Bienvenue,   !
Institut Espoir

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Partenaires

News

19/04/2019
Un mini-event est à disposition : là wesh
03/03/2019 Un recensement a ouvert ici !
10/03/2019 Doutes : -2% ; Révolution : +2% (Preuve de Cannibale & Adèlys :ici)

05/11/2018Rôle d'espions à pourvoir

[Preuve]Toi ? Ici ? Euh ... ( Lyse et la Cannibale)

La Cannibale

Messages : 129
Points de confiance : 107
Date d'inscription : 24/04/2018
Age : 19

X50
Message n°1
Toi ? Ici ? Euh ...
Nuitd'automne. 2h00 du matin. Cette heure, la Cannibale la connaît par cœur. C'est l'heure charnière entre deux horaires nocturne. Celle où les gardes changent de poste. Ce n'est plus minuit, quand la nuit tombe et qu'on devient plus vigilant. Ce n'est pas non 4h00, quand le soleil se lève, réveillant les actifs. C'est l'heure où on se relâche, où l'île est vide, où le silence est maître. La Cannibale attendait toujours qu'il soit deux heures du matin pour sortir de la chambre d'Ange.
Deuxième étage, elle en sortit discrètement. Le regard affûté, elle avait un autre objectif que de retourner sagement dans sa chambre. L'état du patient d'Elpida, Ange qui déprime plus ou moins, la mort de la fillette, et Adélys Valcourt qui ne faisait qu'attendre sa propre libération ... La Cannibale était désormais convaincue : il fallait passer à l'acte. Mais comment ? Seulement avec des manipulations ? Impossible. Voici le plan : elle allait d'abord s'armer. Pas grand chose, juste un outil pour se défendre en cas de gros pépin. Ensuite, elle irait trouver du dossier sur un des membres de l'Institut. Elle était sûre que certains médecins avaient des choses à cacher.
Elle avait donc pensé au bureau du concierge. Ce type était dans les environs et avait certainement du matériel intéressant.
Descendant les escaliers qu'elle connaissait par cœur, elle bifurqua au rez de chaussée. Chaudement vêtue (elle avait rajouté un pull en laine au dessus de son uniforme), elle repensa à cette dernière heure avec le médecin. Elle n'avait même pas en tête leurs ébats, mais plutôt ce qu'il y avait eu après. Cet échange de regards, sans rien dire ... Ange état incroyable. Il était celui qui lui donnait le courage de transgresser autant le règlement (bon après il le transgressait tout seul son règlement, avec ses grands discours au bal)
Et, soudainement, son cerveau lui imposa l'image du Génie. Un petit sourire se dessina automatiquement sur le visage de la blonde. Comme si tout était relié. Tu penses au Génie ? Pouf, tu dois sourire. Les deux allaient ensemble.
Le bureau du concierge était au bout du couloir. Elle s'abaissa au niveau des fenêtres, passant à quatre pattes pour que les gardes situés à l'extérieur ne la voit pas. Evitant les angles de caméra qu'elle avait bien appris en deux ans. Une véritable ninja. Dans quelques mètres elle y serait et ...
Il y avait une silhouette en fauteuil roulant qui s'approchait aussi du bureau. Elle était en face de la Cannibale. Toutes les deux se dirigeant au même endroit, visiblement.
L'instinct prit le dessus. La Cannibale chuchota (mais le silence était si puissant que sa voix fit écho, et ce fut comme si elle avait haussé la voix) :

« Adélys Valcourt ? »

Elle plaqua aussitôt une main devant sa bouche. Merde, ça aurait été mieux qu'elle ne l'entende pas, en fait. Le mieux serait de se relever et d'assumer mais les surveillants dehors ...
Le plan était déjà foutu.
Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par La Cannibale le Dim 9 Déc - 15:34, édité 1 fois


[Preuve]Toi ? Ici ? Euh ... ( Lyse et la Cannibale) G0ih
je te cause en #ff6666
Valcourt Adèlys

Messages : 497
Points de confiance : 7
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 18
Localisation : AU LAC 8D

Lys
Message n°2
ft. La Cannibale
à la recherche de matériels...

[PREUVE] Toi ? Ici ? Euh...

Adèlys n'arrivait pas à dormir. Une idée ne voulait pas sortir de sa tête alors qu'elle recherchait le sommeil. Mais elle refusait de se risquer à de telles idioties alors qu'elle approchait de sa majorité. Alors elle se retourna dans son lit, tentant d'étouffer son élan d'héroïsme et d'altruisme qui l'avait mise plus d'une fois dans une situation délicate. Elle plongea sa main entre ses deux oreillers et ferma les yeux, tout en forçant son esprit à rêver. Elle commença à s'inventer une histoire pour s'endormir, mais cette fichue idée revint une nouvelle fois à la charge en faisant apparaître dans son histoire une salle remplie d'armes et d'outils.

Adèlys grogna avant de s'asseoir sur le bord de son lit. A en juger par l'emplacement de la lune dans le ciel, il était tard. Si tard qu'il en était presque tôt.
Elle s'assura de l'heure puis souffla d'agacement. Elle ramena son fauteuil près du lit et s'installa dedans. Son médecin allait l'engueuler pour ne pas avoir eu un sommeil correct, mais qu'advienne que pourra. Ce n'était pas ça qui lui faisait peur, désormais. Mais plutôt elle-même.

Elle resta dans son pyjama mais y ajouta un pull. Elle devait être chaudement vêtue, au moins. Elle ne pouvait pas attraper un rhume, surtout en connaissant l'amour malsain et pervers que son médecin avait pour elle. Pas un amour homme/femme, mais plutôt une admiration mal placée.
Elle ouvrit la porte de sa chambre, décidée à faire ce que son esprit bizarre voulait qu'elle fasse. Un peu comme si l'envie d'aller aux toilettes l'empêchait de dormir jusqu'à ce qu'elle se soulage. C'était une gêne à laquelle elle allait penser tout le long de ses rêves.

