Bienvenue,   !
Institut Espoir

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Partenaires

News

20/10/2018
Préparation d'event
22/09/2018 Modification des pourcentages révolutionnaires (cf. PA et heure supp')
16/09/2018 Ajout du bouton Discord qui avait disparu ;-;

La Sauveuse [pv Walkyrie]

avatar

Messages : 61
Points de confiance : 6
Date d'inscription : 08/07/2018
Age : 18
Localisation : Sur les côtes ou à l'Institut, je présume

W156

La Sauveuse

ft. Walkyrie

Orgue te bénit en #59d0ff


Ce matin d'automne n'avait été que très simple et formel pour le jeune patient blond. La routine n'était qu'encore plus enfoncée en lui de part la banalité de son auscultation, qui était simpliste dû sa répétition journalière mais aussi à cause des voix intempestives qu'il entendait. Le rendez-vous avec son medecin était rapidement passé et Orgue eut bien le temps d'aller quérir à déjeuner dès l'ouverture des portes.
Jour de fête à la cantine car il y avait surprenamment des hamburgers, grâce au thème: Les Etats-Unis! Le petit ange ne s'en privait pas, mais assis à sa table seul, un groupe de malotrus vinrent demander l'aumône. Evidemment, il ne le demandait pas par manque de moyen mais simplement par envie et colère envers cet être trop soigné, trop heureux d'être là. Orgue, généreux de nature, leur cédèrent le sien et les bénit pour les préserver de leur péchés mais sa bonne foi fut rejetée dès lors que l'objet de convoitise fut dans les mains d'autrui.
Une matinée somme toute basique, pour notre petit Orgue.
Alors, comme les classes ne commençaient que dans une heure et demie, et aussi par habitude, le Saint sortit dans la cour pour faire une petite marche de digestion. Il y avait beaucoup de nuages mais certains rayons divins arrivaient à percer les barbes à papa blancs qui parsemaient le ciel.
A cause du froid qui mordait ses joues et de l'heure du repas, pas grand monde était dehors. Il semblait y avoir une fine équipe sur un banc et une bande assez courageuse pour faire un peu de football, luttant contre le froid qui piquait la gorge, mais c'était tout. Pourtant, malgré que son nez devienne aussi rouge que celui de Rudolf, Arthur n'avait pas pris de veste ou de manteau pour se couvrir. Les mains dans son dos, Arthur appréciait sentir toute la nature auprès de lui, qu'elle soit clémente avec lui ou non. C'est ce que l'on pourrait juger d’auto-flagellation en quelques sortes... Ca ne fait pas de mal.
Les pas sur le sol résonnaient lentement contre les quatre murs de la cours. Son pas était nonchalant mais il gardait une droiture parfaite de son dos. Son chapelet doré pendait et sautillait au bout de son fil de boules de marbre, en rythme avec ses petites avancées. Il marchait sur l'herbe encore mouillée de la rosée et ses lèvres récitaient des versets de la Bible comme s'il récitait un poème appris mille fois. Il marchait et chantonnait sans s'en rendre compte, fermant parfois ses yeux pour mieux se concentrer, pour faire un avec le tout. Un rayon de soleil vint caresser sa joue.
Puis, Orgue entendit des rires. Des rires mauvais. Il ouvrait ses yeux et tournait ses pupilles bleutées vers les personnes du bancs. Au nombre de trois, ils semblaient bien s'amuser de se moquer de la foi du pauvre ange. Ça ne vexait ni ne blessait Orgue, cependant. Il resterait fidèle malgré les moqueries. Il fit un soupir et fermait à nouveau ses yeux avant de se remettre à dire la sainte parole mais des bruits de pas s'approchaient de lui. On vint lui couper la parole.

"- Alors, 'Thuthur, t'as fait l'DM d'histoire de c't'aprem?"

Orgue ouvrait puis posait ses yeux surpris sur son nouvel interlocuteur. Le plus petit de la bande de trois, mais qui semblait aussi être le soi-disant chef était venu auprès de lui avec un sourire mauvais. Orgue soulevait ses sourcils, innocent.

"- Ma foi... J'ai commencé... Je comptais le finir tout à l'heure, après que je sois rentré.
- Oh, tu l'as juste commencé?, mais tu penses à nous un peu? On comptait sur toi pour "nous guider dans la bonne voie", 'Thuthur!
- S'il te plait, est-ce que tu pourrais cesser de m'appeler comme ça? Oui, bon.. j'étais un peu trop occupé hier soir... Pardon...
- Occupé? Quoi, t'as trop demandé au p'tit Jésus de faire ton DM à ta place, 'Thurthur?"

Orgue fit un pas en arrière, sans rien pouvoir répondre. Le garçon face à lui l'avait repoussé avec un rire méchant et il s'amusait à le bousculer un peu, comme un petit jeu entre lui et Orgue. Mais Orgue ne jouait pas, lui, il subissait la méchanceté de son camarade.

avatar

Messages : 42
Points de confiance : 18
Date d'inscription : 28/08/2018
Age : 17
Localisation : Dans le lac, histoire de rouiller

La sauveuse
Ma fin de matinée est mouvementée. Déjà parce que je viens de me rappeler que ce midi, c'est repas américain et que j'adoooore les burgers, ensuite parce que pas je m'étais rendormie. Et s'habiller en vitesse, c'est pas facile. Oui, tout ça pour arriver la première devant la cantine et avoir le plus grand choix de nourriture. Mais j'y suis pour rien si j'aime manger! Et la mission est réussie, je peux fièrement m'installer la première dans le réfectoire, mon assiette remplie d'un bon hamburger et de frites dorées, avec un donut en guise de dessert. Au chocolat en plus, mes préférés. Tout va bien, jusqu'au moment où je vois un groupe de petits caïds des bacs à sable limite racketter un garçon à table. J'ai pas le temps de réagir qu'ils se sont déjà détournés, mais je vais être plus rapide qu'eux après. J'avale mon repas en quelques bouchées, m'approche de la bande et enfonce la tête d'un des débiles dans son plateau, reprenant le précieux burger volé. Quand je vais pour rendre sa nourriture à son propriétaire, je remarque qu'il est déjà parti. Zut. Heureusement qu'il y a des serviettes en papier! J'enrouledff aussi soigneusement que possible le repas puis sort tranquillement de la cantine.

