Bienvenue,   !
Institut Espoir

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Partenaires

News

12/12/2018
Doutes : -15% ; Révolution : +15% (Preuve Cannibale & Kan + Preuve Alexander + Preuve Lucy)
05/11/2018Rôle d'espions à pourvoir

Tirer les vers du nez (Aeden)

avatar

Messages : 53
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018

Karen Manson était une jeune femme aux cils si longs qu'on les entendait battre le vent lorsqu'elle clignait des yeux et au visage délicat comme une plume. Pourtant, avec sa tenue de vigile - chemise blanche, veste noire, pantalon noir, cravate noire et un holster à la ceinture pour porter son 12 mm - et ses kilos de muscles, on hésitait sur son genre. Son regard était menaçant, ses yeux noirs comme des puits. Ses pas dans le couloir devenaient des échos dans le silence pesant.
Elle poussa la porte de la salle de soins où devait être assis le petit W133 qu'on lui avait ordonné de cuisiner. Apparemment ce gamin savait des trucs sur le Journal Clandestin. On lui avait appris déjà certaines choses : le patient aurait cafté l'auteur, soit-disant fusse-t-elle Loreleï Hexe, la fille décédée. Et aussi, c'était un journal qui se partageait plusieurs auteurs. Mais tout se serait arrêté depuis le décès de Z01.
Donc Karen était là pour trouver les noms des auteurs.
Droite, elle resta dans l'entre-baîllement de la porte, les bras croisés, le menton levé, défiant du regard le patient.
Elle laissa passer quelques secondes et, très stoïque, s'éclaircit la voix :

- Bonjour, dit-elle d'une voix solennelle et grave.

La politesse avant tout. Si elle n'appréciait pas trop les patients, elle n'était pas pour autant quelqu'un d'irrespectueux.
Il y avait une chaise pour elle aussi, mais elle s'en servit comme appui. En effet, face au dos de la chaise, elle posa ses mains sur le rebord et se pencha vers le patient.

- Alors W133, comme ça tu saurais quelque trucs sur le Journal Clandestin.

Elle sortit un dictaphone de sa poche et le posa sur le siège de sa chaise. Tous ses gestes étaient décomposés et son regard était affûté. Elle prenait son travail très au sérieux.

- Tu vas d'abord me dire ce que tu as raconté au Docteur Elpida il y a un mois, pendant le bal.

Comme ça, elle verrait si sa version des faits correspondait toujours. Au bout d'un mois, il pouvait avoir oublié son mensonge - si s'en était un.

avatar

Messages : 196
Points de confiance : 10
Date d'inscription : 29/09/2017
Age : 17

W133
Un mois. Un long mois d’angoisse où Aeden avait à nouveau dû éviter soigneusement Alexander. Certes, pas pour les même raisons que la dernière fois, mais tout de même. Quand on se fait remarquer par Donatien Elpida, il vaut mieux éviter d’impliquer ces amis. Ils avaient tous deux simuler une disputes après le bal, qu’il avait orchestré à l’aide de leur ancien code, qu’il s’était communiquer aux toilettes.

Un mois lui avait laissé le temps d’imaginer une multitude de situations différentes, mais qui avait un point commun. Elles le mettaient toutes dans une situation plus que délicate. Au moins, cela lui avait laissé le temps de réfléchir. Il devait essayer de tirer la situation à son avantage, autant qu’il en était possible. Même si, c’était probablement compliqué. Il s’imaginait mal qu’on l’ait fait poireauter dans une salle de soin plus d’une demi-heure, juste pour le plaisir. On essayait clairement de lui faire passer un message : les choses se font selon nos règles. Il essuya ces mains moites sur son pantalon, la gorge sèche. Les choses se passeraient bien tant qu’il ne commettait pas d’imper.

Lorsqu’enfin, quelqu’un entra, Aeden se trouva face à une garde tout ce qu’il y a de moins rassurant. Elle semblait décidée et le jeune surdoué se laissa, un peu plus glissé, s’enfonçant sur sa chaise. Il avait deux rôles à jouer. Le garçon moyennement sûr de lui, un peu effrayé. Et le garçon influençable sans grande opinion. Il n’avait pas trop de mal avec ces rôles. Le premier parce qu’il était réellement stressé, et que c’était relativement naturel chez lui, le second parce que c’était le rôle de sa vie.

- Bonjour


Aeden lui retourna son bonjour, à demi-voix. Elle décida de rester debout, dans une position de domination. C’était parfait. Il lui donnerait ce qu’elle voudrait. Il jeta un regard au dictaphone qu’elle posait sur la table. Il n’avait pas intérêt à dire quelque chose d’incohérent où il était foutu. Il pria pour que son esprit vif lui serve correctement pour une fois.

- Tu vas d'abord me dire ce que tu as raconté au Docteur Elpida il y a un mois, pendant le bal.


Elle était très pro. L’air menaçant, les gestes machinales. Elle n’était clairement pas là pour rigoler. Le garçon hocha la tête, il s’attendait à ce qu’on confronte sa version avec celle qu’il avait donné au bal. Il n’avait pas cessé de se la réciter depuis un mois, peaufinant la façon dont il devait présenter les choses.

-Bien sûr madame. Et bien, si je ne me trompe pas je lui ai dit que le journal clandestin avait changé d’auteur au cours du temps. Et que le dernier auteur qui l’avait rédigé, à ma connaissance était Lorelei Hexe. Que cette dernière m’avait demandé si je pouvais le rédiger à sa place, ce que je n’ai pas fait, étant donné qu’elle est ….


Il laissa sa phrase en suspens un instant, avalant difficilement sa salive, son regard tombant au sol :

-…morte peu après.


Il fallait qu’il soit convaincant pour ce qui l’attendait après. Il se montrait coopératif, comptait bien jouer le jeune garçon perdu, aveuglé par une chose qui pouvait rendre n’importe qui stupide au point de se trouver mêlé au journal clandestin. Il devait prouver qu’il était plus dans le camp de l’institut que dans celui de la révolution.





avatar

Messages : 53
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018

Le gamin avait l'air paumé. Pâlot, pas franchement costaud. Karen savait qu'elle n'aurait pas grand mal à le maîtriser. Pourtant, elle resta droite, ses articulations blanchissant tant elle serrait le dossier de la chaise entre ses doigts.

-Bien sûr madame. Et bien, si je ne me trompe pas je lui ai dit que le journal clandestin avait changé d’auteur au cours du temps. Et que le dernier auteur qui l’avait rédigé, à ma connaissance était Lorelei Hexe. Que cette dernière m’avait demandé si je pouvais le rédiger à sa place, ce que je n’ai pas fait, étant donné qu’elle est …. morte peu après.

Karen n'était pas indifférente face à la mort de Loreleï Hexe, et, à vrai dire, ça l'avait pas mal secouée. Maintenant, elle regardait Elpida et Barrabil sous un autre œil dans les couloirs. Cependant, de l'eau avait coulé sous les ponts et Karen devenait de plus en plus insensible à cette histoire. A vrai dire, plus un patient s’apitoyait sur son sort en évoquant cette patiente, plus elle était blasée.
Bref. Son discours coïncidait. C'était l'essentiel.
Elle resta de marbre.

- Et bien sûr tu ne connais que le nom de Loreleï Hexe comme auteur ... D'abord, tu vas me dire comment tu as eu connaissance de ce journal, et comment tu as su que Z01 était un auteur.

Elle n'ajouta pas de menace. Sa voix grave était bien suffisante, ainsi que son regard perçant. Et puis, le gamin avait l'air de vouloir collaborer.

Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Dim 16 Déc - 5:49

    Aube des Mondes