Elle fut à moitié surprise de voir presque aucun garde sur le chemin. Elle savait qu'à une heure, presque deux heures du matin, il n'y avait quasi aucune patrouille, mais tout de même. Avec le meurtre de Loreleï, elle aurait penser que des mesures de sécurité soient prises, surtout dans des eaux aussi sombres.
Elle faisait craquer les quelques branchages qui s'aventuraient sous ses roues, brisant un silence naturel presque pesant. Elle avait l'impression d'être suivie, ou d'être dans un mauvais film d'horreur, avec la lune comme seule source lumineuse et comme unique compagnie.
Deux gardes se trouvaient à l'entrée du Bâtiment. Elle leur signala qu'elle devait voir le docteur Elpida puisqu'elle avait mal à la tête. Les gardes connaissant l'inquiétude exacerbée du médecin en chef pour ses patients, ils lui ouvrirent la porte avec un grand sourire.

Une fois à l'intérieur, elle fut d'autant plus surprise de voir encore moins de gardes que durant la journée. Elle fronça les sourcils et s'apprêta à être prise en flagrant délit à tout instant.
Mais que faisait-elle ici ?!

Elle se dirigea vers la salle du concierge, probablement le meilleur endroit pour commencer. Un concierge avait quasiment toutes les clés de toutes les salles de tous les bâtiments, mais aussi avait accès aux caméras de surveillance. Enfin, c'était ce qu'elle supposait.
Elle approcha sa main de la porte au moment où elle entendit son nom. Elle sursauta et fit volte-face pour se retrouver nez à nez avec la Cannibale. Adèlys écarquilla les yeux, béate. Elle devait trouver une excuse, et vite. Mais surtout, elle était dans une position de supériorité : Adèlys avait le droit d'être ici, contrairement à son interlocutrice. Que faisait-elle ici, elle aussi ?

- La Cannibale ? Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?!

Adèlys ne croyait pas les rumeurs, alors elle n'était pas inquiète quant à ses prétendues "capacités" à manger ou tuer des êtres humains. Surtout qu'en apparence, dans le noir, elle semblait très frêle et fragile.
Non, elle était persuadée qu'une autre raison l'avait poussée à être ici.

Elle secoua la tête, ne souhaitant finalement pas être liée à elle d'une quelconque façon. Surtout pour ses escapades nocturnes. Après tout, c'étaient ses problèmes, pas les siens. Elle avait suffisamment de mauvaises idées pour sa propre condition ici, alors il était hors de question de se mêler, une nouvelle fois, à ce qui ne la regardait pas.
Elle balaya l'air à l'aide de sa main :

- Enfin, qu'importe. Je ne veux pas savoir. Mais file vite si tu ne veux pas avoir d'ennui. Je ne t'ai pas vue, et tu ne m'as pas vue. Et c'est aussi bien comme ça.



Je pense qu'on devrait tous s'allier...
On devrait tous avoir confiance en nos propres capacités. Si on unie nos forces, tout est possible et peut-être qu'on pourra enfin sortir de cet enfer... by lizzou.
Hasard

Messages : 93
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018

Message n°3
PREUVE SUSPENDUE

Il n'est possible de faire qu'une seule preuve. La Cannibale ayant déjà une preuve en cours avec Kan ici, il ne lui est pas possible de continuer celle-ci.
Par conséquent, cette preuve est suspendue jusqu'à ce que la première ait été terminé.
La Cannibale

Messages : 129
Points de confiance : 107
Date d'inscription : 24/04/2018
Age : 19

X50
Message n°4
Toi ? Ici ? Euh ...
«La Cannibale ? Mais qu'est-ce que tu fiches ici ?! »

La Cannibale pinça les lèvres et plissa les yeux. La politesse, ce n'était pas ce qui étouffait Adélys.

« Je peux te retourner la question. », grinça-t-elle des dents.

Un moment elle imagina Adélys dans une des situations similaires à la sienne : revenant d'une escapade nocturne avec son médecin. Pendant qu'elle faisait des galipettes avec Ange, Adélys s'adonnait à la même activité avec Elpida... Très drôle.

« Enfin, qu'importe. Je ne veux pas savoir. Mais file vite si tu ne veux pas avoir d'ennui. Je ne t'ai pas vue, et tu ne m'as pas vue. Et c'est aussi bien comme ça. »

La Cannibale, toujours accroupie sous une fenêtre, se releva de façon à être entre deux carreaux. Cachée par le mur pour les gardes à l'extérieur, elle s'étira. Cela lui permettait de réfléchir. D'un côté elle ne voulait pas partir (elle avait assez bien géré avec Kan, hors de question de faire demi-tour), mais de l'autre ...
Bah, Adélys s'en foutait sûrement. Elle lui avait bien montré lorsqu'elles avaient discuté la dernière fois, au bal. Même si elle était anonyme à ce moment-là.

« Désolée poulette, mais je compte bien rester. J'ai des choses à faire ici. Donc d'accord, je ne t'ai pas vu, tu ne m'as pas vu.»

Aussitôt dit, aussitôt fait, elle s'approcha d'un pas déterminé du bureau du concierge. Elle sortit un mouchoir qu'elle posa sur la poignée afin de ne pas marquer d'empreintes. Fermé ou pas fermé ?
Codage par Libella sur Graphiorum



[Preuve]Toi ? Ici ? Euh ... ( Lyse et la Cannibale) G0ih
je te cause en #ff6666
Hasard

Messages : 93
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018

Message n°5

Toi ici ? Euh...

Petite veinarde !


→ La négligence d'un homme.

