Bienvenue,   !
Institut Espoir

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Partenaires

News

05/01/2019
Nouvelles intrigue et pages dans le Journal Clandestin
12/12/2018 Doutes : -15% ; Révolution : +15% (Preuve Cannibale & Kan + Preuve Alexander + Preuve Lucy)
05/11/2018Rôle d'espions à pourvoir

Un agneau dans la tanière du loup [FT. Dr Hans]

Docteur Hans

Messages : 73
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 24/07/2018
Age : 28
Localisation : Dans mon bureau. Et toquez à la porte.

Médecin
Un agneau dans la tanière du loup
ft. Orgue



"- D'accord."


Hans observait Orgue un moment avant de se remettre au travail.
Il supposait l'avoir blessé...Pourquoi était il si inquiet pour une si simple petite chose?
Il soupira avant de vraiment se remettre dans son travail au lieu d'avoir la tête ailleurs.

Le dossier sous le nez de Orgue, il attendait sa confirmation pour sa compréhension. Une fois fait, il leva son téléphone et feuilleta rapidement dessus.
Il était vraiment très à l'aise avec les appareils technologique...A croire qu'il en a utilisé toute sa vie.
Ce qui était le cas.
Et tapotait vraiment vite sur ses machines. C'était même agréable à regarder et écouter.
Un rythme régulier, mécanique mais non insupportable.
Hans avait l'habitude d'entendre ce bruit, et il l'adorait. Ca pourrait même l'endormir si ce n'était pas lui qui écrivait...

"- Très bien, le chrono est prêt. Trois...Deux...Un...Tu peux commencer."

Une fois la feuille retournée, elle dévoila un petit questionnaire avec pour chaque question deux cases: Oui et non.

- Vous plaisez-vous sur cette île?
Oui [  ]   Non [  ]

- Vous plaisez-vous à l'Institut?
Oui [  ]   Non [  ]

- Est-ce que votre famille vous manque?
Oui [  ]   Non [  ]

- Vous entendez-vous bien avec les autres patients?
Oui [  ]   Non [  ]

- Avec les membres du personnel?
Oui [  ]   Non [  ]

- Avec les médecins?
Oui [  ]   Non [  ]

- Savez-vous pourquoi vous êtes ici?
Oui [  ]   Non [  ]

- Pensez-vous avoir un problème grave?
Oui [  ]   Non [  ]

- Avez-vous remarqué des choses étranges au sein de l'institut?
Oui [  ]   Non [  ]

- Avez-vous déjà été confronté à une dispute ou une bagarre au sein de l'institut?
Oui [  ]   Non [  ]


Le téléphone bipait entre chaque question, Hans prenait rapidement la parole pour dire simplement "Prochaine question" ou "suivante".
Il essayait d'être le plus silencieux possible pour ne pas perturber la concentration de Orgue, donc il n'observait que le garçon répondre tout en relançant le chronomètre lorsque ce dernier était fini.
Finalement, c'était la dernière question et le dernier bip.

"- Terminé, on pose les stylos."

Il attendit que Orgue s'éloigne de sa feuille pour prendre cette dernière et observer les réponses.
Il était assez compréhensible qu'il fallait cocher dans les cases pour signifier que c'était cette réponse...Ce n'était pas si compliqué que ça, au final.

Orgue

Messages : 75
Points de confiance : 6
Date d'inscription : 08/07/2018
Age : 19
Localisation : Sur les côtes ou à l'Institut, je présume

W156

Un Agneau dans la tanière du Loup

ft. Dr Hans

Orgue te bénit en #59d0ff

"- Très bien, le chrono est prêt. Trois...Deux...Un...Tu peux commencer."

Arthur soufflait une dernière fois, aller c'est bon, tu peux le faire. Il survolait rapidement les questions avant de se concentrer sur la première.

- Vous plaisez-vous sur cette île?
Orgue réfléchissait. L'île... L'institut en lui-même ou fallait-il considérer le climat? Au Pays de Galles, il n'avait jamais vu la mer donc évidemment que ça l'avait dépaysagé, mais c'est vrai qu'après quatre ans, on s'y...
"- Prochaine question."
Oui [  ]   Non [  ]

- Vous plaisez-vous à l'Institut?
Arf, il prenait trop de temps. Pour le coup,  Orgue lisait à peine la question qu'il cochait. Il y avait déjà assez pensé à la question précédente.
"- Suivante."
Oui [ X ]   Non [  ]

- Est-ce que votre famille vous manque?
Arthur prit une petite pause. La question devait être à propos de ses géniteurs, Brandt et Vicky. Il cochait simplement, fronçant un peu ses sourcils. Il se demandait si il leur manquait, à eux.
"- Question suivante."
Oui [  ]   Non [ X ]

- Vous entendez-vous bien avec les autres patients?
Sans aucune seconde pensée, il cochait la case. Il s'entend bien avec les autres, quand bien même certains d'entre eux l'embêtaient... Mais Orgue ne leur portait pas préjudice.
"- Ensuite."
Oui [ X ]   Non [  ]

- Avec les membres du personnel?
Il n'était pas sûr. A vrai dire, il n'en croisait pas souvent... Leurs rencontres fortuites étaient courtes et polies. Orgue haussait les épaules et cochait. Après tout, il disait bonjour aux cuisiniers et ils lui répondaient.
"- Question suivante."
Oui [ X ]   Non [  ]

- Avec les médecins?
Arthur fit une petite pause. Les médecins... Il était vraiment bon ami avec son ancien médecin, mais... Depuis l'accident de Lorelei, Orgue craignait certains médecins... Il était conscient que c'était parce qu'elle avait commis quelque chose de grave, mais il ne pensait pas que rendre public son execution était la meilleure des idées. En plus, il n'en croisait pas souvent, des...
"- Prochaine question."
Oui [  ]   Non [  ]

- Savez-vous pourquoi vous êtes ici?
Question simple, réponse efficace. Il cochait oui sans seconde pensée. Vicky et Brandt lui avaient assez répété pour dire qu'il imprime bien qu'il n'était pas "comme les autres" parce qu'il voyait "un ami imaginaire". Inconsciemment, il serrait les dents. Sa croix sur le papier était plus griffonnée que les autres.
"- Prochaine question."
Oui [ X ]   Non [  ]

- Pensez-vous avoir un problème grave?
Arthur respirait. Ca ne servait à rien de leur en vouloir... Ils ne comprenaient simplement pas. Il cochait tranquillement et fit un petit signe de croix avec sa deuxième main. Geste inconscient. Ca commençait à devenir long, ce questionnaire.
"- Suivante."
Oui [  ]   Non [ X ]

- Avez-vous remarqué des choses étranges au sein de l'institut?
Orgue levait un instant son stylo et remit sa main en place. Des choses étranges? Il prit quelques secondes pour réflechir avant de cocher. Il ne semblait rien d'avoir d'aussi étrange que ça, à son avis, et il ne croyait pas en les rumeurs.
"- Suivante."
Oui [  ]   Non [ X ]

- Avez-vous déjà été confronté à une dispute ou une bagarre au sein de l'institut?
Confronté à une dispute... Il cochait avec une petite hésitation. Elles n'étaient jamais très importantes, les gens étaient plutôt pacifiques en paraître... Orgue avait hésité, car il n'était pas sûr que la question concerne des affrontements aussi... banals. Sa croix était plus légère que les autres.
Oui [ X ]   Non [  ]

"- Terminé, on pose les stylos."

Orgue posait son stylo après l'ordre qui lui a été donné. Il redressait son dos (c'est vrai qu'il s'était pas mal penché vers sa feuille) et respirait un grand coup. Soulagé, c'était fini.
Vous êtes sûr d'avoir bien répondu?

"- Bien sûr. Il n'y a pas de pièges!"

Encore une fois, Arthur parlait à haute voix pour répondre à son hallucination. Il fallait rapidement s'y faire, Hans. Le petit ange regardait le papier se faire récupérer puis lu par son médecin. Maintenant, il allait devoir justifier ses choix... Arthur posait ses mains l'une sur l'autre sur ses genoux et regardait son docteur avec sérieux. Son sourire calme aux lèvres, comme un élève fier de sa copie, il était prêt à recevoir les questions.

Docteur Hans

Messages : 73
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 24/07/2018
Age : 28
Localisation : Dans mon bureau. Et toquez à la porte.

Médecin
Un agneau dans la tanière du loup
ft. Orgue



Le docteur observait les réponses en silence.
Il posa son regard un instant sur Orgue lorsque ce dernier prit la parole, mais visiblement, ce n'était pas quelques choses d'important.
Il répondit par un simple sourire. Oui, c'était sur, il allait vite s'y faire. En soit, il préférait ça qu'un vide constant dans la pièce qui était stoppé par les simples tics de l'horloge.

"- Donc. Vous plaisez-vous sur cette île, pas de réponse."


Il resta silencieux. La feuille était posée face à Hans sur le bureau. Il avait joins ses mains pour entre-mêlés ses doigts. Il releva finalement son regard caché par ses lunettes sur le blondinet.

"- Je suppose que tu as trop analysé la question, vu que c'est la première. Mais sinon, qu'aurais-tu répondu ? A moins que tu hésitais réellement...Dans ce cas, pourquoi hésitais-tu ?"

