Bienvenue,   !
Institut Espoir

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Partenaires

News

22/09/2018
Modification des pourcentages révolutionnaires (cf. PA et heure supp')
16/09/2018 Ajout du bouton Discord qui avait disparu ;-;
02/09/2018 Nouvelle esthétique ! Informations ici !

Il était temps qu'on se rencontre (Walkyrie & Cannibale)

avatar

Messages : 71
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 24/04/2018
Age : 18

X50
Il était temps qu'on se rencontre
La Cannibale
tournait en rond dans sa chambre.
Elle avait pris la décision, il y avait environ six mois de ça, de sortir de l’Institut. Qu’importait les moyens. Puis il y avait eu la sanction de la fillette, le désespoir d’Ange, celui du patient de docteur Elpida et tous les fantômes de l’Institut. Et elle s’était rendue compte qu’elle ne pouvait pas tout quitter toute seule. Elle ne pouvait pas simplement attendre ses 18 ans. L’envie était devenue une nécessité.
Mais comment faire ? Elle s’était sûrement trouvé un allié avec le Génie, et elle avait toujours Ange sur qui compter, mais ce n’était pas suffisant. Elle avait pensé à plein de choses. Au Journal Clandestin, à apprendre des erreurs de la fuite de la fillette pour réussir, à attendre sa majorité et aider autrui une fois à l’extérieur de sa structure. Et l’évidence lui vint alors qu’elle décrivait des cercles dans sa chambre. Elle n’y arriverait pas toute seule. Elle se disait comment je dois faire et comment je vais les aider. Mais poulette, tu n’es pas une super-héroïne, tu es une adolescente au cœur qui tousse.
Elle s’arrêta au milieu de la pièce. Elle devait parler à une personne qui serait de son avis, à un lecteur du Journal Clandestin, à un patient qui aurait la gniac et de la puissance. Il y avait déjà le clan du Génie (quoique elle ne connaissait ni la position de W133 ni celle de la patiente du Docteur Elpida. Mais vue sa tête de déterrée au quotidien, elle ne devait pas être très satisfaite de sa condition), il fallait voir ailleurs.
Elle sortit de sa chambre furtivement. Elle avait été dispensée de cours aujourd’hui et de soins suite à une crise dans la nuit. Des cernes abimaient encore son jolis minois, mais l’adrénaline fut un sacré coup de jus. La fatigue ? C’est quoi ? Ça se mange ?
Les jambes lourdes et l’estomac noué mais le cœur léger, elle arpenta les couloirs. C’était bien beau de vouloir un allié, mais elle ne connaissait pas tout le monde. Et en plus, ils étaient tous en cours. Probabilité de croiser quelqu’un : zéro.
Errante, elle laissa ses pas la guider. Pour une fois, elle faisait confiance à l’espoir. Car il n’y avait que ça pour l’animer (et sûrement la fatigue).
Elle arriva à l’aile W. Les vigiles lui demandèrent pourquoi elle n’était pas en classe. Elle se justifia avec la recommandation de son nouveau médecin. L’un des deux gars, depuis le temps, la connaissait plus ou moins. Ils acceptèrent sa présence ici … Puis se souvinrent qu’elle était une X. T’es pas à la bonne aile ma poule.

« Je vais chercher un livre de cours chez un camarade de classe. Je ne supporte pas de ne pas travailler malgré tout. »

Le temps était tranquille, et la Cannibale paraissait sincère. Et puis, que pouvait bien faire de mal une gonzesse malade ? On surveillait du côté des caméras. A la moindre couille, les deux types seraient tenus au jus. Ils la laissèrent passer mais elle avait intérêt à être vite de retour.
La blonde les remercia poliment et avança. Elle pensa un instant à W133 et brûla d’envie de s’infiltrer dans sa chambre. Trop curieuse, elle voulait faire un tour.
Tant pis pour les alliés, W133 n’avait qu’a pas la narguer ! Non mais !
Elle poursuivit dans le couloir et se cacha rapidement derrière un poteau quand elle vit un surveillant sortir de la chambre d’un ou une patiente. Elle devint aussitôt livide … Est-ce que le personnel fouillait les chambres ? …
Il partit dans la direction opposée. Elle attendit le silence, et, comme elle allait devenir louche, sortit de sa cachette en faussant l’essouflemment. Oui oui, elle avait eu une petite crise, ce qui expliquait son soudain comportement. Si si je vous assure. Grande comédienne, bientôt nominée aux Oscars.
Elle se posta devant la porte et lut le numéro : W56. Quelqu’un qui était là depuis un moment vue le numéro lointain. Quelqu’un qui méritait de savoir qu'on l'avait espionné.
Elle prit une profonde inspiration et poussa la porte (c'était toujours ouvert de toute façon. On n'avait pas d'intimité dans ce lieu). Elle attendrait la personne sur sa chaise de bureau pour l’avertir de l'intrusion donc. En attendant, elle se saisit du livre qui traînait (Vendredi ou la vie sauvage) et commença à le feuilleter, l’air de rien, une jambe croisée sur l’autre. Maintenant qu’elle était posée et qu’elle avait une excuse pour parler, elle avait regagné confiance. Elle se demanda bien ce que W56 avait à cacher pour qu'un pion agisse ainsi ...
Codage par Libella sur Graphiorum



Au mauvais moment, au mauvais endroit

    La date/heure actuelle est Jeu 18 Oct - 12:16