Alors que la Cannibale applique son mouchoir sur la poignée de porte, celle-ci, parfaitement huilée, s'abaisse sans la moindre protestation. Elle ne le sait pas, mais elle a beaucoup de chance. Le règlement veut que les agents d'entretien, quelque soit leur niveau d'habilitation ferment à clé leur local. Seulement, ce soir-là, une fois dans son lit, le concierge réalise qu'il a oublié de fermer la porte. Il se retourne et hausse les épaules. Après tout, son local est dans le bâtiment, qui pourrait bien fouiller là-dedans ?
La porte s'ouvre donc docilement sur un local sombre et étroit. Un vrai placard à balai ! Sur la gauche, un interrupteur. Bien rangés contre le mur du fond, le matériel nécessaire à l'entretien (balais, serpillières, raclettes et divers produits chimiques). Sur le mur de droite, un placard. Les portes fermées ne permettent pas de deviner ce qu'il y est entreposé. Enfin, à gauche, un petit bureau. Pas d'ordinateur mais une tablette qui remplit cette fonction et divers tas de papiers ainsi que quelques stylos. Une bête poubelle à papier.
A vous de jouer !

Possibilité de répondre le 10/12/18 à 15h12 (heure française).
Valcourt Adèlys

Messages : 497
Points de confiance : 7
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 18
Localisation : AU LAC 8D

Lys
Message n°6
ft. La Cannibale
à la recherche de matériels...

[PREUVE] Toi ? Ici ? Euh...

« Désolée poulette, mais je compte bien rester. J'ai des choses à faire ici. Donc d'accord, je ne t'ai pas vu, tu ne m'as pas vu.»

Adèlys opina, mais alors qu'elle allait tenter d'ouvrir la porte du concierge, ce fut la Cannibale qui s'en occupa. Au fond d'elle-même, elle savait que cette porte allait être fermée, et ça allait même être sa raison de retourner dans sa chambre pour ainsi ne plus jamais se fourrer dans des affaires compliquées.
Elle fut totalement déçue de voir la porte complètement ouverte. Sans compter que la Cannibale avait eu la même idée qu'elle.

Elle regarda derrière elle, personne. Elle pria le Ciel pour qu'elles se fassent prendre en flagrant délit.

Elle força la Cannibale à avancer et referma la porte derrière elles. Elle appuya sur l'interrupteur et se permit :

- Manifestement, on a eu la même idée. Dur de s'ignorer dans un endroit aussi étroit, autant s'entraider.

Elle n'attendit pas sa réponse pour commencer à fouiller. Elle se dirigea vers le plus intéressant : la tablette. L'allumer n'allait pas être très compliqué, mais le concierge serait-il suffisamment stupide pour ne pas mettre de mot de passe en plus de laisser ce cagibis ouvert ?



Je pense qu'on devrait tous s'allier...
On devrait tous avoir confiance en nos propres capacités. Si on unie nos forces, tout est possible et peut-être qu'on pourra enfin sortir de cet enfer... by lizzou.
Hasard

Messages : 93
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018

Message n°7

Toi ? Ici ? Euh...

Chance neutre


→ Code d'accès

Adèlys allume la tablette sans trop de difficultés. Les ressources financières de l'Institut lui permettent de fournir le meilleur des matériels, même aux simples concierges. Cependant, si l'agent d'entretien a omis de verrouiller la porte de son local, il n'est pas suffisamment inconscient pour avoir oublié de fermer sa session. Une fois le logo de lancement terminé, la tablette demande bel et bien un mot de passe. Peut-être est-il possible de trouver un indice quelque part ?

Possibilité de répondre le 18/11/18 à 17h22 (heure française).


Dernière édition par Hasard le Jeu 20 Déc - 14:35, édité 1 fois
La Cannibale

Messages : 129
Points de confiance : 107
Date d'inscription : 24/04/2018
Age : 19

X50
Message n°8
Une goutte de sueur roula le long de la nuque de la blonde. La poignée s'abaissa. Le concierge avait soit été tête en l'air, soit pressé, soit il ne fermait jamais son bureau. Dans tous les cas, elle avait eu un très bon timing. Tant pis pour Valcourt, elle n'avait qu'à retirer le balai enfoncé dans ses fesses (sûrement par son cinglé de médecin) et se détendre un peu. Et si elle chercherait à la dénoncer, alors la Cannibale n'aurait qu'à la balancer également (bien qu'elle n'aimait pas l'idée).
Mais, à sa plus grande surprise, une roue lui heurta le mollet et on la poussa dans le cagibi.

« Manifestement, on a eu la même idée. Dur de s'ignorer dans un endroit aussi étroit, autant s'entraider. »

La Cannibale fit tant les gros yeux qu'ils auraient pu s'éjecter de ses orbites.
La petite pimbêche n'en était peut-être pas une ? Après tout, depuis le début, Ophelia avait un bon pressentiment à son sujet. C'était uniquement leur discussion au bal qui l'avait refroidie. Mais bon ... Elle était peut-être dans un mauvais jour ce soir-là ... ?
Bref. Ophelia était là pour des objets. Elle ferma la porte derrière elle et observa les alentours. Ce ne serait pas compliqué de trouver une potentielle arme ici.
Elle se hissa sur la pointe des pieds, se fichant de ce que trafiquait Adélys. Mais alors qu'elle n'avait qu'un balai dans la main, elle ne put s'empêcher de se tourner vers elle.

« Qu'est-ce que tu fais ? Besoin d'aide ? »

Elle ne pouvait pas s'en empêcher. Malgré tout, elle avait envie de donner de l'optimisme à Valcourt. Et puis, si elles s'entraidaient, ce serait toujours ça de gagner. Elle pourrait alors en causer deux mots à Zyra.
En attendant que la patiente lui répondre, elle fouilla le dernier plan de l'étagère. Un couteau, un canif, n'importe quoi de coupant (voire un flingue ...?) ferait l'affaire.

Adèlys (staff) : Je ne sais pas pourquoi ton code fait buguer cette page, donc je l'ai supprimé jusqu'à ce que le problème soit réglé.