J'adore l'automne parce qu'il ne fait ni trop chaud ni trop froid, et donc mes articulations (notamment celles qui relient mon vrai corps aux parties métalliques) ne me font pas mal. Et ça c'est cool. Du coup, je fais partie des rares personnes dehors. Je remets mon long manteau rouge et mes gants blancs bien en place et laisse le vent plus que frais jouer avec ma tresse et caresser mon visage. Encore une fois, rien à signaler jusqu'à ce que je remarque une autre bande d'abrutis s'en prendre au même garçon que dans la cantine. Mon sang n'a même pas le temps de faire un quart de tour que je sais déjà que ça va chier pour eux. Etrangement silencieuse (d'habitude le tas de semi-ferraille que je suis n'est pas très discret), je me rapproche pour écouter et avoir de bonnes punchlines à sortir. Quitte à aider des gens et donner de bonnes leons aux autres, il faut que ce soit fait avec classe.

-Oh, tu l'as juste commencé?, mais tu penses à nous un peu? On comptait sur toi pour "nous guider dans la bonne voie", 'Thuthur!
-S'il te plait, est-ce que tu pourrais cesser de m'appeler comme ça? Oui, bon.. j'étais un peu trop occupé hier soir... Pardon...
-Occupé? Quoi, t'as trop demandé au p'tit Jésus de faire ton DM à ta place, 'Thurthur?

A priori, ça parle de devoirs. Quels cons ceux-là. Ils vont plus recommencer après. Soudain, un des enfoirés (qu'on va appeler chef enfoiré) pousse le garçon blond. Avançant dans son dos, je fais craquer mon cou. Ces imbéciles fonctionnent sur un seul principe : ils se croient tout permis seulement parce qu'ils suivent quelqu'un mais une fois que ce chef est à terre, ils deviennent inoffensifs. Et je sais déjà lequel est ma cible. Avec un grand sourire, je tapote légèrement sur son épaule puis, quand il se retourne, lui décoche une droite monumentale avec mon poing métallique

-Ceci, c'est pour ton impolitesse. Et celle-là...

Je lui administre une nouvelle baffe, bien méritée.

-C'est parce que c'est pas comme ça qu'on "revient dans le droit chemin". Mais t'es peut-être un peu trop limité pour comprendre. Maintenant tu t'excuses.

Ses potes ricanent, je les calme en leur montrant les dents. Par contre, leur chefaillon refuse de m'obéir.

-T'es qui toi? Puis s'excuser c'est pour les tapettes, j'fais pas ça moi. P'tite pute.


Il n'en faut pas moins pour m'énerver sérieusement. Tenant sa nuque, je lui enfonce la tête dans la terre.

-T'as pas compris pourquoi on m'appelle Walkyrie toi. Mais tu vas vite apprendre que j'aime pas l'injustice et que je tape. Fort. Tu t'excuses maintenant, ou j'explose le micro-pénis auquel tu tiens tant avec mon genou. Compris?

Il obtempère enfin et je le laisse partir en courant, lui rappelant de ne jamais recommencer sinon je lui tombe à nouveau dessus, et cette fois il ne s'en sortira pas. Je me relève et essuie mon genoux du plat de la main.

-Ne t'excuse pas auprès d'imbéciles pareils, ils ne le méritent pas. Mais ils ne devraient pas revenir te faire chier.

J'adresse un sourire au garçon blond qui me fait face. De la poche de mon manteau, je sors la nourriture emballée. Yes, elle n'a pas été déformée dans l'altercation!

-Et voilà ton burger, je l'ai repris aux autres débiles dans la cantine. Par contre, il est peut-être un peu froid... T'as quand même un don pour t'attirer les problèmes non?
Zyra la Walkyrie te taquine en #ffcc66
avatar

Messages : 61
Points de confiance : 6
Date d'inscription : 08/07/2018
Age : 18
Localisation : Sur les côtes ou à l'Institut, je présume

W156

La Sauveuse

ft. Walkyrie

Orgue te bénit en #59d0ff


"- Ceci, c'est pour ton impolitesse. Et celle-là..."

Orgue tombait en arrière, sur les fesses dans l'herbe fraiche. D'une part car le chef de la bande lui était à moitié tombé dessus, mais d'une autre part par la surprise du coup qui lui avait été donné. Qui était-elle, pourquoi elle était soudainement venu frapper son camarade?? Les yeux ébahis et la bouche bée, Orgue ne put sortir aucun mot de sa gorge.

"- C'est parce que c'est pas comme ça qu'on "revient dans le droit chemin". Mais t'es peut-être un peu trop limité pour comprendre. Maintenant tu t'excuses.
- T'es qui toi? Puis s'excuser c'est pour les tapettes, j'fais pas ça moi. P'tite pute.
- A-Arrêtez..."

Le petit ange fermait les yeux, sa voix était tremblante. Il ne pouvait pas supporter de regarder plus de violence. Le sang du nez du garçon se mit à colorer l'herbe aux pieds d'Orgue qui joint ses mains rapidement, dans le but de faire une prière pour que la torture s'arrête. Ses genoux se serraient contre son torse alors qu'il se recroquevillait pour se faire tout petit. Voir les gens souffrir était quelque chose qui rendait Orgue vraiment nerveux, il se mit à murmurer d'une voix couinante des prières de pardon auprès de son Grand-Père, Dieu, pour que la femme soit pardonnée ou que le garçon se remette des coups. Il pensait qu'elle allait le tuer, innocent qu'il était!

"- T'as pas compris pourquoi on m'appelle Walkyrie toi. Mais tu vas vite apprendre que j'aime pas l'injustice et que je tape. Fort. Tu t'excuses maintenant, ou j'explose le micro-pénis auquel tu tiens tant avec mon genou. Compris?"

Les cris et les violences s'arrêtaient. Orgue rouvrait ses yeux, mouillés de larmes et ses mots saints se tuent. Il regardait un instant le garçon s'excuser avant de prendre ses jambes à son cou, puis la femme qui s'était tournée vers lui. Ses mains se serraient l'une dans l'autre, ses doigts devenaient petit à petit bleus voire violet à cause du froid, son chapelet coincé entre ses deux paumes. Il redressait son dos, puisque la violence était finie, mais il se protégeait le visage de ses bras lorsque la walkyrie se relevait. Il craignait un coup qui pourtant ne venait pas.