Le médecin attendit la réponse de Orgue tout en reprenant le dossier ou se trouvait être noté la prière au dos.
C'était le dossier même de W156. Il l'ouvrit donc et en sorti une feuille vierge, prêt pour prendre des notes.

"- Vas-y je t'écoute. Prend bien tout ton temps pour répondre, et choisis bien tes mots. C'est très important."

Hans notait les infos que donnait Orgue. Bien sur, ce dernier parlait vite malgré les conseils de son médecin...Il s'y attendait, à vrai dire.
Mais il semblait réussir à s'adapter à la façon de parler de garçon angélique.
Il écrivait vite, des petites parties de mot, sans prendre le temps de former des phrases.
Il ferait tout un dossier bien rédigé ce soir.
Il repassa une fois sa mèche derrière son oreille, même avec ce petit geste, des petites cheveux réussissaient à s'échapper et à retomber sur son visage.
Il se promettait d'acheter une pince un de ces jours...Ou un truc du genre. Mais ça n'avait aucun rapport alors ce n'est pas le moment.

Orgue

Messages : 75
Points de confiance : 6
Date d'inscription : 08/07/2018
Age : 19
Localisation : Sur les côtes ou à l'Institut, je présume

W156

Un Agneau dans la tanière du Loup

ft. Dr Hans

Orgue te bénit en #59d0ff

"- Donc. Vous plaisez-vous sur cette île, pas de réponse.
- Mh-hm."

Orgue ne disait rien pour l'instant, car il n'y avait rien a dire. Il laissait son médecin guider la conversation... Après tout, c'était son but et un peu son devoir de travail. Il restait attentif et sage, son regard étant sérieux et professionnel. Si on pouvait comparer ça au système éducatif normal, on aurait dit qu'il était en train de passer un examen oral, comme un concours d'entrée à une nouvelle école. Sauf que là, il passait juste un examen pour entrer en contact avec le docteur.
Pendant la pause que Hans mit entre les deux garçons, Orgue y réflechissait... Oui, plaire sur l'île... La première question, c'était celle là, oui. Il recommençait à réflechir plus patiemment et calmement, reprenant ses arguments et la raison pour laquelle il avait été perturbé par ladite question. Hans le perçait à jour par la phrase qui suivit, cependant.

"- Je suppose que tu as trop analysé la question, vu que c'est la première. Mais sinon, qu'aurais-tu répondu? A moins que tu hésitais réellement... Dans ce cas, pourquoi hésitais-tu?
"- Euh... oui, c'est que..."

Arthur s'interrompait. Hans recommençait à s'agiter, prenant une feuille. Oui, c'était peut-être plus normal qu'il note ce qu'il dirait pour plus tard... Alors, l'ange ne parlait plus, l'attendant patiemment. Néanmoins, un contre-ordre le poussait à parler.

"- Vas-y je t'écoute. Prend bien tout ton temps pour répondre, et choisis bien tes mots. C'est très important.
- Hum, oui, d'accord... Alors..."

Orgue avait oublié quelle était la question, déjà. Il fronçait un instant ses sourcils, quel était ce trou béant dans sa mémoire, pardi?? Il déglutit, mais Gabriel lui sourit.
Quant à l'île, Seigneur.
Ah oui! C'est vrai! Son visage s'illuminait et il se mit à réflechir au pourquoi du comment. Il voulait donner un raisonnement clair et linéaire, comme on le lui a demandé. Pour suivre des préceptes et des consignes, il faut dire que Orgue était très bon.

"- Donc, oui! En effet, pris de court par le temps et par cette première étape, je n'ai guère eut le temps de cocher. Applicant votre manière de faire, je l'ai sautée et j'ai ainsi compris, avec la deuxième question, que ma réflexion était fondée. Pour éclaircir vos doutes, j'aurais coché oui, car cette île me plait. Il est vrai qu'au début, je n'avais pas l'habitude du vent caniculaire toride et hivernal glaçant, ni l'habitude de voir la mer par ma fenetre, mais après les quatre ans de résidence ici, tout me plait. Autant les étendues que le lac ou la forêt qui repousse tant bien que mal."

Arthur fit une pause. Il parlait plus distinguement et sa voix avait peut-être l'air un peu moins aiguë que lors de ses élans enfantins. Il laissait le docteur prendre des notes... Et il put encore mieux découvrir l'esprit développé qui se cachait dans ce jeune être. Il était réellement plein de surprises.

"- La seule chose manquante sur cette terre, c'est une église. Ou, au moins, un autel auprès duquel on pourrait prier le Seigneur. J'en ai parlé avec mon médecin d'antan et il m'a formellement expliqué que c'était impossible, mais je pense simplement qu'il faisait preuve de mauvaise foi."

Docteur Hans

Messages : 73
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 24/07/2018
Age : 28
Localisation : Dans mon bureau. Et toquez à la porte.

Médecin
Un agneau dans la tanière du loup
ft. Orgue



"- Donc, oui! En effet, pris de court par le temps et par cette première étape, je n'ai guère eut le temps de cocher. Applicant votre manière de faire, je l'ai sautée et j'ai ainsi compris, avec la deuxième question, que ma réflexion était fondée. Pour éclaircir vos doutes, j'aurais coché oui, car cette île me plait. Il est vrai qu'au début, je n'avais pas l'habitude du vent caniculaire toride et hivernal glaçant, ni l'habitude de voir la mer par ma fenetre, mais après les quatre ans de résidence ici, tout me plait. Autant les étendues que le lac ou la forêt qui repousse tant bien que mal."


Le jeune homme écoutait attentivement le blondinet. Il redressa lentement la tête au fur et à mesure que Orgue parlait.
Il était vraiment impressionné du changement verbal du patient. Son timbre de voix était plus grave, et ses mots très bien choisis, voir bien plus soigné qu'un vocabulaire habituel.
Hans senti ses joues chauffer légèrement pendant qu'il observait le visage de Orgue, il se reconcentra vivement sur sa feuille pour continuer de noter.

"- La seule chose manquante sur cette terre, c'est une église. Ou, au moins, un autel auprès duquel on pourrait prier le Seigneur. J'en ai parlé avec mon médecin d'antan et il m'a formellement expliqué que c'était impossible, mais je pense simplement qu'il faisait preuve de mauvaise foi."

Le docteur terminait d'écrire. Il relevait une nouvelle fois la tête, mais un regard bien plus sérieux sur le visage.

"- Ton ancien médecin n'a pas tord, mais il n'a pas raison non plus. Je ne pense pas que l'institut acceptera de construire un autel ou quoi que ce soit qui y ressemble sur l'île. Ca pourrait être blessant pour les personnes qui ne partage pas la même religion. Mais par contre, je pense qu'il est possible d'en fabriquer un de nos propres mains, en demandant la permission, bien sur."

Le docteur poussa ses lunettes du bout de son index sur son nez, pour bien les remettre en place.
Ahh...les problèmes des lunetteux.

"- Je pense qu'il pourrait être possible d'en faire un dans ta chambre. Mais après, ca pourrait poser problème pour les autres patients. Si tout le monde se retrouve avec un autel dans son espace personnel...Ca ferait trop. Mais on peut demander pour en fabriquer un petit dans un coin sur l'île."

Il prit rapidement des notes pour bien se souvenir de demander au médecin en chef ou plutôt à sa secrétaire.

"- En faire un à la main, ça peut être rapide. Puis ça sera mit à disposition des autres. Ca ne posera pas problème pour les non-chrétiens car ils pourront très bien demander pour faire leur propres autel eux aussi."

Soudainement, le radiologue se demandait pourquoi il faisait autant attention à ça. Si l'ancien médecin avait refusé, Hans pouvait très bien refuser aussi. Bon, après...C'est vrai qu'il n'avait pas autant de visite qu'il l'espérait. Donc il s'ennuyait rapidement. Ca pourrait lui faire passer le temps.
Le docteur sorti vite de ses pensés pour reprendre la question suivante, comme si de rien n'était...Une nouvelle fois.

"- Oui donc. La question suivante : Vous plaisez-vous à l'Institut? Réponse : Oui. Qu'est ce qui te plaît à l'institut ? Tu peux me dire aussi ce qui ne te plaît pas, bien sur."




Hans vous insulte affectueusement en #990000
Orgue

Messages : 75
Points de confiance : 6
Date d'inscription : 08/07/2018
Age : 19
Localisation : Sur les côtes ou à l'Institut, je présume

W156

Un Agneau dans la tanière du Loup

ft. Dr Hans

Orgue te bénit en #59d0ff

"- Ton ancien médecin n'a pas tort, mais il n'a pas raison non plus. Je ne pense pas que l'institut acceptera de construire un autel ou quoi que ce soit qui y ressemble sur l'île. Ca pourrait être blessant pour les personnes qui ne partage pas la même religion. Mais par contre, je pense qu'il est possible d'en fabriquer un de nos propres mains, en demandant la permission, bien sur."

Hans remit ses lunettes sur son nez avec son doigt. Il appuyait sur la tige entre ses deux verres pour se faire. Orgue avait été un peu absorbé par ce geste. Pourquoi il les remontait comme ça, et pas en appuyant en dessous du verre ou en bougeant la branche. Orgue penchait la tête sur le côté, mais il se reconcentrait rapidement sur la question. Oui, l'autel!...