[Preuve]Toi ? Ici ? Euh ... ( Lyse et la Cannibale) G0ih
je te cause en #ff6666
Hasard

Messages : 93
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018

Message n°9

Toi ? Ici ? Euh...

Chance neutre


→ Rien, rien de rien !

La Cannibale passe une main sur l'étagère qui surplombe balais et serpillières. Elle n'en récolte qu'une épaisse couche de poussière - quelle ironie pour un agent d'entretien - avant de retirer brusquement sa main. Quelque chose l'a coupée. Un morceau de papier...

Possibilité de répondre le 20/12/18 à 20h54 (heure française).
Valcourt Adèlys

Messages : 497
Points de confiance : 7
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 18
Localisation : AU LAC 8D

Lys
Message n°10
ft. La Cannibale
à la recherche de matériels...

[PREUVE] Toi ? Ici ? Euh...

Adèlys soupira et s'adossa lourdement sur le dossier de son fauteuil, à la fois déçue et heureuse de ne pas avoir accès à cette tablette. Cependant, laisser la Cannibale seule ici ne la rassurait pas. Elle voulait savoir ce qu'elle manigançait exactement. Etait-elle pour ou contre l'Institut ? Bien qu'elle connaissait plus ou moins la réponse, elle se tourna vers elle :

- Tu connais Alexander si je ne m'abuse. Tu lui veux quoi au juste ?

Elle n'était pas idiote, elle savait qu'elle était la patiente de Ange Barrabil, et de ce qu'elle savait, la Cannibale ne le détestait pas malgré son meurtre. Etrange pour quelqu'un qui était sensée soutenir Alexander Hexe, la personne la plus concernée par cet assassinat.
Adèlys n'était pas forcément proche d'elle, c'était quelque chose de certain, donc peut-être basait-elle ces affirmations sur absolument rien de fondé. Mais elle ne savait pas pourquoi, elle l'avait dans le nez.

Elle posa, par la même occasion, son regard sur le bureau du concierge. Après tout, c'était bien beau de faire la causette, mais ça ne l'avançait pas des masses. Elle tira un des tiroirs du bureau, dans l'espoir de trouver un indice ou carrément le mot de passe de cette fichue tablette. S'il était tête en l'air, il y avait de fortes chances qu'il ait noté le mot de passe.



Je pense qu'on devrait tous s'allier...
On devrait tous avoir confiance en nos propres capacités. Si on unie nos forces, tout est possible et peut-être qu'on pourra enfin sortir de cet enfer... by lizzou.
Hasard

Messages : 93
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018

Message n°11

Euh... Toi ? Ici ?

Chance neutre


→ Quel fouillis !

Décidément, l'agent d'entretien qui utilise les lieux n'est vraiment pas soigneux. En ouvrant le tiroir, Adèlys découvre un joyeux bordel de papiers divers et variés, pour la plupart froissés et entassés sans organisation apparente. Pire, en retournant un peu le tout, on peut trouver des vieux chewing-gums collés contre le bois, des emballages de bonbons et même une substance collante qu'il vaut probablement mieux ne pas identifier. Le mot de passe s'y trouve peut-être mais le trouver risque de prendre un peu de temps.

Possibilité de répondre le 27/12/18 à 22h08 (heure française).
La Cannibale

Messages : 129
Points de confiance : 107
Date d'inscription : 24/04/2018
Age : 19

X50
Message n°12
Toi ? Ici ? Euh ...
Lablonde grimaça. Merde, quelque chose l'avait coupé. Elle trouva bien vite l'arme du crime : une vulgaire de feuille de papier. Pas de grosse hémorragie, mais Ophelia porta malgré tout la plaie à sa bouche. Elle la suçota pour faire disparaître les traces de sang et s'interrogea quant à la présence de son ADN sur ces lieux. Puis elle se dit que pour aller trouver une tâche de sang séchée de la taille d'un trou d'aiguille dans un lieu aussi poussiéreux, sur une étagère dont tout le monde se fout, il fallait être franchement méticuleux. Ou obsédé.
Elle se rendit compte qu'Adélys faisait sa petite popote dans son coin, ayant superbement ignoré la question de sa camarade blonde. Très bien, si madame n'avait pas besoin d'aide ...
Elle commençait à la gonfler la miss en roulettes. Elle se donnait des airs prétentieux plutôt insupportables. Pourquoi la Cannibale essayait-elle encore de se lier d'amitié avec elle au juste ?

« Tu connais Alexander si je ne m'abuse. Tu lui veux quoi au juste ? »

L'interpellée eut un sourire en coin. Quoi, ça la dérangeait Miss Mieux Que Tout Le Monde que la blondinette connaisse bien Alexander ? Un fond de jalousie ? Après tout, ils avaient l'air bon amis tous les deux.
Ce qu'elle lui voulait ? La blonde hésitait entre lui répondre que ce n'était pas ses affaires ou qu'elle cherchait des alliés pour une révolution, elle.
Mais, finalement, dans la pénombre où volait des étoiles de poussières, la Cannibale opta pour l'honnêteté.

« Etre son amie.»

Elle marqua une pause.

« Pas que. J'ai pensé qu'il pourrait nous aider, et j'ai vu juste. En fait, je pensais que votre petit trio serait un super modèle pour ceux plus timides qui voudraient s'enfuir. Mais pour l'instant, de vous trois, il n'y a qu'Alexander qui réponde bien. Il est ... super. »

Elle poussa un soupir et déplia la feuille qui l'avait coupé, sans trop de conviction. Elle le faisait surtout pour s'occuper les mains. Il y aurait peut-être un plan dessus. Un mot de passe de quelque chose, une information utile, un endroit caché qui révélerait des armes. Après tout, la Cannibale ne voyait jamais ce concierge. Il était peut-être un super héros de la nuit, Batman ou autre.