"- Ne t'excuse pas auprès d'imbéciles pareils, ils ne le méritent pas. Mais ils ne devraient pas revenir te faire chier."

Orgue baissait ses bras lentement. Il levait à nouveau son regard crédule sur la femme, silencieux. Il ne savait pas quoi répondre. Merci? D'accord? Ou pourquoi tu as fait ça? Tant de choses le rendaient confus mais il eut soudainement une vision. Ses yeux s'illuminèrent alors que, derrière la femme, apparut un homme doté d'une toge grise. Il avait une auréole et les bras écartés; une peau humaine tombait de part et d'autre d'un de ses bras tandis que l'autre main tenait un couteau. Orgue ne put que le reconnaitre; Saint Barthélémy, apôtre de son père.
Orgue abaissait à nouveau ses yeux sur la fille alors que son hallucination partait, comme une ombre fuirait le soleil, qui d'ailleurs se dévoilait à nouveau. Il avait confiance en elle, à présent. Il lui rendait son sourire et il se relevait, essuyant son popotin qui était devenu mouillé et un peu marron ou un peu vert, au choix.
Cependant, il n'eut pas le temps de piper mot car elle lui tendait un petit paquet dont on ne dira rien quant à l'état de l'emballage. Il laissait son chapelet pendre à son poignet et ouvrait ses mains, paumes vers le ciel pour quérir son offrande, la regardant d'un air curieux.

"- Et voilà ton burger, je l'ai repris aux autres débiles dans la cantine. Par contre, il est peut-être un peu froid... T'as quand même un don pour t'attirer les problèmes non?
"- Oh!... Merci... (Il avait cru entendre qu'elle se prénommait Walkyrie?) Wa... Walkyrie!... Je... Oui... oui, on peut.. un peu dire ça..."

Orgue se saisit pleinement de son déjeuner mais il n'ouvrait pour l'instant pas les serviettes. Il ne comptait pas le manger tout de suite... Ce serait tout à fait impoli, face à une demoiselle en plus! Orgue rougissait un peu et il s'avançait vers la femme, comme un petit enfant timide s'approcherait du vendeur de glace.

"- J-Je.. Je suis le Saint-Esprit, je suis enchanté de te rencontrer... Même si les circonstances étaient pas super, m-mais ça me fait quand même très plaisir!! Au fait, tu peux m'appeler Orgue... Je suis le fils de Jésus, tu veux bien être mon amie??"

Arthur se perdait dans ses mots, parlant un coup tout timidement, puis l'instant d'après avec un éclat de joie ou d'enthousiasme. L'enchainement de ses phrases étaient un peu confus et il parlait avec un empressement restreint, mais son sourire ne quittait plus ses lèvres, maintenant un peu bleutées, comme ses doigts, par le froid. Ca ne semblait plus l'atteindre, son coeur rayonnait de chaleur comme une vague de sérénité parcourant tout son être. Se faire des amis, c'était le pied. Son pauvre burger était tout serré dans ses petits doigts, encore un peu et il sauterait au plafond d'euphorie. C'était si bon de voir quelqu'un d'aussi heureux dans cet institut qui puait le désespoir et la tristesse.

"- Viens, on marche ensemble!"

Le garçon fit un énième sourire à la fille et il se mit à marcher à nouveau, plein d'entrain. Il s'arrêtait une paire de secondes, pour attendre qu'elle le suive, puis il continuait sa petite balade, en bonne compagnie.

avatar

Messages : 42
Points de confiance : 18
Date d'inscription : 28/08/2018
Age : 17
Localisation : Dans le lac, histoire de rouiller

La sauveuse
J'aime pas la violence injuste. Pas de commentaire, mon poing dans sa face de rat était amplement mérité. Mais quand je me suis tourné vers le pauvre garçon, sa peur et sa défiance m'ont attristée. Je sais que je peut être brusque parfois, trop souvent même, et que je fais mal les choses, mais je n'avais pas voulu le rendre malheureux, juste lui venir en aide. Je viens de prendre conscience d'ailleurs qu'il avait voulu que j'arrête. Oups. Je devrais peut-être lui préciser que je vais rien lui faire ? J'ai à peine le temps d'entrouvrir la bouche qu'il me sourit finalement, dégageant son visage de ses bras. Je sais pas pourquoi son attitude a si soudainement changé, mais tant mieux! Je lui rends son sourire, tandis qu'il récupère son burger empaqueté. Finalement ça a l'air de lui faire plaisir ! Je lui tends la main pour l'aider à se relever. C'est de ma faute s'il est tombé d'ailleurs ? Faudra que je pense à m'excuser de tout ça ensuite.

-Oh!... Merci... Wa... Walkyrie!... Je... Oui... oui, on peut.. un peu dire ça...

Je lui fais un grand sourire et agite légèrement ma main,pour lui faire comprendre que ce n'est rien. J'en profite pour regarder l'état de mon gant. Non c'est bon, il est pas abîmé! Je devrais peut-être lui dire mon vrai prénom nan ? En même temps, Walkyrie c'est moi aussi... Laissons couler alors, les gens m'appellent comme ils veulent! Du moment qu'ils m'insultent pas, mais de toute façon ça apas l'air d'être le genre de... de qui d'ailleurs, c'est quoi son nom ?

-J-Je.. Je suis le Saint-Esprit, je suis enchanté de te rencontrer... Même si les circonstances étaient pas super, m-mais ça me fait quand même très plaisir!! Au fait, tu peux m'appeler Orgue... Je suis le fils de Jésus, tu veux bien être mon amie??

J'éclate de rire. Pas méchamment hein, c'est juste que sa réaction est beaucoup trop mignonne. C'est si gentiment demandé que je ne peux pas refuser. En tout cas, sa joie est très communicative, je peux pas m'empêcher d'avoir un grand sourire quand je le vois si heureux. Et dire que ça fait à peine 36 secondes qu'on se connaît. Il a fait fort. Très fort. Au point que je suis moins blasée par l'Institut. Si jamais Dieu existe vraiment, ce petit gars porte très bien son nom!