"- En fait...
"- Je pense qu'il pourrait être possible d'en faire un dans ta chambre. Mais après, ca pourrait poser problème pour les autres patients. Si tout le monde se retrouve avec un autel dans son espace personnel...Ca ferait trop. Mais on peut demander pour en fabriquer un petit dans un coin sur l'île."

Hans se mit à écrire des notes. Orgue n'eut pas le temps d'intervenir qu'il se remit à parler. En tant que bon prêtre et confesseur du docteur, il le laissait parler sans l'interrompre. Après tout, c'était une discussion, il ne devait pas monopoliser la parole. Et c'était interessant, ses idées... bien que l'ange les avaient déjà eues.

"- J'en ai déjà... construit...
- En faire un à la main, ça peut être rapide. Puis ça sera mit à disposition des autres. Ca ne posera pas problème pour les non-chrétiens car ils pourront très bien demander pour faire leur propres autel eux aussi."

Orgue pouffait de rire. Hans aurait pu le prendre très mal, mais l'ange ne voulait rien de mal. Il était juste joyeux que son docteur y mette autant du sien dans son métier... C'était mieux que son ancien, qui se contentait seulement de l'écouter parler et parler jusqu'à lui faire cracher sa dernière goutte de salive. Une discussion propice était très agréable. Sans expliquer quoique ce soit de plus, il laissait le médecin poser la prochaine question. Si il voulait construire un autel, lui aussi, ce n'était pas Orgue qui l'en empêcherait.

"- Oui donc. La question suivante : Vous plaisez-vous à l'Institut? Réponse : Oui. Qu'est ce qui te plaît à l'institut ? Tu peux me dire aussi ce qui ne te plaît pas, bien sur."
- Ce qui me plait? Erh.." Orgue réflechissait un instant, ses yeux partant vers la gauche. "Je dois dire que la cantine est vraiment bonne. Matin, midi, soir, on est toujours bien servi, et les cuisiniers ne manquent pas d'idées de thèmes. Après, hum... On est chauffé, éduqué, logé et dorloté par des médecins. Peut-être que ça semble ridicule, mais c'est presque déjà trop, quand vous vous dites que mon Père est né dans une grange."

Il n'avait pas tort. Il haussait les épaules et continuait.

"- Il n'est pas coutume dans ma religion de se plaindre d'un tel confort. Mais encore une fois, ce qui manque dans cet établissement, c'est leur manque de foi. Pour revenir sur la cantine, il faudrait presque que je me dispute pour éviter de rompre mes jeûnes, comme durant la kermesse par exemple."

Il n'avait rien à rajouter. En bref, ce n'était pas un enfant difficile et le fonctionnement général de l'île et de l'établissement lui étaient suffisants. Ce n'était clairement pas un révolutionnaire.

Docteur Hans

Messages : 73
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 24/07/2018
Age : 28
Localisation : Dans mon bureau. Et toquez à la porte.

Médecin
Un agneau dans la tanière du loup
ft. Orgue


Le fou rire résonnait dans la pièce. Hans eu un petit sursaut à ce dernier, il ne s'y attendait absolument pas.
Ca se voyait sur son visage qu'il venait de perdre ses moyens.
Son regard sérieux était devenu un regard perdu. Ses sourcils froncés s'étaient relevés de surprise.
Ses lèvres serrées s'entre-ouvraient maladroitement.
Puis ses joues commençaient à devenir rouge. De gêne ? De honte ?
Il ne savait même pas lui même. Pourtant, il ne rajouta rien, se reconcentrant rapidement sur sa feuille pour faire mine qu'il savait ce qu'il faisait.
Mais en réalité, il essayait de comprendre pourquoi Orgue venait de rire.
J'ai dit un truc idiot ?! J'ai peut être un machin sur la figure ?...Non ! Ca peut pas venir de nul part comme ça ?!
Hans agissait vraiment comme un gamin, lui aussi, quand il s'y mettait.
Il reprit pourtant une inspiration pour se contrôler, et se concentra sur les réponses de Orgue.

"- Ce qui me plait? Erh...Je dois dire que la cantine est vraiment bonne. Matin, midi, soir, on est toujours bien servi, et les cuisiniers ne manquent pas d'idées de thèmes. Après, hum... On est chauffé, éduqué, logé et dorloté par des médecins. Peut-être que ça semble ridicule, mais c'est presque déjà trop, quand vous vous dites que mon Père est né dans une grange. Il n'est pas coutume dans ma religion de se plaindre d'un tel confort. Mais encore une fois, ce qui manque dans cet établissement, c'est leur manque de foi. Pour revenir sur la cantine, il faudrait presque que je me dispute pour éviter de rompre mes jeûnes, comme durant la kermesse par exemple."

Le docteur notait. Il lançait quelques regards rapide sur Orgue pour lui indiquer qu'il écoutait toujours.
C'est vrai, Orgue était vraiment très chrétien. Il n'était donc pas étonnant qu'il ait fait un vœu de pauvreté tel que Jesus dans la Bible. Il devait donc trouver l'Institut vraiment de trop, pour lui.
Puis il pratique Le jeûne. Etait-ce une bonne chose ? Le médecin était un peu réticent avec cette méthode. Si ce n'était pas trop régulier, cela devrait le faire.  

"- D'accord, je comprends mieux. Question suivante : Est-ce que votre famille vous manque? Réponse : Non..."

Hans releva lentement son regard vers Orgue. Il semblait de nouveau très sérieux, mais on sentait une touche de compassion dans ses yeux.

"- ...Tu ne t'entends pas avec ta famille, n'est-ce pas ?"




Hans vous insulte affectueusement en #990000
Orgue

Messages : 75
Points de confiance : 6
Date d'inscription : 08/07/2018
Age : 19
Localisation : Sur les côtes ou à l'Institut, je présume

W156

Un Agneau dans la tanière du Loup

ft. Dr Hans

Orgue te bénit en #59d0ff

Orgue se léchait les lèvres. Malgré que ce soit un dialogue, il continuait à beaucoup parler. Il gigotait un peu, ses jambes commençaient à lui faire mal, mais il ne bougeait pas d'un pouce, restant stoïque.

"- D'accord, je comprends mieux. Question suivante : Est-ce que votre famille vous manque? Réponse : Non..."

Arthur hochait un peu la tête. Il serrait un peu les lèvres et regardait un instant la fiche de ses réponses. Comment expliquer cela? La famille, après tout, était un don qui était offert. Il était conscient que de nombreux enfants n'avaient pas cette chance, et il lui l'avait gâchée... Il serrait ses mains sur ses genoux. Il avait fait le bon choix. La foi était sa vraie famille, il ne devait pas s'en détournait. Il leur montrerai. Ses yeux déterminés se reposaient sur son docteur.

"- ...Tu ne t'entends pas avec ta famille, n'est-ce pas ?"

Mais il baissait sa garde au regard plutôt tendre du docteur. Pourquoi il était si touché par cette question? Il n'aurait pas dû juste lui demander le pourquoi tu comment? Pourquoi s'avançait-il autant dans ses avis, à la fin?? Arthur baissait à nouveau les yeux et il hochait timidement, comme un enfant qui avait fait une bêtise. Il ne savait plus quoi dire. Qu'est-ce qu'il s'était passé de son côté?... Etait-il dans le même cas que lui.

"- Ils croient que je suis fou... Que je suis aveuglé par la religion... Je.. Je ne sais pas tout à fait, mais je crois qu'ils ont peur de moi... Peur de ce que suis devenu, grâce à la foi..."

Il parlait doucement, sa voix était redevenue aiguë et basse. Ses mains se détendaient et l'une d'entre semontait le long de son bras nu, le caressant durant ses paroles. Il ne voulait pas en dire plus. Il ne voulait pas en dire plus. Peut-être qu'au final, être aimé par des figures parentales proches lui manquait un peu...



Précision:
Pour ma réponse précédente, j'ai dit que le jeûne chrétien se faisait pendant la kermesse... Mais autant pour moi, j'ai confondu avec la "carême".
Docteur Hans

Messages : 73
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 24/07/2018
Age : 28
Localisation : Dans mon bureau. Et toquez à la porte.

Médecin
Un agneau dans la tanière du loup
ft. Orgue



Le docteur avait posé sa main sur la table, gardant son stylo entre ses doigts pour autant.
Toute son attention était porté sur la réponse de Orgue.
Lui même se demandait pourquoi il devenait aussi attentif, tout un coup.
Est-ce qu'il s'inquiétait autant pour le passer du jeune garçon ?
Qu'est ce que ça pouvait lui faire ? C'était du passé, maintenant. Et pourtant...
Il avait peur de la réponse. Il sentait une goûte de sueur longer son cou.

"- Ils croient que je suis fou... Que je suis aveuglé par la religion... Je.. Je ne sais pas tout à fait, mais je crois qu'ils ont peur de moi... Peur de ce que suis devenu, grâce à la foi..."


