne la quitte plus. Mon sourire s'attendrit. C'est peut-être stupide mais penser à ça m'assure que ça ira aujourd'hui. Que Mademoiselle Dessanges saura me remonter le moral. C'est rassurant...

- En fait.. Heum.. J'ai essayé de faire ami-ami avec une certaine Amalia mais ça n'a pas été un très gros succès ha ha...

Je rigole un peu pour donner de la légèreté à mes propos mais je dois au moins avoir la motivation d'un flan qui aurait fondu. Et je sais que je ne trompe personne parce que mes émotions se lisent immédiatement sur mon visage mais bon, tant pis. Je n'ai pas non plus envie de l'inquiéter alors je vais y aller par étape. Et je devrai peut-être éviter de lui dire que je suis tombée dans les pommes. Je n'ai pas trop envie qu'elle m'envoie tout de suite voir un médecin alors que je commence à me sentir mieux. Le sucre du caramel doit m'aider.

- Dites.. Est-ce que je peux vous demander sa pathologie?

La curiosité plus forte que tout. Peu importe si j'essaye, je ne pourrai jamais réprimer ce trait de caractère. Et puis je voulais vraiment savoir ce qu'il m'était arrivé. Ne pas comprendre me frustre énormément. J'ai l'impression de ne pas avoir de prise sur les choses et que je suis juste la "pauvre petit victime d'Amalia" dans l'histoire. Bon, si on m'explique je deviendrait la "pauvre petite victime d'Amalia mais qui sait pourquoi" mais bizarrement, je préférerai ça. Je veux au moins comprendre. Je pense que je me sentirai mieux après. Et comme Mademoiselle Dessanges est secrétaire, je n'ai pas pu m'empêcher de demander. Je ne sais pas trop si j'ai le droit de poser des questions sur les autres patients mais j'espère sincèrement qu'elle m'apportera des réponses.

- Son iris était rouge sous son cache-œil et.. C'est un peu bizarre mais quand j'ai croisé son regard je me suis sentie mal.. Je ne sais pas trop si c'est lié ou pas mais.. Enfin, j'en sais rien. Je ne comprends pas ce qu'il s'est passé. Et ça me frustre...

Codage par Libella sur Graphiorum




Sheila fait la papote à n'importe qui en #8B008B

Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Dim 23 Sep - 5:24