-Viens, on marche ensemble!

Je le suis, me contentant de sourire. Habituellement j'aurais qualifié ça de bête, mais là c'est juste un réflexe, je peux pas faire autrement avec lui dans les parages. Alors qu'il se tourne vers moi, je remarque ses lèvres bleutées et descends le regard sur ses doigts, qui ont la même teinte. Il doit avoir froid comme ça, je peux pas le laisser risquer d'être malade. Juste derrière lui, j'enlève mon manteau et le pose sur ses épaules, puis retire mes gants et lui tends. De toute façon, c'est pas comme si tout mon corps sent le froid, ahah...

-De rien, et désolée de t'avoir effrayé mais je trouve ces gens vraiment insupportables. Et mets ça, ça serait bête de chopper la crève. Ah, et oui bien sûr, je veux bien qu'on soit amis!

Pour accentuer mes propos, je lui fais un énième grand sourire. Orgue donc... C'est un surnom ou c'est son vrai nom? Je poserais pas la question, ça serait trop impoli et il m'a demandé de l'appeler comme ça.
Zyra la Walkyrie te taquine en #ffcc66
avatar

Messages : 61
Points de confiance : 6
Date d'inscription : 08/07/2018
Age : 18
Localisation : Sur les côtes ou à l'Institut, je présume

W156

La Sauveuse

ft. Walkyrie

Orgue te bénit en #59d0ff


Orgue était tout simplement heureux d'entendre sa nouvelle amie rire. Ca ne pouvait que le rendre encore plus joyeux -enfin, si c'était possible! Silencieusement, il remerciait le ciel d'avoir fait cette rencontre possible... Et au final, cette fille tout à fait déjantée et brute était quelqu'un de très sympathique et gentille. Encore une fois, les apparences étaient plutôt trompeuses, ne serait-ce que pour Orgue.
Soudain, dans son dos, il sentit un tissu épais et chaud le couvrir. Il eut un petit sursaut (qu'il était peureux!) et regardait la veste rouge voiler ses épaules. La fourrure blanche était toute douce sur ses bras et juste ça, ça le secouait d'un petit rire cristallin. On aurait dit une armée de chatons qui venaient se caresser contre sa peau nue. La seule chose qui était dommage, c'était qu'il était encore trop grand pour tout à fait l'enfiler, alors il se contentait de la garder sur ses épaules comme une cape.. un peu comme superman. Il se sentait fier et puissant, comme s'il avait autant de courage que la véritable propriétaire du vêtement.

"- De rien, et désolée de t'avoir effrayé mais je trouve ces gens vraiment insupportables. Et mets ça, ça serait bête de chopper la crève. Ah, et oui bien sûr, je veux bien qu'on soit amis!
- Merci, c'est vraiment gentil! Tu es top!"

Assez rapidement mais doucement, sa main vient se saisir des gants blancs. Il regardait le visage heureux de son amie avant d'être interpellé par autre chose. Attend... son bras est pas un peu... pas normal? Orgue fixait un instant la prothèse métallique avec curiosité puis il baissait ses petits yeux bleus sur ses mains. Que les gants étaient blancs! Enfin, sans parler des traces de bataille qui venait de se passer sous ses yeux. Ses doigts étaient un peu gros, mais ça passait... et ce n'était pas trop serré non plus. Orgue tendait les mains devant lui et il serrait les doigts avant de les desserrer, comme un enfant qui découvre des gants pour la première fois. Il souriait à nouveau grandement et une de ses mains vint se saisir du col de la veste, pour qu'elle puisse bien tenir sur ses épaules. Alors, il regardait à nouveau le membre en fer, restant un instant contemplatif... puis il fit un grand sourire.

"- Il marche vachement bien, ton bras, dis, copine!"

Oui, c'était la première chose qu'il avait pensé en voyant cette prothèse. Contrairement aux personnes fermées d'esprit dégoutées par les anomalies, lui aimait plus que tous les particularités des gens. Et cette particularité était magnifique. Plus les jours passaient, plus Orgue était impressionné des miracles de la modernité. Il approchait son doigt du métal, l'arrêtant à quelques centimètres pour avoir l'autorisation gestuelle de la Walkyrie s'il pouvait vraiment le toucher, puis il tapotait trois fois dessus, doucement. Orgue ne savait pas vraiment ce qu'il voulait vérifier en faisant ça, mais une chose était sur: il était content du résultat (même si ça n'avait rien fait...).

"- Dis, dis, comment ça se fait? Il faut mettre de l'huile dessus? Ca marche en batterie? Tu ressens le toucher avec ou pas du tout? Ca fait comment? Du coup, tu utilises l'autre main quand tu vas aux toilettes? T'es encore plus forte avec?"

Orgue n'était pas habile pour cacher sa curiosité, ni pour se retenir de parler. Orgue aimait beaucoup trop parler, surtout avec ses nouveaux meilleurs amis. Dans ses yeux, il n'y avait que de l'innocence à chaque question... Il n'avait rien de néfaste, son regard intéressé se levaient à nouveau sur les pupilles dorées de la fille pour qu'elle soulève le voile de ce mystère.

avatar

Messages : 42
Points de confiance : 18
Date d'inscription : 28/08/2018
Age : 17
Localisation : Dans le lac, histoire de rouiller

La sauveuse
C'est trop touchant, j'ai l'impression que c'est mon petit frère, sauf qu'on a l'air d'avoir le même âge.

-Merci, c'est vraiment gentil! Tu es top!

Je souris pendant qu'il prend mes gants, sourire qui s'efface légèrement quand je remarque le problème. J'ai plus de gants, donc mes mains sont visibles. Et aussi le caractère absolument pas naturel de l'une d'elles. Or il la regarde, la fixe même. Je sens ma peau blêmir légèrement, pendant que j'essaie de cacher du mieux possible mon membre métallique avec la manche de mon uniforme. Je sais qu'il va pas me détester pour ça, mais même ici les anomalies physiques sont regardées de travers, réaction on ne peut plus logique. Mal à l'aise, je détourne le regard.

-Il marche vachement bien, ton bras, dis, copine!
-M-merci...