Il serrait le morceau de plastique qui lui servait pour écrire.
Qu'est ce qu'il m'arrive, tout à coup ?...Pourquoi je m'énerve ?
Pourtant, rien. Aucun mot ne sortait de la bouche du médecin. A vrai dire, il ne savait pas quoi dire. Il ne savait pas comment réagir. Il était si peu habitué à entendre ce genre de chose...Il n'était pas habitué du tout, à vrai dire. Il se remit alors à écrire, plus rapidement qu'avant.
Sa main était-elle vraiment entrain de tremblé, ou était-ce la vitesse de qui donnait cette illusion ?

"- Ils sont peut être jaloux que tu sois devenu une très bonne personne sans leur aides."

Cette phrase était sorti toute seule. Le radiologue s'en était à peine rendu compte.
Ses joues se remettaient à rougir, mais cette fois, ce n'était aucune émotion comme précédemment. Cette fois ci, c'était de la haine. De la profonde colère qu'il faisait tout pour garder à l'intérieur, pour ne pas la laisser éclater.
Mais elle était plutôt visible à cause de ses sourcils froncés.

"- Question suivante. Est-ce que tu t'entends avec d'autres patients ? Oui : Lesquels, s'il te plait ?"

Il releva son regard vers Orgue. C'était bon. Il venait de se calmer.
C'était rapide, et donc assez étrange aussi. Il n'avait pas approfondit le sujet des parents, mais c'était sur qu'il allait le faire une prochaine fois. Peut être pour son prochain questionnaire ?




Hans vous insulte affectueusement en #990000
Orgue

Messages : 75
Points de confiance : 6
Date d'inscription : 08/07/2018
Age : 19
Localisation : Sur les côtes ou à l'Institut, je présume

W156

Un Agneau dans la tanière du Loup

ft. Dr Hans

Orgue te bénit en #59d0ff

Orgue gardait la tête basse. Il ne savait plus quoi dire. Il avait vraiment mis un coup de froid dans la pièce. Lentement, il se basculait un peu sur le côté et poussait le bureau de Hans pour reculer sa chaise. Il laissait ses jambes pendre de son assise, il les laissait reprendre sur sang alors que ses doigts se remirent à jouer avec les boules de son pendentif. Il avait fait voeu d'être honnête... Il fallait s'y attendre.

" Ils sont peut être jaloux que tu sois devenu une très bonne personne sans leur aide."

Arthur levait lentement son visage vers son medecin, étonné. Q-Quoi? Il venait de le dire vraiment? Pourquoi... Il fit un petit sourire. Franchement, ce médecin était gentil, quoiqu'il en dise, quoiqu'on en pense. Mais son sourire devenait rapidement attristé vu la mine énervée de Hans. Il devenait attristé avant de completement disparaitre. C'était sa faute. Orgue serrait sa croix dans ses doigts, si bien que ses phalanges blanchissaient. Il ne devait pas faire subir les autres, mais subir pour les autres...

"- Monsieur...
- Question suivante. Est-ce que tu t'entends avec d'autres patients ? Oui : Lesquels, s'il te plait ?"

Il était vraiment calme? Orgue ne pouvait pas le dire, ne pouvant pas finir sa phrase. Hans s'était complétement fermé. Pourtant, les yeux bleus brillaient encore un peu. Il mordait sa lèvre inférieure et évitait son regard. Il ne pouvait pas le supporter après ça, il ne pouvait pas fixer ces yeux bruns qui lui fermaient son âme.

"- Oui... Je connais... enfin... Connaissais Swann avant qu'elle -ou il- parte... Et puis.. Il y a Walkyrie aussi... Elle est courageuse, vous savez!... Et puis, il y a...

Arthur citait quelques noms, une dixaine ou une douzaine. On devinait des élèves de sa classe, ou des personnes avec lesquelles il trainait occasionnairement pendant le repas ou d'autres W qu'il croisait quand il allait à la douche ou aux toillettes. Etrangement, à aucun moment il ne citait leur matricule. Il ne voulait pas. Traiter les fils de Dieu comme des numéros, ce n'était pas quelque chose auquel Orgue adhérait. Mais c'était comme ça...

Docteur Hans

Messages : 73
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 24/07/2018
Age : 28
Localisation : Dans mon bureau. Et toquez à la porte.

Médecin
Un agneau dans la tanière du loup
ft. Orgue



"- Oui... Je connais... enfin... Connaissais Swann avant qu'elle -ou il- parte... Et puis.. Il y a Walkyrie aussi... Elle est courageuse, vous savez!... Et puis, il y a...

Hans se calmait de plus en plus. Il notait les noms au fur et à mesure.
Tant de personne...Au fond de lui, il était heureux que Orgue s'entendent autant avec tout ces patients. En même temps...Avec cet ange pareil. Qui pouvait le détester ?
Même lui en était incapable. Lui qui pouvait haïr une personne juste en croisant son regard.
Lui qui pouvait détester une personne juste au son de sa voix.
Lui qui est écœuré de sa propre personne.
Il se mordit la lèvre inférieur en s'arrêtant d'écrire. Il s'était sincèrement attaché aussi vite à ce petit blondinet ? En même pas quelques heures ?
Faut vraiment que je m'habitue plus au contact...

"- D'accord. Parfait. Umh...Avec les membres du personnel ? Tu as répondu oui. Je suppose...Que c'est assez basique ? Enfin...Tu ne dois pas trop interagir avec eux, je me trompe ?"

Hans était plutôt bien perspicace. Il appréciait déduire des choses de son simple esprit. Essayer de comprendre à quoi pense une personne juste à l'expression de son visage, de ses actions ou même de ses tics.
C'était presque un passe-temps pour lui. Si c'était possible, il passerait des heures devant des courtes vidéo ou il faut trouver le coupable.
Il était aussi assez fan de série policière, d'un certain côté...Mais ça, c'était surtout quand il était enfant, maintenant, il a laissé ça pourrir dans un vieux carton au fond de son cerveau.




Hans vous insulte affectueusement en #990000
Orgue

Messages : 75
Points de confiance : 6
Date d'inscription : 08/07/2018
Age : 19
Localisation : Sur les côtes ou à l'Institut, je présume

W156

Un Agneau dans la tanière du Loup

ft. Dr Hans

Orgue te bénit en #59d0ff

Orgue lâchait sa croix lorsque qu'il eut finit de répondre. Il frottait un instant ses doigts, douloureux à cause de la pression. Il regardait sa main. Pourquoi il avait fait ça? Il ne se souvenait pas avoir autant voulu forcé...
Puis, il regardait la croix dorée, un instant. Il détaillait un à un les boules qu'il ne connaissait que trop bien, il analysait chaque médaillon, chaque corde qui signifiait une prière différente. On était quel jour? Il ne fallait pas qu'il oublie de faire la messe pour lui seul, dimanche matin...
A cet instant, il comprit mieux pourquoi Dieu lui avait fait serré sa main autour du symbole. Il ne devait pas oublier d'avoir la foi, il ne devait pas se laisser aller par quelconque mal-être voire la haine. Il devait rester maitre de soi et faire de son mieux.

"- D'accord. Parfait. Umh...Avec les membres du personnel ? Tu as répondu oui. Je suppose... Que c'est assez basique? Enfin... Tu ne dois pas trop interagir avec eux, je me trompe?
- Moui..."

Arthur avait, aussi visiblement que la cicatrice sur la joue de Hans, l'esprit tout à fait ailleurs. Son regard sur ses genoux, on pouvait se demander si il avait vraiment écouté la question de son médecin... Sa réponse était dite un peu basse mais il n'avait pas d'hésitation dans son timbre. Son pouce caressait le métal pour enlever les marques qu'il avait fait avec ses empreintes digitales.
Mais enfin, il relevait la tête, avant que le docteur ne puisse continuer à poser ses questions. Il posait sa croix à plat sur le bureau et posait ses mains l'une sur l'autre. Son attitidude avait l'air plus douce et son regard plein de miséricorde, sa voix était de nouveau aiguë mais tranquille.

"- Vous savez, je n'en veux pas à mes parents. Ce n'est pas leur faute. Ils n'ont pas encore vu la lumière chaleureuse du Seigneur. Je leur pardonne, à eux, comme à tout homme qui ne croit pas encore en Dieu. Ne vous en faites pas..."

Bon, il répondait en avance sur le questionnaire de la semaine prochaine, mais c'était la chose qui lui semblait le plus important. Il voulait que ce soit clair et réconforter l'esprit de Hans. Il ne voulait pas laisser le sujet planer comme ça, non fini.

Docteur Hans

Messages : 73
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 24/07/2018
Age : 28
Localisation : Dans mon bureau. Et toquez à la porte.

Médecin
Un agneau dans la tanière du loup
ft. Orgue



Hans attendait sagement la réponse. Il lança un regard vers Orgue, intrigué par son silence.
Il remarqua à quel point le garçon était frustré, mal à l'aise.
Ses doigts blancs resserrés sur la croix d'or. Qu'est ce qu'il a?...
Son attitude inquiétait de plus en plus de médecin. Il avait dit quelque chose qui était aussi blessant que ça?

"- Moui..."