Codage par Libella sur Graphiorum



[Preuve]Toi ? Ici ? Euh ... ( Lyse et la Cannibale) G0ih
je te cause en #ff6666
Hasard

Messages : 93
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018

Message n°13

Toi ? Ici ? Euh...

Meh... Toujours neutre


→ Alors comme ça, on a fait des courses récemment ?

Le papier qui a agressé la Cannibale ressemble fortement à un ticket de caisse. Ce qui est étrange, c'est son apparence toute neuve qui tranche avec la couche de poussière sur laquelle il était posé. On dirait que quelqu'un l'a posé là précipitamment avant d'oublier de le récupérer. Si la Cannibale le lit, elle comprendra aisément pourquoi. Vu les titres un peu suspects, quelqu'un a commandé et reçu tout un lot de DVDs pornographiques...

Possibilité de répondre le 30/12/18 à 16h51 (heure française).
Valcourt Adèlys

Messages : 497
Points de confiance : 7
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 18
Localisation : AU LAC 8D

Lys
Message n°14
ft. La Cannibale
à la recherche de matériels...

[PREUVE] Toi ? Ici ? Euh...

Une expression de dégoût se figea sur son visage. Qu'est-ce que c'était que cet agent d'entretien ? Faisait-il vraiment son travail correctement ou alors il travaillait tellement à rendre l'île propre qu'il ne s'occupait même pas de son bureau ?
Elle hésita à plonger sa main dans un pareil foutoir. Elle la laissa suspendue au dessus, méfiante. Elle n'avait certainement pas envie de sentir une substance étrange qu'elle ne préférait pas deviner.

Elle se tourna vers La Cannibale, prête à lui demander si elle voulait bien le faire à sa place, mais elle préféra lui répondre :

« Etre son amie.»

Elle plissa les yeux, ne cachant pas sa méfiance. Cette demoiselle n'était pas connue pour faire du bien aux gens, même si Adèlys ne portait jamais vraiment d'attention à ce genre de rumeurs mesquines. Or, cette fois-ci, ça l'arrangeait bien que ces rumeurs soient malveillantes. Si Alexander avait besoin d'une rencontre infructueuse et désastreuse, ce n'était pas pour maintenant.

« Pas que. J'ai pensé qu'il pourrait nous aider, et j'ai vu juste. En fait, je pensais que votre petit trio serait un super modèle pour ceux plus timides qui voudraient s'enfuir. Mais pour l'instant, de vous trois, il n'y a qu'Alexander qui réponde bien. Il est ... super. »

Si elle pensait qu'Adèlys était idiote, elle se mettait le doigt dans l'œil et jusqu'au coude. Elle était à l'Institut depuis longtemps, et c'était seulement maintenant qu'elle se réveillait ? Elle avait juste vu qu'Alexander était le plus faible émotionnellement actuellement vu que Cap ne daignait répondre, donc plus facilement attaquable. Aeden avait repris du poil de la bête et Adèlys lui foutait des stops à longueur de journée. Pas étonnant qu'elle trouve qu'Alexander est celui qui "réponde bien".
Elle la laissa aussi dire "nous aider", bien qu'elle eut un frisson de dégoût qui se baladait sur son dos.

- Tu crois que je suis stupide ?

Elle secoua la tête, s'empêchant de fondre sur elle pour lui arracher la gorge à la seule force de ses ongles.

- Je ne tiens pas rigueur de ces fichues rumeurs qui circulent sur toi vu comment tout et n'importe quoi est dit sur le Journal Clandestin. Cependant, tu ne me feras pas croire qu'une quelconque révolte au sein de l'Institut t'intéresse vraiment. Si c'était le cas, tu aurais réagi depuis longtemps. Qu'est-ce que tu veux exactement ?

Sans s'en rendre compte, elle avait frappé sur la table avec son poing, créant ainsi un bruit sourd et distingué. Elle se fichait éperdument qu'on la trouve dans ce cagibi, elle se ferait juste attaqué par Donatien Elpida qui ne sera pas content. En revanche, ce serait différent pour la Cannibale.
Et au final, quelque chose d'autre pourrait bien se produire, non ?



Je pense qu'on devrait tous s'allier...
On devrait tous avoir confiance en nos propres capacités. Si on unie nos forces, tout est possible et peut-être qu'on pourra enfin sortir de cet enfer... by lizzou.
Hasard

Messages : 93
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018

Message n°15

Toi ? Ici ? Euh...

Aie !


→ Un mauvais coup

Lorsqu'Adèlys frappe sur la table, c'est l'effet domino. Suite à la vibration produite, la pile de papiers en équilibre précaire à côté de la tablette s'effondre, poussant légèrement un manche de balai. Ce qui suffit à le faire basculer et à entraîner dans sa chute, une raclette, un seau et son contenu. Tout cela s'écroule dans un grand fracas, amplifié par le silence ambiant. Qu'allez-vous faire ? Prier pour que tout ça passe inaperçu ? Essayer de remettre de l'ordre avant de prendre la fuite ? Mettre en oeuvre une autre idée ? En tout cas, une chose est sûre : votre prochain choix sera décisif pour la suite de cette épopée nocturne...

Possibilité de répondre le 20/01/19 à 13h26 (heure française).