Je le regarde avec de grands yeux, la bouche légèrement entrouverte, sans comprendre. C'est pas comme ça que les gens réagissent normalement. Ma manche étant trop courte pour cacher toute ma main, il approche la sienne de la matière métallique, puis tourne à nouveau son visage vers moi pour avoir l'autorisation de toucher. J'ouvre mes doigts dans un léger cliquetis et tends ma fausse paume vers lui. J'entends le bruit que ça fait quand il donne trois petits coups dessus, mais ça ne me fait rien. Je suis ravie d'avoir ces prothèses, là n'est pas la question, mais jamais je ne pourrais oublier que ce ne sont pas de vrais membres. Ni que je suis devenue moitié robot.

- Dis, dis, comment ça se fait? Il faut mettre de l'huile dessus? Ca marche en batterie? Tu ressens le toucher avec ou pas du tout? Ca fait comment? Du coup, tu utilises l'autre main quand tu vas aux toilettes? T'es encore plus forte avec?

Mes yeux s'étaient perdus dans le vide mais ses questions me font revenir à la réalité et je peux pas m'empêcher de sourire béatement devant sa curiosité, à la fois enfantine et maladive. Ce qui le rend encore plus attachant. Il ne se contente as de vouloir savoir pourquoi j'ai ça, contrairement à l'immense majorité, mais aussi comment je vis avec. Je savais pas que des gens si attentionnés existent encore, surtout ici. Mais que la plus grande humanité vienne d'un patient ne m'étonne pas spécialement.

-Mauvaise chute de parcours. Je suis tombée de quatre ou cinq étages et, comme les connexions nerveuses de mon bras et de ma jambe étaient détruites, on a dû me les amputer. Disons que je sers de sujet de test au traitement par prothèses.

Pour appuyer mes propos, je me baisse et soulève légèrement la jambe gauche de mon pantalon, dévoilant mon second membre mécanique.

-Il faut régulièrement huiler les articulations oui, sinon ça me fait mal puisque c'est directement relié à mes autres nerfs, et ça marche moins bien. Genre j'ai de l'arthrose avant d'être vieille, dis-je en riant. Par contre je sens rien avec, au début c'était compliqué de me servir de ce bras ou même de marcher mais ça fait longtemps maintenant, donc j'ai plus de problèmes. Mais du coup, je me fatigue moins vite parce que mon corps demande moins d'énergie et je suppose que se faire frapper par un point métallique c'est plus douloureux oui, donc en un sens ça me rend plus forte.


Je lui souris. A part aux médecins qui m'ont prise en charge depuis l'accident, je crois que j'en ai jamais expliqué autant à quelqu'un. Je serre à plusieurs reprises mon poing droit. Faudra que je remette de l'huile d'ailleurs, ça grince un peu.
Zyra la Walkyrie te taquine en #ffcc66
avatar

Messages : 61
Points de confiance : 6
Date d'inscription : 08/07/2018
Age : 18
Localisation : Sur les côtes ou à l'Institut, je présume

W156

La Sauveuse

ft. Walkyrie

Orgue te bénit en #59d0ff


Orgue s'arrêtait de marcher lorsque son amie se penchait pour dévoiler sa jambe. Son regard devint plus concerné et empathique. Une chute de cinq étages? C'était vachement haut.. Arthur levait ses yeux sur le bâtiment principal. Il était à peu près de ce calibre là, ça rendait Orgue un peu plus mal à l'aise. Il restait silencieux, ça avait du faire si mal! Ses os devaient s'être cassés sous son poids, Orgue eut un frisson à imaginer ce que ça devait faire. Il fit par réflexe un petit geste de croix comme pour la bénir et il lui fit un petit sourire attristé mais chaleureux, comme réconfortant. Au moins, elle n'avait perdu qu'un bras et qu'une jambe, se rassurait-il. Heureusement que son Père avait eu pitié de la vie cette courageuse femme...

"- Il faut régulièrement huiler les articulations oui, sinon ça me fait mal puisque c'est directement relié à mes autres nerfs, et ça marche moins bien. Genre j'ai de l'arthrose avant d'être vieille. Par contre je sens rien avec, au début c'était compliqué de me servir de ce bras ou même de marcher mais ça fait longtemps maintenant, donc j'ai plus de problèmes. Mais du coup, je me fatigue moins vite parce que mon corps demande moins d'énergie et je suppose que se faire frapper par un point métallique c'est plus douloureux oui, donc en un sens ça me rend plus forte."

Observant le visage neutre voire souriant de Walkyrie, Arthur retrouvait peu à peu le sourire. Qu'est-ce qu'elle était vaillante... C'était comme si son accident n'était jamais arrivé. Elle parlait de ça si simplement, comme si elle l'avait fait des centaines de fois. Elle s'y était bien habitué... Ca réconfortait le petit ange. Il hochait la tête aux informations qu'il enregistrait et il se remit à marcher tranquillement, ses yeux retombant sur la main dont les doigts grinçaient un peu.

"- Tu mériteras ta place au Paradis."

Le saint avait parlé sans s'en rendre compte, le disant tout calmement, ce qui était un peu bizarre vue la manière agitée dont il parlait d'habitude. Il ne s'était pas écouté lui-même, il avait oublié que ses lèvres avaient bougées, comme si c'était quelqu'un d'autre qui s'était emparé de sa voix. Rapidement, il mit son hamburger dans sa poche de pantalon et sa main gantée prit celle mécanique de son amie. Il relevait son visage vers elle, un grand sourire illuminait sa face. Il pensait que faire ce petit geste semblant intime ou enfantin la soignait un peu de l'intérieur... de toutes façons, il était trop tactile pour vraiment savoir ce que ça devait réellement représenter à part de l'amitié profonde.

"- C'est spécial et c'est rigolo, j'aime bien! Du coup, tu sais faire des supers sauts?? Et tu dois courir trop vite aussi!"

L'Arthur joyeux et excité était enfin revenu. La fin de la limitation de la pelouse arrivait, Orgue fit un petit saut pour retomber sur le ciment, comme si toucher la limite entre les deux l'aurait maudit de quelconque manière. Dans ce petit saut, il avait relâché la main de Walkyrie, puis il se tournait vers elle alors qu'il eut un éclair de génie, une bonne idée. Ses yeux brillaient de défi et sa voix laissait transparaitre son humeur devenue joueuse. De sa petite main qui ne tenait pas la veste, Orgue pointait un banc en bois vide alors qu'il parlait.