Cette simple et courte réponse éveilla tout les soupçons de Hans. Il fronça légèrement les sourcils, fixant Orgue en silence pour tenter de comprendre ce qu'il avait.
Sa peau pale lui faisait un peu penser qu'il était probablement malade? Non, il n'avait montré aucun symptôme de cette éventualité.
Ses yeux bleus brillaient à la lumière du soleil qui s'infiltrait depuis la fenêtre. Il est entrain de pleurer?...
Il devait surement avoir la larme à l'oeil.
Il faisait pourtant tellement de peine à voir au docteur.
Ce dernier senti ses joues chauffer quand il se rendit compte à quel point il dévisageait le pauvre garçon. Il détourna rapidement les yeux sur sa feuille un instant, près à reprendre les questions, mais il se fit interrompre par sa voix doucement aiguë.

"-Vous savez, je n'en veux pas à mes parents. Ce n'est pas leur faute. Ils n'ont pas encore vu la lumière chaleureuse du Seigneur. Je leur pardonne, à eux, comme à tout homme qui ne croit pas encore en Dieu. Ne vous en faites pas..."

Il releva la tête. Silencieux un instant.
Ses yeux ronds fixaient un instant le visage déterminé de Orgue, avant qu'il deviennent un peu plus doux, un petit sourire se dessinant sur ses lèvres.

"- Je n'en doutais pas que tu les avais pardonnés. Donc je ne m'en fais pas. C'est juste que...Ils ont du vraiment être irrespectueux avec toi. Et pour ma part, je sais que je ne les pardonnerais pas."

Le regard de Hans était tout aussi déterminé. Voir même plus que le jeune patient.
Il devait même être encore plus têtue que le blondinet...Et s'accroché à ses idées jusqu'au bout.
Le docteur détourna un instant les yeux, il se sentait maintenant gêné de porter un oeil ainsi sur Orgue...Ce n'était pas lui qu'il devait regarder comme ça, mais plutôt ses parents.
Il passa une main dans ses cheveux, laissant retomber sa mèche proche de ses prunelles.
Il ne savait plus quoi dire, ni quoi faire. Est-ce que je dois m'excuser? Mais pour qu'elle raison?...Pff...J'suis lamentable.




Hans vous insulte affectueusement en #990000
Orgue

Messages : 75
Points de confiance : 6
Date d'inscription : 08/07/2018
Age : 19
Localisation : Sur les côtes ou à l'Institut, je présume

W156

Un Agneau dans la tanière du Loup

ft. Dr Hans

Orgue te bénit en #59d0ff

Tout d'abord, Orgue était rassuré de voir son docteur sourire à ses mots. Il l'avait touché, comme Jésus avait touché Ses disciples... Le problème avait l'air réglé, mais les yeux bruns qui sondaient son esprit avaient une lueur étrange. Orgue n'y avait pas fait attention, de prime abord, mais elle devenait de plus en plus froide et de mauvaise augure. Il avait raison.

"- Je n'en doutais pas que tu les avais pardonnés. Donc je ne m'en fais pas. C'est juste que... Ils ont du vraiment être irrespectueux avec toi. Et pour ma part, je sais que je ne les pardonnerais pas."

Le sourire d'Orgue se perdait un peu. Sa détermination se brisait, ses sourcils se levaient. Il restait un instant silencieux, observant la mèche de cheveux retomber devant le visage interdit de son docteur. Puis, d'un coup, sans prévenir, Arthur fit un grand sourire et hochait la tête vivement. Ses mains s'enlevait de la table et se posait sur ses genoux, comme un enfant sage. Il était l'air soudainement si heureux, qu'est-ce qu'il se passait? Trouble de la pensée...

"- D'accord, faites de votre mieux, monsieur Hans!"

Sa phrase semblait étrange, hors contexte. C'était sa maladie, mais comment devait le prendre le concerné? Mal? Bien? Est-ce qu'il devait vraiment en tenir rigueur??
Tout ça, c'était à lui d'y penser, car Orgue ne pensait à rien de mal. Il s'imaginait simplement une meilleure alternative des choses, il pensait avoir entendu une autre phrase, peut-être à un autre moment. Quoiqu'il avait entendu, ça le rendait vraiment heureux.

"- Dites, c'est quoi la prochaine question?"

Docteur Hans

Messages : 73
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 24/07/2018
Age : 28
Localisation : Dans mon bureau. Et toquez à la porte.

Médecin
Un agneau dans la tanière du loup
ft. Orgue


"- D'accord, faites de votre mieux, monsieur Hans!"

Un frisson parcourra la colonne vertébrale du docteur. Il avait dit quelques choses...Qu'il n'avait pas prévu, dans sa phrase?
Bien sur que non, c'était trop étrange. A moins que Orgue avait mal comprit et pensait à autre chose.
Pourtant Hans articulait bien, en plus de parler un peu fort, il y'avait très peu de chance que le blondinet comprenne mal.
La réponse donnée avait totalement secoué l'esprit de Hans. Il sentait sa salive le quitter alors qu'il cherchait quoi répondre. Qu'est ce qu'il pouvait dire, face à ça?

"- Je...Umh...M-merci...?"

Qu'elle réponse débile. Il se serait donné une claque si il en avait la possibilité.
Il détourna le regard un instant, fuyant l'adorable sourire que lui abordait son patient, qui ne faisait que plus amplifier la panique générale dans son cerveau.
On ne lui souriait jamais de cette manière, comment devait-il réagir?!
Ses joues se remettaient à chauffer. Il déglutit difficilement tout en observant rapidement sa fiche pour se concentrer sur autre chose.
Il prit alors une grosse inspiration avant de soupirer par le nez. Reprends ton calme...Ca aller, tout va bien, pas la peine d'en faire autant. t'es assez un crétin comme ça, essaye pas de l'être encore plus.

Il se reprenait finalement en main. Sa respiration contrôlée, son visage revenu à la normale, il pouvait reprendre.
Il remonta de nouveau ses lunettes avant de passer rapidement une main dans sa mèche de cheveux.

"- Dites, c'est quoi la prochaine question?
- Oui, umh, la prochaine question...mh...Est-ce que tu t'entends bien avec des médecins. Et tu n'as pas répondu."

Il haussa légèrement les sourcils. Visiblement, il était un peu surpris. Il releva la tête vers Orgue, reprenant son stylo.

"- Pourquoi tu n'as rien mis?"




Hans vous insulte affectueusement en #990000
Orgue

Messages : 75
Points de confiance : 6
Date d'inscription : 08/07/2018
Age : 19
Localisation : Sur les côtes ou à l'Institut, je présume

W156

Un Agneau dans la tanière du Loup

ft. Dr Hans

Orgue te bénit en #59d0ff

"- Je...Umh...M-merci...?"

Orgue ne comprit pas tout à fait pourquoi son docteur était aussi agité. C'est vrai, après tout il lui faisait confiance pour faire de son mieux, son grand sourire aux lèvres. Pourtant, son docteur regardait à gauche, il déglutit difficilement. Ca faisait rire doucement W156, qu'est-ce qu'il était rigolo quand il était désemparé. Non, il ne se moquait pas de son insociabilité mais juste de ses gestes un peu maladroits, de sa manière de gérer avec la situation alors qu'à la question précédente, il avait pourtant réussi à deviner le fond de son esprit. Peut-être n'était-il pas si doué que ça?

"- Dites, c'est quoi la prochaine question?
- Oui, umh, la prochaine question...mh...Est-ce que tu t'entends bien avec des médecins. Et tu n'as pas répondu."

Le grand sourire du patient disparaissait pour laisser place à une mine plus sérieuse. S'entendre bien avec les médecins. Orgue tentait de se rappeller du sujet pour lequelle il avait mis autant de temps pour réfléchir. Un nom se glissait alors comme dans du beurre dans ses pauvres souvenirs.
Ange Barrabil.
W156 pinçait ses lèvres et regardait la main de Hans qui se saisit du stylo.

"- Pourquoi tu n'as rien mis?
- Je..."

Arthur baissait un peu plus son regard. C'était un peu une corde sensible on dirait, mais en réalité, il ne sut pas quoi dire. Fallait-il qu'il dénonce, au risque de se faire mal voir par son médecin ou fallait-il qu'il n'en parle pas, qu'il se justifie autrement?
Mais Arthur ne pouvait pas effacer ce bruit infernal qui retentissait comme une cicatrice dans son esprit. L'odeur de la poudre, le trou dans le ventre d'une de ses camarades. Et Ange Barrabil, dont le nom ne put se défaire de cet homocide.

"- Je m'entendais... bien avec mon ancien médecin. En soi... ils sont là pour nous... et nous aider... Et je partage cette idée vis à vis des médecins..."

Les mots qui sortaient de la bouche de W156 étaient froids et lents. Il articulait et prenait le temps sur chaque syllable pour éviter de parler du sujet qui trottait dans son esprit. Mais il ne pouvait y échapper. Il ne voulait y échapper. Ses yeux, distants, se posaient à nouveau sur le visage de Hans.

"- Mais, depuis la Grande Sanction... Je n'ai plus l'impression que c'est pareil... Mes camarades craignent certains docteurs" (Toute son âme voulait crier le nom de Barrabil, mais ses lèvres ne purent pas) "Je suis conscient que.. la punition avait un fondement... Mais Z01 était autant un martyr que mon Père, qui dut porter sa croix..."