Dernière édition par Hasard le Sam 26 Jan - 19:01, édité 1 fois
La Cannibale

Messages : 129
Points de confiance : 107
Date d'inscription : 24/04/2018
Age : 19

X50
Message n°16
Toi ? Ici ? Euh ...
Voyonsvoir ...
Sextoys Story
Cyrano de Vergerac
20 000 vieux sous mémére
Est-ce que c'était des films cochons ...?
La Cannibale tenait alors le ticket de caisse du bout des doigts, à bras tendus, comme si elle avait dans les mains le truc le plus dégueu au monde.
Pendant ce temps, Adèlys Valcourt se faisait une petite crise d'adolescence :

« Tu crois que je suis stupide ? Je ne tiens pas rigueur de ces fichues rumeurs qui circulent sur toi vu comment tout et n'importe quoi est dit sur le Journal Clandestin. Cependant, tu ne me feras pas croire qu'une quelconque révolte au sein de l'Institut t'intéresse vraiment. Si c'était le cas, tu aurais réagi depuis longtemps. Qu'est-ce que tu veux exactement ? »

Plus elle parlait, et plus la colère montait chez la blonde. Plus le temps passait, plus la Cannibale voyait Adèlys comme une reine déchue. Son trône n'était qu'un vieux fauteuil roulant avec lequel elle avait sûrement piétiné sa propre couronne. Elle avait brillé auparavant, quelque chose l'avait animé. Mais ce truc était mort. Et désormais, n'ayant plus d'espoir, c'était comme si Adèlys crachait sa haine sur n'importe quoi et surtout, sur n'importe qui. La Cannibale, qui ne voulait que son bien à l'handicapée, se retrouvait fustigée par la colère d'Adèlys. Et trop, c'était trop.
Elle allait gueuler à son tour mais le coup de poing de sa camarade provoqua un épouvantable fracas.
La blonde se figea, guettant une réaction. Peut-être que quelqu'un les avait entendu. Puis se trouva une raison : on était au beau milieu de la nuit, au rez-de-chaussée, alors que tous dormaient au dessus. Impossible qu'on les ait entendu.
Par sécurité, elle s'approcha tout de même de la porte. Elle se tourna vers la brunette, sa main sur la poignée.

« Je veux une révolte. Et j'ai déjà agi, mais excuse-moi d'avoir l'intelligence de vouloir y aller lentement. Je ne gagnerais rien en me pointant au milieu du bureau des médecins avec un couteau à beurre. Je ne veux pas ma sortie, mais je veux de la justice. Et oui, je fais quelque chose, je réagi. Sinon, explique-moi pourquoi je prends des risques à être ici.»

Heureusement qu'elle chuchotait car elle avait un ton franchement venimeux. Chaque mot avait été comme craché. D'ailleurs, elle ne put s'empêcher d'en redire quelques-un :

« Et toi, si tu as tant que ça abandonné, tu peux m'expliquer ce que tu fais ici, princesse? Je te retourne la question : qu'est-ce que tu veux vraiment ? »

Puis, très discrètement, elle ouvrit la porte et jeta un oeil dans le couloir pour vérifier que le brouhaha n'avait pas alerté quelqu'un.


Codage par Libella sur Graphiorum



[Preuve]Toi ? Ici ? Euh ... ( Lyse et la Cannibale) G0ih
je te cause en #ff6666
Hasard

Messages : 93
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018

Message n°17

Toi ? Ici ? Euh...

Lucky Luke


→ Ouf !

La Cannibale passe la tête par la porte. Personne en vue, tout semble calme. Même en tendant l'oreille, le seul son perceptible est celui de l'horloge du couloir, ainsi que le vent. Si on l'entend depuis l'intérieur, c'est qu'il doit souffler sacrément fort.

Possibilité de répondre le 27/01/19 à 17h31 (heure française).


Dernière édition par Hasard le Dim 17 Fév - 20:28, édité 1 fois
Valcourt Adèlys

Messages : 497
Points de confiance : 7
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 18
Localisation : AU LAC 8D

Lys
Message n°18
ft. La Cannibale
à la recherche de matériels...

[PREUVE] Toi ? Ici ? Euh...

Le silence qui suivit son coup de poing la rassura, mais la conversation qui était en train d'animer le bureau du concierge ne pouvait la calmer. Sa main tremblait de colère et de frustration. Surtout que l'autre ne faisait rien d'autre que de s'approcher de la porte. Qu'y avait-il de plus intéressant que cette fichue discussion dont l'handicapée aurait clairement préféré se passer ?!

« Je veux une révolte. Et j'ai déjà agi, mais excuse-moi d'avoir l'intelligence de vouloir y aller lentement. Je ne gagnerais rien en me pointant au milieu du bureau des médecins avec un couteau à beurre. Je ne veux pas ma sortie, mais je veux de la justice. Et oui, je fais quelque chose, je réagi. Sinon, explique-moi pourquoi je prends des risques à être ici.»

Elle ne pouvait pas lui retirer ce fait : elle était dans ce bureau. Mais pour quelle raison exactement ? Adèlys ne pouvait pas avoir de réponses puisqu'elle avait exprimé le désir de ne pas le savoir.
Elle n'arrivait pas à voir la demoiselle comme une alliée. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle avait l'impression que ce n'était pas une bonne idée. Ou alors… Si elle arrivait à raviver son espoir, elle n'arriverait plus à s'échapper de cette prison… ? Quelle était exactement sa peur ? Regagner l'espoir ?
Son poing continua de se refermer….

« Et toi, si tu as tant que ça abandonné, tu peux m'expliquer ce que tu fais ici, princesse? Je te retourne la question : qu'est-ce que tu veux vraiment ? »

"Princesse" ? Elle venait vraiment de la surnommer comme ça ? Si elle avait le pouvoir de se lever, qu'elle n'aurait fait qu'une bouchée de cette petite… Argh !

- Je croyais qu'aucune de nous deux n'avait vu l'autre. Donc, sauf si je me trompe, tu te fiches bien de ce que je suis venue faire ici puisque tu ne m'as pas vue.

Elle referma la porte que la Cannibale avait ouverte. De son fauteuil, elle avait l'air de la regarder de haut.