"- Dis, tu veux bien faire la course?? Le premier qui arrive au banc! Dis oui, dis oui, s'il te plait!"

Il était tout à fait irrésistible, il sautillait presque sur place tant il tenait à sa course. Il savait parfaitement qu'il n'avait aucune chance de gagner (vu sa carrure, on pouvait deviner que le sport n'était pas son point fort), mais il ne voulait pas rater une occasion de s'amuser, même si c'était pour faire une activité aussi débile.

avatar

Messages : 42
Points de confiance : 18
Date d'inscription : 28/08/2018
Age : 17
Localisation : Dans le lac, histoire de rouiller

La sauveuse
-Tu mériteras ta place au Paradis.

Sa naïveté et sa gentillesse me tirent un sourire, encore teinté de la mélancolie qu'on a lorsqu'on raconte son histoire. Je sais qu'il ne pense pas à mal et que,pour lui, la religion semble être très importante dans sa vie (après tout il se voit comme le petit-fils de Dieu),mais comment lui expliquer que moi, je n'y crois pas ? Que pour moi, la seule divinité existante, c'est la science, car elle m'a sortie de mon immobilité ? Non, je vais pas lui dire, je sais pas s'il comprendrait mon point de vue. Et comme c'est si vital pour lui, j'ai pas envie de le blesser avec ça. Après tout, il croit ce qu'il veut et moi aussi. Je ne sens pas sa main prendre la mienne et pourtant ce simple geste me réchauffe le coeur, qui lui est bien organique comme il faut. Il est trop chou avec son grand sourire, je vais pas lui faire perdre en lui disant ce que je pense, c'est pas important et ça me dérange pas.

-C'est spécial et c'est rigolo, j'aime bien! Du coup, tu sais faire des supers sauts?? Et tu dois courir trop vite aussi!

J'ai cru qu'il avait perdu sa joie de vivre, ça, ça lui ressemble beaucoup plus. Sinon j'allais encore m'inquiéter. Je ris devant ses questions incessantes.

-Je savais en faire quand j'avais mes vrais membres, mais j'ai pas réessayé depuis, donc ça se tente!

En réalité, l'idée de refaire du parcours me terrifie, sorte de traumatisme sans doute, mais il faut bien que je surmonte cette peur un jour. Peut-être que ça sera aujourd'hui. Le problème, c'est qu'on ma dit que si je retombe aussi violemment sur mes autres membres pas métalliques, c'en est fini de moi. De quoi vous donner une frousse pas possible, ah ah.

-Dis, tu veux bien faire la course?? Le premier qui arrive au banc! Dis oui, dis oui, s'il te plait!

Son excitation me fait rire une nouvelle fois et je me mets à la même hauteur que lui.

-Trois... deux... un... C'est parti!

Je pars en balle dans la direction indiquée plus tôt, ma jambe de fer faisant un bruit d'enfer à chaque fois que mon pied foule le sol. Rien d'anormal jusque là. Pour voir où en est Orgue, je tourne la tête. Le pauvre, il est un peu loin derrière moi mais j'y peux rien si j'ai une sorte d'énergie supplémentaire et un avantage, parce que j'ai deux fois moins de muscles à alimenter. Quand je remets ma tête dans l'axe, je sens la panique me traverser rapidement. J'ai pas le temps d'éviter le banc, je suis en train de foncer dessus. Bon, bah ça sera aujourd'hui. Je tends mes bras en avant, appuie plus fort sur mes chevilles et, en m'agrippant au dossier, passe au-dessus du long siège. Yeux fermés, je sens le vent froid me fouetter le visage et je les rouvre quelques instants après bien sentir mes pieds contre le sol.

-Ouiiii j'ai réussiiii!


Et la course, et la première étape pour me libérer de ma frayeur absolue. Maintenant, faisons genre on n'a pas du tout paniqué.
Zyra la Walkyrie te taquine en #ffcc66
avatar

Messages : 61
Points de confiance : 6
Date d'inscription : 08/07/2018
Age : 18
Localisation : Sur les côtes ou à l'Institut, je présume

W156

La Sauveuse

ft. Walkyrie

Orgue te bénit en #59d0ff


"-Trois... deux..."

Orgue était si excité qu'elle ait accepté. Il tapait dans ses mains une ou deux fois dans son excitation et dès que le décompte commençait, il se mit en position. Il rentrait rapidement et comme il pouvait le flacon d'eau bénite qui pendait à sa ceinture dans sa poche afin qu'il ne tombe pas lorsqu'il courait. Gacher ce précieux liquide serait vraiment dommage... Et il était sûr qu'il aurait dut attendre longtemps avant de recevoir à nouveau un petit pot en verre aussi utile, si jamais il cassait.
Il mit autour de son cou son chapelet, ce qu'il ne faisait que rarement et il tint plus énergiquement le manteau rouge sur sa poitrine. Il se penchait un peu en avant, un pied devant l'autre. Il était fin près pour une course, jetant un coup d'oeil à son amie. Elle était aussi déterminée que lui à gagner, Arthur se promit de faire de son mieux pour honorer ce petit duel amical. Son regard bleu revint sur le banc alors que la fin du décompte arrivait.

"- ..Un... C'est parti!"

L'ange démarrait comme une fusée, ses pieds frôlant presque le sol, il lui semblait. Enfin, c'était seulement dans son esprit car en réalité, il n'était pas forcément très gracieux sur ses jambes, ni très rapide. La demoiselle était déjà loin devant alors que la course ne commençait qu'à peine!
A vrai dire, ce qui freinait un peu Orgue, c'était le bruit insupportable de la jambe de métal. Il oubliait un peu son objectif de vitesse pour regarder les jambes de Walkyrie, il craignait qu'elle tombe en pièce à tout instant, il avait peur qu'à cause de son idée de jeu débile, elle se fasse mal. Orgue commençait à perdre haleine dans l'effort de la course.
Mais assez rapidement, autre chose interpelait Arthur. Walkyrie fonçait droit sur le banc alors qu'elle regardait en arrière. Avec sa vitesse et son inattention, c'était impossible qu'elle ne se le prenne pas de plein fouet! Les yeux d'Orgue s'écarquillaient et il ralentissait alors que sa voix explosait dans un cri inquiet.