Quel était son nom déjà? Il ne put s'en souvenir. Elle était tellement déhumanisé que ça en faisait souffrir le coeur de l'ange. Les yeux bleus, mouillés, retombaient sur le bois du bureau. Il n'allait pas pleurer, il était simplement ému. Cette histoire était du passé. Orgue s'était assuré d'honorer l'esprit de Z01 comme il se le devait, il était certain qu'elle aurait une place aux côtés de Dieu, au sein du Paradis.

Docteur Hans

Messages : 73
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 24/07/2018
Age : 28
Localisation : Dans mon bureau. Et toquez à la porte.

Médecin
Un agneau dans la tanière du loup
ft. Orgue



"- Je m'entendais... bien avec mon ancien médecin. En soi... ils sont là pour nous... et nous aider... Et je partage cette idée vis à vis des médecins..."

Hans hochait la tête. Il était de nouveau redevenu absorbé par les mots de Orgue.
Le petit ange parlait plus doucement, alors le docteur écrivait plus lentement aussi, profitant aussi de cette opportunité pour un peu plus observer W156 pendant qu'il répondait.

"- Mais, depuis la Grande Sanction... Je n'ai plus l'impression que c'est pareil... Mes camarades craignent certains docteurs...Je suis conscient que.. la punition avait un fondement... Mais Z01 était autant un martyr que mon Père, qui dut porter sa croix..."

Hans regarda un instant Orgue dans les yeux. Mais cela ne dura pas longtemps, car le docteur fit celui qui fuya ce contact. Il continuait d'écrire sur sa feuille, réfléchissant un peu aux mots qu'il allait pouvoir dire.

"- je comprends. C'est normal d'avoir peur comme ça après ce qu'il s'est passé. Cette peur générales des patients envers les médecins étaient...Ce qui était prévu...D'après moi. Je n'étais pas ici lorsque c'est arrivé, ils ne m'ont pas contactés pour me mettre au courant. Et a vrai dire...Je ne l'ai appris que par des rumeurs, et je n'ai jamais osé poser plus de question sur ce sujet après ça."

Il prit une petite inspiration. Faisant une courte pause tout comme son patient. Il finit par relever la tête vers le dernier avant de continuer.

"- Ils veulent éviter un autre événement comme celui ci à tout prix. Même au plus extrême...Je t'avoue que si ils m'avaient demandé mon avis, j'aurai totalement été contre. Mais je pense pas que mon vote aurait servit à quelque chose."

Il soupira un instant. Le silence reprenait le dessus dans la pièce. Hans se recula pour s'enfoncer dans son siège. Il observa sa feuille avant de reposer son regard sur le blondinet. Il le fixa un bon moment, avant de reprendre la parole d'un ton plus léger, et sincère.

"- ...Si jamais tu veux en parler, je suis là pour ça. N'oublie pas."





Hans vous insulte affectueusement en #990000
Orgue

Messages : 75
Points de confiance : 6
Date d'inscription : 08/07/2018
Age : 19
Localisation : Sur les côtes ou à l'Institut, je présume

W156

Un Agneau dans la tanière du Loup

ft. Dr Hans

Orgue te bénit en #59d0ff

"- Je comprends. C'est normal d'avoir peur comme ça après ce qu'il s'est passé. Cette peur générales des patients envers les médecins étaient... Ce qui était prévu... D'après moi. Je n'étais pas ici lorsque c'est arrivé, ils ne m'ont pas contactés pour me mettre au courant. Et a vrai dire... Je ne l'ai appris que par des rumeurs, et je n'ai jamais osé poser plus de question sur ce sujet après ça."

Les yeux d'Orgue devenaient un peu plus attendris. Il n'avait pas vécu ce jour funestre? Il ne pouvait pas comprendre ce que c'était, d'être pétrifié de peur, la pluie battant sur les os et voir un des leurs tomber sur les planches rouges. Les yeux bleus regardaient ailleurs, à leur tour. Il n'avait rien à dire, il se sentait gêné d'avoir lancé ce sujet si peu heureux.
C'était un bon choix.

"- Ils veulent éviter un autre événement comme celui ci à tout prix. Même au plus extrême... Je t'avoue que si ils m'avaient demandé mon avis, j'aurai totalement été contre. Mais je pense pas que mon vote aurait servit à quelque chose.
- Je comprends bien..."

Orgue se tenait la main à lui-même, serrant ses doigts sur ses propres phalanges. C'était humain, de vouloir partir et de trouver mieux, après tout l'herbe est toujours plus belle chez le voisin. Mais il ne comprenait pas pourquoi la sentence était si extrême... Après tout, ils l'avaient retrouvés, elle n'était même pas partie! Pourquoi la tuer? Pourquoi lui ôter une vie que Dieu lui a insufflé? C'était peut-être comme ça que ça devait se passer... Il l'avait juste rappelé un peu plus tôt auprès de Lui.

"- ...Si jamais tu veux en parler, je suis là pour ça. N'oublie pas."

Arthur relevait ses yeux interloqués sur Hans. Son regard bleu croisait le regard sincère et noisette de son médecin, et il restait un instant à l'observer comme ça. W156 essayait de sonder son âme, savoir si on lui disait bien la vérité, mais autant de sincéritait ne pouvait que lui sauter aux yeux. Il fit un petit sourire et rougissait. Passant une mèche blonde derrière son oreille, Arthur ne savait plus où se mettre.

"- Merci monsieur Hans... Vous êtes... très gentil et aimable."

Orgue avait conscience de se répéter, mais cette fois-ci, il avait ajouté un adjectif en plus. Aimable. Oui, Orgue l'aimait, c'était indéniable, ses joues roses le montraient bien. Ses yeux bleus se dérobaient de ceux de son docteur et il regardait ses mains, pressées l'une contre l'autre. Soudain, il avait envie de faire un câlin à Hans, il ne sut dire pourquoi. Ses mots l'avaient vraiment touché, bien que ce n'était que son métier.

Docteur Hans

Messages : 73
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 24/07/2018
Age : 28
Localisation : Dans mon bureau. Et toquez à la porte.

Médecin
Un agneau dans la tanière du loup
ft. Orgue



Le docteur ne disait plus rien. Il observait juste Orgue en silence.
Après l'avoir prévenu qu'il pouvait lui parler de quoi que ce soit, le médecin échappa un léger sourire. Oui, il était vraiment inquiet pour Orgue.
C'était un garçon formidable, remplit de générosité, de bonté, de joie de vivre, de bonne humeur...Il avait sans doute enduré certaines choses dans la vie qui avait été difficile, mais lui ne perdait pas foi en ses rêves. Il gardait toujours une main sur le coeur, une autre pointée vers le ciel pour continuer d'honorer son dieu.
C'était héroïque de voir une personne comme telle. Hans, lui, avait tout abandonné.
Ses rêves, ses envies, son bonheur et sa joie de vivre.
Tout ce qu'il attendait, c'est que la mort viennent le chercher plus tôt.
Il n'attendait plus rien d'autre, pensant avoir déjà goûté à toutes les pommes du malheur.
Et pourtant...La mort continuait de rire au dessus de la tête.
Elle continuait de trouver chaque petite chose qui pouvait le faire mourir de plus en plus de l'intérieur, pour finalement que ça soit lui qui mette fin à cette malédiction.

"- Merci monsieur Hans... Vous êtes... très gentil et aimable."

Sauf qu'aujourd'hui, à cette minute, son coeur se senti plus léger. Tous ses malheurs disparaissaient comme Hans était capable de faire disparaître son bien-être de son esprit.
Ce petit garçon aux cheveux dorés, replacé derrière son oreille. Les joues roses fleuries, semblant si douce au touché. Ses yeux diamants, qui brillait comme la rosée du matin.
C'était un véritable don du ciel.
Le docteur n'avait pas besoin d'être populaire, il n'avait pas besoin d'être beau, il n'avait pas besoin d'être gentil ou bon.
Il avait juste besoin d'être au près de lui.

Un sourire plus fort se formait sur les lèvres du médecin, alors qu'il regardait tendrement son patient.
Il n'avait aucune arrière pensé. Il offrait juste quelque chose de rare chez lui.
La bénédiction d'un sourire authentique. Un regard véritable et loyal.
Quelque chose que Hans n'avait probablement jamais accordé à quiconque.

Mais après un long moment de silence, Hans reprit enfin le contrôle sur lui même. Il se redressa subitement, son visage devenait rapidement rouge après s'être rendu compte qu'il avait dévisagé le pauvre patient aussi longtemps.

"- J-je...je...eumh..."

Il déglutit difficilement avant de se repencher sur la feuille. Plaçant son coude sur la table pour que sa main soutiennent son front.
Cet acte était forcément pour cacher son visage désemparé.

"- ....Pardon."

Il ne savait même pas pourquoi il s'excusait sincèrement.
Parce qu'il l'avait regardé aussi longtemps? Parce qu'il avait comme ignoré ce qu'il avait dit? Sauf que c'était faut, il l'avait bien entendu.
De toute façon, sa mot était dit d'un ton si faible qu'il était presque chuchoté.
Hans espérait qu'il n'avait pas été entendu, sauf que le silence de la pièce n'avait que fait le contraire...
Le docteur remettait ses lunettes nerveusement, relissant plusieurs fois la question, il n'arrivait même plus à ce concentrer...