- Et c'est bien beau de vouloir une révolte, mais dans l'état, ça ne mènera à rien. On l'a tous vu lors de l'exécution de Loreleï, surtout qu'ils ont renforcé la sécurité depuis. Et puis, ça fait longtemps que le Journal tente d'en créer une sans résultats. Ah si ! Le meurtre de Loreleï. Très efficace dit-donc. Tu comprends pourquoi je ne te prends pas au sérieux ? J'ai vraiment l'impression que tu débarques de nulle part pour être du côté des patients, alors que tu as l'air d'être du côté de l'Institut. Comment peux-tu être dans ce Bâtiment à une heure pareille, par exemple, si tu n'étais vraiment qu'une simple patiente ? J'ai du avoir recourt à l'excuse d'un mal pour être ici, et encore j'ai pu entrer parce que j'étais la patiente du médecin en chef qui a des lubies plus qu'étranges. On t'aurait envoyé ton médecin plutôt que de te laisser entrer. Alors excuse-moi d'avoir des doutes à ton sujet.


Elle avait un débit de paroles si rapide qu'il était presque impossible d'en placer une pendant qu'elle monologuait...


Bon, le hasard ne peut pas vraiment agir x) Laissons la Cannibale répondre x)



Je pense qu'on devrait tous s'allier...
On devrait tous avoir confiance en nos propres capacités. Si on unie nos forces, tout est possible et peut-être qu'on pourra enfin sortir de cet enfer... by lizzou.
La Cannibale

Messages : 129
Points de confiance : 107
Date d'inscription : 24/04/2018
Age : 19

X50
Message n°19
Toi ? Ici ? Euh ...
Personneen vue. Pas surprenant en étant au rez-de-chaussée au beau milieu de la nuit. Mais bon, Ophelia avait bien rencontré W12 dans ces circonstances, alors on n'était jamais trop prudent.

« Je croyais qu'aucune de nous deux n'avait vu l'autre. Donc, sauf si je me trompe, tu te fiches bien de ce que je suis venue faire ici puisque tu ne m'as pas vue. », entendit la blonde dans son dos.

A peine la Cannibale eut-elle le temps de se dire que cette réflexion, sortie de nulle part par rapport à leur conversation, n'avait pas de sens, que la porte se referma devant elle. L'adolescente eut un mouvement de recul et se posa face à Adèlys. Cette petite handicapée avait beau être enchaînée à son fauteuil, elle savait adopter un regard hautain. Et elle savait à la fois parler vite, et inutilement.

« Et c'est bien beau de vouloir une révolte, mais dans l'état, ça ne mènera à rien. On l'a tous vu lors de l'exécution de Loreleï, surtout qu'ils ont renforcé la sécurité depuis. Et puis, ça fait longtemps que le Journal tente d'en créer une sans résultats. Ah si ! Le meurtre de Loreleï. Très efficace dit-donc. Tu comprends pourquoi je ne te prends pas au sérieux ? J'ai vraiment l'impression que tu débarques de nulle part pour être du côté des patients, alors que tu as l'air d'être du côté de l'Institut. Comment peux-tu être dans ce Bâtiment à une heure pareille, par exemple, si tu n'étais vraiment qu'une simple patiente ? J'ai du avoir recourt à l'excuse d'un mal pour être ici, et encore j'ai pu entrer parce que j'étais la patiente du médecin en chef qui a des lubies plus qu'étranges. On t'aurait envoyé ton médecin plutôt que de te laisser entrer. Alors excuse-moi d'avoir des doutes à ton sujet. »

Ophelia l'écouta sans broncher, essayant de comprendre le lien entre ses phrases. De ce qu'elle saisissait, la brune prenait le meurtre de Loreleï Hexe comme exemple afin de justifier le fait qu'elle ne prenait pas le discours d'Ophelia au sérieux. D'accord, ses soupçons sur sa présence était justifiés. Mais c'était bien la seule chose ! Comment pouvait-elle critiquer son positivisme ?!

« Et bien, pour quelqu'un qui n'est pas censé m'avoir vue, je te trouve franchement bavarde. Tu aimes parler toute seule, c'est intéressant.», la railla la Cannibale, les bras croisés.

Elle était à rien de monter sur une chaise afin de la toiser de haut. Il ne lui fallait qu'une pichenette vocale pour la pousser à narguer la brune sur ce qu'elle ne pouvait pas faire. Elle en avait marre de se faire rouler sur les pieds par cette petite peste égocentrique.
Et c'est alors qu'elle avait l'impression de comprendre quelque chose. Adélys Valcourt évitait de répondre sur la raison de sa présence ici, et elle avait pris le temps d'inventer une excuse pour ses magouilles. Malgré son discours, il lui semblait important de quand même encore essayer des choses. Alors pourquoi est-ce qu'elle lui faisait la morale ?
La Cannibale, en prenant un dossier au hasard qui traînait sur l'étagère entre ses mains afin de se donner contenance, prit la parole.

« Je ne te comprends pas... Si tu t'en fichais vraiment comme tu le prétends, tu ne serais pas vraiment en train de prendre le temps de me gueuler dessus. A croire que c'est une façon de ... »

Me protéger aurait-elle voulu dire. Mais elle avait peur de se tromper. Après tout, Adélys semblait bien s'entendre avec Alexander. Il n'aurait pas été improbable que ce fusse le cas avec Loreleï. Elle paraissait affectée de sa mort, de l'échec de sa tentative de Révolution ...