"- A-ATTENTION AU BANC!!"

Orgue était à bout de souffle mais il sacrifiait les derniers atomes d'oxygène de ses poumons pour prévenir son amie. Il s'était arrêté à mi-chemin et respirait rapidement et instablement alors qu'il regardait Walkyrie arriver au banc. Il s'emparait rapidement de son chapelet et rapprochait ses mains l'une contre l'autre. Observant la scène, il priait à son Père de sauver la fille.
Seigneur, écoute mon appel! Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur, Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière!, Orgue murmurait rapidement, accompagnant son désespoir de sa demande: Faites qu'elle s'en sorte, Seigneur!
C'est alors qu'il vit Walkyrie sauter au-dessus du banc. Bouche bée par ce miracle, Orgue ne disait ni ne pensait plus rien. Toute son attention avait été captivée par l'action qui s'était déroulée sous ses yeux innocents. Il était immobilisé par la beauté et la maitrise du saut qu'il trouvait juste extraordinairement spectaculaire alors que, soyons d'accord, ce n'était que sauter au-dessus d'un banc. Un rien étonnait cet enfant.

"- Ouiiii j'ai réussiiii!"

Arthur fit finalement un sourire, soupirant de soulagement. Elle allait bien, Dieu merci car Il avait entendu sa prière. Orgue fit un petit rire nerveux de soulagement et finissait la course en marchant -de toutes façons, il avait perdu. Finissant de reprendre sa respiration, il séparait ses mains et lachait son chapelet pour applaudir la jeune femme.

"- Tu es vraiment trop forte, j'avais aucune chance! Comment t'as fait ça, là- tu sais, ton saut là? c'était trop cool!!"

N'ayant jamais vu personne faire du parkour, Orgue était tout excité. Arrivé au niveau du banc, il posait ses mains sur les épaules de Walkyrie pour la féliciter une fois de plus. Il n'osait pas lui faire de câlin, car il ne savait pas si la jeune femme était aussi tactile que lui. Après avoir enlevé ses mains des épaules de la blonde, Orgue s'assit sur le banc.. après tout, son coeur qui battait la chamade ne s'était ni remis de la course, ni de la frayeur.

"- Moi, ça m'aurait trop fait peur! Tu es vachement courageuse, Walkyrie!"

avatar

Messages : 42
Points de confiance : 18
Date d'inscription : 28/08/2018
Age : 17
Localisation : Dans le lac, histoire de rouiller

La sauveuse
Je lui souris juste avant le départ et, dès mon décompte fini, j'appuie sur mes jambes pour partir comme une balle. La tête tournée en arrière, je ris légèrement en voyant que je suis loin devant lui, puis lui adresse un pouce en l'air comme pour l'encourager. C'est sans compter sur le banc fourbe. Vous êtes sûrs qu'il était pas plus loin avant de commencer à faire la course ? Le cri d'Orgue parvient à mes oreilles mais c'est quand même trop tard, j'ai pas d'autre choix que me le prendre en pleine face ou trouver le moyen de l'éviter. On va espérer que j'ai encore des réflexes de parcours hein!

Heureusement, mes muscles ont encore l'habitude de faire des trucs un peu improbables, sinon je doute de ma réussite à sauter ce banc. Ceci mérite un cri de la victoire. Poings sur les hanches, je bombe le torse, avec un air victorieux du militaire qui attend de se faire décorer, attendant que mon nouvel ami me rejoigne.

-Tu es vraiment trop forte, j'avais aucune chance! Comment t'as fait ça, là- tu sais, ton saut là? c'était trop cool!!

Je le regarde me rejoindre avec un grand sourire. Avant de remarquer qu'il détache ses mains. C'est ce qu'on fait après une prière je crois. En vrai j'en sais rien, je connais que dalle en religion. Mais du coup il s'est inquiété, je l'ai effrayé avec mon inattention ? Encore ?! Merde. Va falloir que je lui dise qu'il faut qu'il pense à lui aussi, avant les autres même. Je fais un salut exagéré sous ses applaudissements et me relève avec toujours un sourire jusqu'aux oreilles.

-Moi, ça m'aurait trop fait peur! Tu es vachement courageuse, Walkyrie! ajoute-t-il en posant ses mains sur mes épaules.

Je ris légèrement, alors qu'il s'assoit sur le fameux banc responsable de ma cascade. Il est essoufflé ? En même temps, entre la course, son cri et la panique je peux comprendre.

-J'ai aucun mérite, c'est mon frère qui m'a appris, j'ai juste gardé quelques réflexes. Si tu veux je peux t'apprendre! Promis, je serai là pour te rattraper au cas où.

Je m'assois à côté de lui et m'étire comme un chat après une partie de jeu ou de chasse.
Zyra la Walkyrie te taquine en #ffcc66
avatar

Messages : 61
Points de confiance : 6
Date d'inscription : 08/07/2018
Age : 18
Localisation : Sur les côtes ou à l'Institut, je présume

W156

La Sauveuse

ft. Walkyrie

Orgue te bénit en #59d0ff

Sur le banc, Orgue enlevait le tissu rouge qui couvrait ses épaules et il le pliait à la va-vite pour le poser sur ses genoux. Maintenant qu'il avait couru, il commençait à avoir chaud donc la veste ne lui était plus de grande utilité. Ses joues rougissaient un peu, c'est vrai qu'un rien pouvait facilement le fatiguer. Il avait si peu l'habitude de courir ou gesticuler, malgré ce que son naturel enfantin pourrait laisser croire.
Il laissait la jeune femme s'asseoir à côté de lui, lui offrant un autre sourire alors qu'il ressortait son flacon d'eau bénite de sa poche. C'est bon, il n'était ni détaché de sa corde, ni rompu. Il le laissait pendre à son côté, bien que la corde était assez longue pour qu'il se pose comme il faut sur le bois du siège. Une fois qu'il avait fini de s'occuper de ça, Orgue prit entre ses doigts la croix d'or qui pendait à son cou, la faisant rouler entre ses doigts. De quoi s'occuper les mains.