Quel cas, celui là.




Hans vous insulte affectueusement en #990000
Orgue

Messages : 75
Points de confiance : 6
Date d'inscription : 08/07/2018
Age : 19
Localisation : Sur les côtes ou à l'Institut, je présume

W156

Un Agneau dans la tanière du Loup

ft. Dr Hans

Orgue te bénit en #59d0ff

Orgue ne cessait de fixer ses doigts boudonnés, posés sur ses jambes. Il avait été honnête comme toujours, mais il s'attendait à une réponse négative venant du médecin... Réponse qui ne vint pas. Alors, timidement, l'ange relevait ses pupilles sur le docteur qui souriait. Il ne sut pourquoi... Mais ce sourire était très précieux pour le coeur de Orgue. Il avait réellement l'air heureux, pas simplement satisfait d'avoir une papouille sur la tête ou un brossage de cheveux, non. Il était sincérement retrouvée la joie.
Cependant, ça ne durait pas longtemps. Aussitôt que ses yeux bleus se posaient sur le docteur, celui-ci se réveillait soudainement d'un sursaut puissant, avant de se pencher sur sa feuille.

"- J-je... je... eumh..."

Il était devenu completement rouge. A vrai dire, le sursaut soudain avait aussi tiré Arthur hors de sa contemplation et il ramenait rapidement ses yeux sur ses mains à nouveau. Mais cette fois-ci, il découvrait que ses poings étaient fermés et s'étaient aggripés à son pantalon. Il rougissait. Il ne comprenait pas pourquoi il trouvait ça aussi embarassant d'avoir vu son medecin si heureux? Il ne sut quoi dire, quoi ajouter. Il caressait le lin de son habit.

"- ....Pardon."

W156 levait lentement ses yeux sur Hans, à nouveau. Son regard était innocent et tendre, le regard d'un enfant. Oui, il avait entendu... et il trouvait ça completement craquant. Quel pauvre homme, maltraité par sa gentillesse au point de devoir s'excuser... Arthur souriait à nouveau, son coeur battait fort et fièrement dans sa poitrine.
Il ne voyait plus son visage, caché par sa main et sa mèche, mais Orgue devinait facilement qu'il avait des complications pour lire sa fiche, il perdait ses mots. Il perdait le réel et sa situation, il s'était perdu dans son esprit.
Alors, Orgue se mit debout. Sa chaise reculait en faisant un long grincement au sol, mais il l'ignorait. Une fois encore, il fit le tour du bureau, mais cette fois-ci avec moins de précipitation. Il était rapide, mais pas empressé. Puis, une de ses mains se posait sur l'accoudoir du docteur pour le pousser et ainsi tourner la chaise roulante vers lui.
Une fois que le docteur était bien face à lui, Orgue, sans seconde pensée, passait ses bras autour de la poitrine de Hans pour le ramener contre lui. Certes, ce n'était pas très pratique ni agréable, comme position, mais Orgue ne pouvait pas s'en empêcher. Il avait si envie de le sentir contre lui, le serrer fort dans ses bras, lui faire sentir qu'il était là, juste là, présent pour lui.
Il ne parlait pas. Il n'avait pas besoin de mot. Ses yeux fermés et son sourire heureux sur son visage disait tout ce qu'il y avait à entendre. Il était bien là. Il était bien avec lui, dans ses bras. Il ne voulait plus s'en séparer, maintenant.

Docteur Hans

Messages : 73
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 24/07/2018
Age : 28
Localisation : Dans mon bureau. Et toquez à la porte.

Médecin
Un agneau dans la tanière du loup
ft. Orgue



Le grincement de la chaise attira un regard furtif de la part de Hans.
Il avait simplement écarté discrètement deux de ses doigts pour observer ce que pouvait faire Orgue. Mais lorsqu'il le vit commencer à s'approcher, et referma vite sa main et se reconcentra sur la feuille.
Il avouait avoir peur de la suite...Il se lève pour partir? J'ai...Du le faire fuir à le fixer comme ça...Oh Hans putain, non...T'es vraiment trop nul à tout foirer comme ça...
La main du docteur finit par se poser son visage pour le frotter. Sauf que cet abrutit, totalement focalisé sur ses émotions et ses pensés, avait entièrement oublié ses lunettes.
Il posa sa main dessus avant de subitement reculer le visage. Oh non mais quel crétin...

Il posa enfin ses lunettes sur la table et se frotta le visage, sauf que cet acte le dura pas longtemps vu qu'il se fit repousser en arrière par son siège qui pivotait.
Il était maintenant face à son patient.
Le docteur était tout chamboulé. Il déglutit difficilement, tentant de comprendre ce qui allait se passer par la suite. Pourquoi il est venu là?...Qu'est ce qu'il veut?...Qu'est ce qu'il me veut?!
Il l'observait s'approcher avec des yeux ronds. Le petit garçon avançait entre les jambes écartées de Hans pour finalement passer ses bras autour du buste du docteur. Il le ramena contre lui et le serra un long moment dans le silence.

Hans ne disait rien. Il n'avait pas bougé de position, il ne répondait pas non plus à cette tendresse. Pourquoi cela? Son visage trahissait son embarra.
Ses joues étaient rouges et chauffaient énormément. Ses lèvres étaient séparés entre le sourire et le malaise. Ses yeux écarquillés de surprise. Qu'est ce qu'il devait faire?...
Il prit alors une grande inspiration. Il devait se calmer, se reprendre en main. Tout irait rien, il ne fallait pas qu'il s'emballe autant. Ce n'était rien d'autre qu'un câlin...Orgue devait en faire plein à n'importe qui. Enfin Hans...Lui...Avait arrêté d'en recevoir après ses 10 ans, et n'en avait plus jamais donné non plus.

Sa respiration redevenait calme. Son visage gardait pourtant cette teinte rougeâtre.
Il s'approchait alors, se mettant tout au bord de son fauteuil.
Il hésitait un long moment. Est-ce qu'il avait vraiment le droit? Vu la situation, il supposait que oui.
Alors doucement, il posa son menton sur l'épaule du blondinet.
Ses mains tremblantes s'approchaient pour délicatement prendre la taille de Orgue, et se glisser au centre de son dos.
Il ferma finalement les yeux. Approchant timidement le patient un peu plus contre lui.

Il n'osait vraiment pas l'avouer...Et se l'avouer à lui même, mais il était terriblement bien, ici.
Cette sensation lui avait horriblement manqué. Il espérait pouvoir en ravoir un peu plus tout les jours, de cette fine tendresse que lui offrait ce garçon.
Il prit une forte inspiration un moment. Que ses cheveux sentent bons...
C'était comme une odeur de fleur, mélangée à de l'encens.
Il n'avait jamais senti quelque chose d'aussi agréable de toute sa vie.

Le médecin fronça un instant les sourcils. Est-ce qu'il allait être capable de relâcher Orgue quand il voudra partir? Il n'en savait trop rien. Il ne voulait pas que ça se stop, il voulait en profiter encore plus.



Pitié, que quelqu'un arrête le temps...




Hans vous insulte affectueusement en #990000
Orgue

Messages : 75
Points de confiance : 6
Date d'inscription : 08/07/2018
Age : 19
Localisation : Sur les côtes ou à l'Institut, je présume

W156

Un Agneau dans la tanière du Loup

ft. Dr Hans

Orgue te bénit en #59d0ff

Orgue restait contre le docteur, aussi silencieux que l'on put l'être. Il fermait ses yeux et il enfonçait un peu plus son visage contre la clavicule de Hans. Il avait décalé la cravate rouge, sans vraiment y faire attention et posait sa joue sur le trapèze caché par le tissu noir et la blouse blanche. C'est fou, il entendait son coeur battre d'ici, à travers ces veines et ses artères, ce sang chaud et rouge de passion. Mais ça, Orgue ne le savait pas encore.
Non, W156, lui était innocent de toute passion, pur de quelconque désir. Il était dans ces bras amoureux seulement pour aider son prochain, pour aimer autrui. Il rependait sa bonne parole et ses bons actes, il n'avait rien d'autre à l'esprit que d'apprécier son ami, son nouveau confident.
Mais, ô! bon Dieu, qu'il aimait apprécier son nouveau confident. Il sentait bon le shampooing, le savon. Il était d'une ossature parfaite à câliner, d'une naïveté nouvelle mais si attachante dans sa peur de rendre ce petit geste d'affection.
Pourquoi est-ce que son coeur se mettait soudainement à battre fort? Pourquoi ses joues commençaient à chauffer comme ça? Ca devait être à cause de Hans, il était au chaud dans ses bras réconfortants.. Oh, voilà qu'il se mordait la lèvre inconsciemment. Qu'est-ce qu'il se passait? Le câlin durait longtemps... Mais pourquoi ne voulait-il pas se séparer de lui??