"- J'ai aucun mérite, c'est mon frère qui m'a appris, j'ai juste gardé quelques réflexes. Si tu veux je peux t'apprendre! Promis, je serai là pour te rattraper au cas où."

Les yeux d'Arthur retombaient sur Walkyrie, tout à fait interpelé. Lui, faire ça? Il fit un petit rire enfantin et passait une main sur son front, dégageant les mèches de cheveux qui tombaient devant ses yeux. Il n'était pas pessimiste, juste réaliste. C'était impossible pour lui d'y arriver... à moins de passer voir le radiologue de nombreuses fois à cause de blessures et fractures.

"- Mais non, moi je n'en serais pas capable! Je suis pas assez en forme et pas souple du tout..."

Il fit une petite pause, ses yeux se posant sur le sol devant lui. Alors comme ça elle avait un frère? Il se demandait comment il allait, qui il était et à quoi il ressemblait... Si il avait enseigné à la jeune femme comment faire une si belle action, alors lui devait carrément être un pro en la matière! Ca le faisait songer, un peu. C'était beau de voir des gens être aussi doués.

"- Mais, merci de proposer, vraiment! C'est très aimable, mais je n'y arriverai juste pas."

avatar

Messages : 42
Points de confiance : 18
Date d'inscription : 28/08/2018
Age : 17
Localisation : Dans le lac, histoire de rouiller

La sauveuse
Je regarde le petit flacon qu'il sort. Le chapelet je peux le reconnaître, mais ça c'est quoi ? Je pensais à une relique mais il peut pas se balader avec un truc aussi précieux. Si ? En vrai j'en sais rien, vraiment la religion c'est pas mon domaine. Je penche la tête sur le côté, sans comprendre pourquoi il rigole. Mais c'est une vraie proposition pourtant, en plus c'est pas si compliqué malgré les apparences! Juste dangereux quand on monte des immeubles, mais c'est un détail ça.

-Mais non, moi je n'en serais pas capable! Je suis pas assez en forme et pas souple du tout...
-Mais si c'est possible! De base j'étais de faible constitution, ça m'a pas empêchée d'en faire, je suis sûre que tu peux y arriver!

Zyra la tempête, le retour. Dans mon surplus d'enthousiasme, je me suis levée du banc pour pouvoir être plus à l'aise.Parce que oui, je fais des grands gestes quand je m'emporte (en bien ou en mal) et cette fois-là ne fait pas exception. Et non, c'est pas excessif. Je suis JAMAIS dans l'excès, oui c'est vrai.

- Mais, merci de proposer, vraiment! C'est très aimable, mais je n'y arriverai juste pas
-Comme tu veux.

Bon, j'ai fait un numéro de cirque inutile. Tant pis. Je me rassois à côté de lui. Je vais pas forcer s'il veut pas puis de toute façon, je peux pas actionner ses muscles à sa place, déjà je vais m'occuper des miens ça sera pas mal. Je regarde à nouveau l'objet de mes interrogations, c'est-à-dire la petite fiole, et le pointe du doigt.

-C'est quoi ?

Inculture bonsoir! Enfin, bonjour vu l'heure. Mais au moins, je vais enfin savoir.
Zyra la Walkyrie te taquine en #ffcc66
avatar

Messages : 61
Points de confiance : 6
Date d'inscription : 08/07/2018
Age : 18
Localisation : Sur les côtes ou à l'Institut, je présume

W156

La Sauveuse

ft. Walkyrie

Orgue te bénit en #59d0ff

En voyant la jeune femme s'agiter autant, Orgue ne put s'empêcher de pouffer de rire. Il posait sa main sur sa bouche, comme s'il était fautif d'être heureux et ses yeux amusés fuyaient un instant avant de retourner sur Walkyrie. Elle était vraiment hyperactive, en plus d'être badass! Ca réconfortait le petit ange, en un sens. Il ne risquait pas de s'ennuyer avec une amie pareille, comparé à la molesse de la plupart des enfants. Il ne pouvait pas leur en vouloir... Certains étaient si malades qu'ils ne pouvaient apprécier le jeu, mais être enfermé ne guidait pas non plus leur esprit vers la joie non plus. C'était pour ça que Orgue ne voulait pas partir, du moins, pas tout de suite. Il voulait d'abord s'assurer que tout les habitants soient contents et apprécient la vie que le Père leur a donné.

"- C'est quoi ?
- Hein?"

Avec tout ça, W156 avait complétement oublié où il était et surtout avec qui. Il regardait la blonde assis à ses côtés puis suivaient son épaule pour arriver au bout de son doigt. Qu'est-ce qu'elle... ah! Son flacon! Orgue fit un petit sourire et détachait le pot de verre de la corde, pour le montrer encore mieux aux yeux ignorants de W56.

"- Ah, ça! C'est de l'Eau Bénite. C'est de l'eau du lac que j'ai récolté, puis j'y ai ajouté du sel que j'ai béni lui aussi."

Orgue expliquait patiemment sa "potion magique" à la -du moins il espérait- probable future chrétienne. à laquelle il partageait son savoir. L'eau bénite, c'était un element essentiel et connu du catholicisme mais pourtant Arthur ne semblait pas embêté le moins du monde de devoir reprendre les bases. Ca lui faisait plaisir, d'ailleurs, de partager sa passion, son mode de vie avec les gens qu'il aime tout particulièrement.

"- Elle est utilisée pour faire de nombreuses bénédictions ou des aspersions des fidèles. Il y en existe trois sortes, mais celle-ci est la plus commune et qui sert le plus."

Sans vouloir aller dans les détails, Orgue restait concis et efficace. Ca ne servait à rien d'expliquer toute la chronologie de l'eau bénite, ni des différents types pour un premier cours. Pendant qu'il expliquait, il tendait le flacon à Walkyrie pour qu'elle l'analyse, si elle voulait (bien qu'il n'y ait pas de grand chose qui diffère avec de l'eau normal si ce n'est qu'elle était un peu trouble à cause du sel).


Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Ven 16 Nov - 2:58

    Aube des Mondes