Arthur se mit à bouger. Lentement, la pression de ses mains devenait moindre et ses bras devenaient mous à nouveau. Il reculait un peu, il forçait doucement contre les bras du médecin pour se libérer de sa forte emprise, à présent. Il ne devait pas céder à un tel pécher, que de trop vouloir profiter d'autrui. Ca le rendait un peu mal, mais ça lui faisait du bien d'assouvir ses pulsions.
Non, un bon catholique ne devait pas agir à ses pulsions, il devait respecter ses préceptes et ses directions. Il devait écouter la voix du Seinger; mais Il était absent, le Saint-Esprit eut l'impression. Il était seul face à cette situation, et sa solitude lui fit plus peur encore que la mort. Il devait se reprendre.
Ses yeux bleus se posaient sur les yeux de Hans et il fit un sourire mal à l'aise. Il mit un de ses mèches blondes derrière son oreille alors qu'il déviait le regard. Ses joues étaient aussi rouge que la pauvre cravate ruinée du docteur.

"- Je.. vous... Vous faites de très bons câlins.. monsieur Van Ussa..."

Docteur Hans

Messages : 73
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 24/07/2018
Age : 28
Localisation : Dans mon bureau. Et toquez à la porte.

Médecin
Un agneau dans la tanière du loup
ft. Orgue



Hans senti Orgue commencer à s'éloigner de lui. Sauf qu'il n'était pas de cet avis.
Il voulait un peu plus...Que ce moment dur plus longtemps...Il s'accrochait au haut du patient avant de le serrer légèrement plus contre lui.

"- Encore un instant...S'il te plait."

La tête de Hans s'enfonçait dans le cou de Arthur. Ses cheveux recouvraient totalement son visage, mais il s'en fichait. Il n'avait pas le temps de s'occuper de quelque chose aussi futile que...Ses cheveux ? Il adorait ses cheveux, pourtant.
Il en prenait grand soin,d'habitude.
Mais cette fois, il n'avait vraiment pas envie d'y prêter attention.
De courtes minutes plus tard, le docteur finit par se résoudre à relâcher le garçon.
Il le faisait lentement, ses mains glissant sur le tissu blanc pour retomber sur les genoux de Monsieur Van Ussa.
Il laissa le blondinet s'échapper pour qu'il soit hors de sa porté.
Ca lui manquait déjà...Il voulait attraper de nouveau le poignet de son patient, le ramener contre lui, le serrer de la même tendresse qu'il aurait voulu offrir à ses parents quand il était plus jeune, mais c'était comme si toutes ses forces avaient disparus.

La tête de Hans était basse. Ses cheveux tombés sur son visage cachait ses yeux, ainsi que son expression faciale.
Mais enfin il releva la tête. Il avait presque l'air triste. Mais se força à sourire à son tour lorsqu'il remarqua que le patient faisait de même.

"- Je.. vous... Vous faites de très bons câlins.. monsieur Van Ussa..."


Hans rabaissa la tête. Van Ussa...
Il n'aimait définitivement pas ce nom.
Il se redressa alors, reprenant ce petit sourire qu'il donna à Orgue.

"- Je pense que c'est plutôt toi qui en fait des très bons...Tu ne dois pas qu'avoir le don de jouer de l'orgue, à mon avis."

Il lâcha un discret petit rire. Ce n'était pas vraiment drôle...Mais ça allégeait un peu l'atmosphère qu'il y'avait maintenant.

"- Et...S'il te plait...N'oublie pas. C'est Hans. Pas Van Ussa. Si j'ai fait l'effort de t'appeler Orgue, fait l'effort pour moi aussi. D'accord ?"

Il approcha timidement sa main des cheveux de Orgue, mais finit par la poser dessus et les décoiffer tout doucement.
Il ne savait même pas pourquoi il faisait ça. C'était venu un peu par...Instinct ?




Hans vous insulte affectueusement en #990000
Orgue

Messages : 75
Points de confiance : 6
Date d'inscription : 08/07/2018
Age : 19
Localisation : Sur les côtes ou à l'Institut, je présume

W156

Un Agneau dans la tanière du Loup

ft. Dr Hans

Orgue te bénit en #59d0ff

Le docteur baissait sa tête, embêté. Orgue le sentait, même son sourire était qu'un mirage bancal dans ses pupilles. Il n'avait pas aimé son câlin? Pourtant il avait voulu rester dans ses bras, pourtant il avait respiré son encens et ses cheveux. Il devait avoir aimé ce câlin.
Alors qu'est-ce qui ne convenait pas? Peut-être que son corps désirait un câlin plus que tout, que ce câlin soignait son coeur mais pas son esprit. Il devait l'avoir blessé, Orgue en était sûr. Ce n'avait pas été une bonne idée. Orgue déplaçait son poids sur son autre pied dans son malaise, sans pourtant bouger.

"- Je pense que c'est plutôt toi qui en fait des très bons...Tu ne dois pas qu'avoir le don de jouer de l'orgue, à mon avis."

Orgue suivait le médecin dans son rire, mais seulement avec un sourire un peu amusé, qui devait rapidement mal à l'aise. Il déglut alors et baissait ses yeux. Ses mains se liaient, ses doigts se croisaient entre eux et il se forçait à faire un petit sourire. Tout homme avait plus de don qu'on le crut; Hans n'était pas une exception.

"- Et...S'il te plait...N'oublie pas. C'est Hans. Pas Van Ussa. Si j'ai fait l'effort de t'appeler Orgue, fait l'effort pour moi aussi. D'accord ?"

Orgue ne dit rien. Il detestait autant son nom, à ce point? Orgue ne bougeait pas. Il relevait ses yeux d'agneau sur le loup décoiffé et se laissait caressait. Sa couronne d'épine sans épine craquelait sous la main lourde de Hans alors que quelques de ses mèches lui tombaient sur le visage. Il regardait Hans, ou plutôt son âme. Il le fixait, il essayait encore de l'examiner mais il ne put pas tirer davantage de chose que ce sourire de façade, ce sourire qui blessait le coeur du saint.

"- Pourquoi?..."

Sa parole était discrete, ses lèvres bougeaient à peine à ce mot monosyllabique. Il voulait savoir, Docteur Van Ussa connaissait déjà toute sa vie, ou il pouvait y avoir accès à n'importe quel moment au dossier. Il pouvait savoir chaque taille des os, chaque poids de chaque muscle qui composaient le corps large d'Arthur. Hans Van Ussa pouvait tout savoir sur W156.
Orgue, lui était largué devant cet homme dont il ne connaissait rien à part son doux visage, sa cicatrice malheureuse et cette haine pour son nom. Orgue était perdu, ça le faisait paniquer.
Le ton de sa voix se levait, son timbre devint plus certain. Ses sourcils se fronçaient et l'ange se reculait d'un pas, il reculait de cette main amicale, ou qui du moins le prétendait. Oui, il voulait savoir, il devait. Son âme serait torturée si elle n'était pas rassasiée de cette connaissance qui était absurde.

"- Van Ussa... Pourquoi?"

Docteur Hans

Messages : 73
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 24/07/2018
Age : 28
Localisation : Dans mon bureau. Et toquez à la porte.

Médecin
Un agneau dans la tanière du loup
ft. Orgue



Hans observait Orgue en silence. Qu'est ce qu'il avait? Il semblait mal à l'aise.
Est-ce que c'était lui qui le mettait comme ça? Pourquoi?...Le câlin...avait duré trop longtemps?...
Le docteur ne comprenait pas.
Il arrêtait de bouger sa main qui était posée sur la tête blonde du garçon.
Le sourire du médecin avait disparu. Son regard était maintenant inquiet. Il avait dit quelque chose qu'il ne fallait pas?...
Il avait parlé de son don...Peut être que W156 n'aimait pas aborder ce genre de sujet. Il avait parlé de son nom de famille aussi...Peut être...Qu'il n'aimait pas autant que sa son surnom de Orgue?...

Puis le garçon s'écarta de l'emprise de Hans. Il le laissait faire, les yeux un peu surpris.
Peut être que c'était sa main qui le dérangeait depuis le début...

"- Van Ussa... Pourquoi?"

Le docteur Hans eu comme une pique au coeur.
Qu'est ce qu'il lui prend?
Sa main s'abaissait lentement. Ses doigts se refermaient alors que le regard du docteur qui semblait encore plus surpris qu'avant devenait de plus en plus dur et sombre.
Il fallait bien que cette question arrive.

"- Qu'est ce que ça peut te faire de savoir si je préfère être appelé Hans ou par mon nom?"

Le ton du médecin avait monté de plusieurs crans. Son regard était sombre et remplit de rage.
Il resta un moment silencieux avant de se retourner face à son bureau.

Le seul son qui résonnait dans la pièce était celui de la chaise roulante de l'adulte.

Puis un soupire s'échappa de sa bouche.
Son expression inquiétante devenait petit à petit plus triste. C'en était même touchant.

"- J'aime pas ma famille. Je ne veux plus en entendre parler."
Il marqua un temps de pause.
"Sauf qu'à chaque fois qu'on m'appel par mon nom, ça me rappel qu'ils existes toujours...Et ça m'insupporte. Voilà tout."

Ses mains posées sur son bureau se refermaient un peu plus sur ses tissus de bandage.
Il aurait tellement préféré être mit au monde par une femme plus accueillante. Même dans une famille pauvre, il aurait surement été plus heureux que dans ce troupeaux de travailleur ou toute son enfance avait disparu.
Il aurait tellement préféré ça...Ou sinon, disparaitre.




Hans vous insulte affectueusement en #990000

Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mer 23 Jan - 20:08