« Je ne comprends pas si tu as peur en fait, ou si tu es en colère. Et si tu es en colère, pour je ne sais quelle raison ... Parce que ça fait des années que t'es là, et tes jambes on aurait pu en faire quelque chose depuis longtemps. On aurait pu te faire au moins tenir debout avec l'avancée de la technologie et l'argent de l'Institut, et pourtant t'es encore là. Et t'es toujours clouée à ton fauteuil. Ou alors t'es en colère parce qu'une gamine est morte. Une gamine qui avait la foi, comme je l'ai actuellement... », elle marqua une pause, tournant les pages du dossier qui traînait sans vraiment le lire. « ... Bref, je comprends pas pourquoi tu me foudroies moi de tes émotions. Je ne t'ai rien fait, à part t'avoir tendu la main. Je ne sais pas si tu es une nana qu'on a tant cassé qu'il ne reste qu'un fragment, et c'est celui de cette émotion forte qui t'anime ; ou si t'es juste une pétasse égoïste qui aime faire la morale à d'autres. »

Elle aussi, elle avait dit beaucoup de trucs. A vrai dire, elle avait laissé les mots lui échapper sans vraiment les maîtriser. Elle le regrettait un peu, car elle avait sûrement balancé un tas de conneries.
Tant pis, elle n'avait pas à subir les sautes d'humeur d'Adélys. Elle avait assez donné, assez tendu sa joue. Et elle avait mal à force de se prendre ses claques en pleine tête.
Elle prêta donc attention, enfin, à ce dossier qu'elle avait dans les mains. Elle était venue pour ce genre de choses après tout. L'idéal aurait été que ce soit les indications pour trouver des armes. Mais ce serait sûrement encore une commande de films érotiques.

Codage par Libella sur Graphiorum


[spoilers= Hors rp]Quand t'essaies de penser à la preuve mais que t'as trop envie de poursuivre la discussion avec Lyse >.<'[/spoilers]



[Preuve]Toi ? Ici ? Euh ... ( Lyse et la Cannibale) G0ih
je te cause en #ff6666
Hasard

Messages : 93
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018

Message n°20

Toi ? Ici ? Euh...

Ouiiiiiiiiiii !


→ Enfin quelque chose d'intéressant !

Ophelia ouvre le dossier qu'elle tient dans les mains. le premier document qu'elle voit attise aussitôt son attention. Il s'agit bel et bien d'un bordereau de livraison mais cette fois, destinée aux cuisines. On a commandé de nouveaux ustensiles, dont deux sets de couteaux de cuisine de différentes tailles avec leur affutoir, dix plats de métal, tout un lot de couverts, de verres et d'assiettes et divers casseroles, poêles etc. Le tout doit arriver au port par le navire "La Lucina" le 3 février à 13h25.

Possibilité de répondre le 10/02/19 à 20h40 (heure française).


HRP : comme discuté avec Ophelia, je considère que ce RP a lieu le 5 novembre. La date est donc antérieure à la date du jour mais suffisamment proche pour ne pas exploser votre timeline. (Si ça ne va pas et que vous voulez en discuter, joignez-moi sur discord, c'est Maman Modo)
Valcourt Adèlys

Messages : 497
Points de confiance : 7
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 18
Localisation : AU LAC 8D

Lys
Message n°21
ft. La Cannibale
à la recherche de matériels...

[PREUVE] Toi ? Ici ? Euh...

Adèlys avait attendu le sarcasme de la blonde. Elle s'était bien rendu compte qu'elle était en train de parler comme une pestiférée, sans reprendre son souffle et en lui crachant toute sa colère. C'était alors bien naturel qu'Ophelia lui rétorque :

« Et bien, pour quelqu'un qui n'est pas censé m'avoir vue, je te trouve franchement bavarde. Tu aimes parler toute seule, c'est intéressant.»

Elle était encore trop en colère pour agir intelligemment à cette remarque. Elle leva alors les yeux vers le ciel, comme si elle trouvait cette réponse absolument stupide dans l'état. Elle, trop fière, c'était une première.

« Je ne te comprends pas... Si tu t'en fichais vraiment comme tu le prétends, tu ne serais pas vraiment en train de prendre le temps de me gueuler dessus. A croire que c'est une façon de ... »

Elle fronça les sourcils et croisa les bras, attendant une suite qui ne viendrait jamais. Elle bouillonnait. Elle bouillonnait parce que rien n'allait. Elle bouillonnait de stress, d'angoisse, de colère, de haine, de rage.
D'envie aussi. Très probablement. Ce qu'elle se refusait de voir.

Ses doigts mordirent le tissu de son haut. Quand est-ce qu'elle allait reprendre la parole, cette cruche ?!

« Je ne comprends pas si tu as peur en fait, ou si tu es en colère. Et si tu es en colère, pour je ne sais quelle raison ... Parce que ça fait des années que t'es là, et tes jambes on aurait pu en faire quelque chose depuis longtemps. On aurait pu te faire au moins tenir debout avec l'avancée de la technologie et l'argent de l'Institut, et pourtant t'es encore là. Et t'es toujours clouée à ton fauteuil. Ou alors t'es en colère parce qu'une gamine est morte. Une gamine qui avait la foi, comme je l'ai actuellement... »

Adèlys ne quitta pas du regard Ophelia. Elle ne laissa rien transparaître, mais elle commençait à avoir des picotements dans les yeux. Elle sentait sa gorge qui s'asséchait et ses mains qui tremblaient. Heureusement que ses doigts étaient accrochés à son haut..
Elle se pressa les lèvres.

« ... Bref, je comprends pas pourquoi tu me foudroies moi de tes émotions. Je ne t'ai rien fait, à part t'avoir tendu la main. Je ne sais pas si tu es une nana qu'on a tant cassé qu'il ne reste qu'un fragment, et c'est celui de cette émotion forte qui t'anime ; ou si t'es juste une pétasse égoïste qui aime faire la morale à d'autres. »

Elle inspira, laissant ses émotions de côté. Cette fille, bien que détestable à souhait, avait raison. Adèlys ne s'en était pas rendu compte, mais elle était effectivement en train de laisser ses émotions la submerger. Encore. Elle ne contrôlait plus rien d'elle depuis plusieurs semaines.
Elle évita donc de rebondir sur le "pétasse égoïste" qui n'allait qu'envenimer la situation. Elles n'avaient pas besoin d'un violent désaccord, surtout en pleine nuit, dans le bâtiment des médecins.

Alors elle tenta tant bien que mal de se calmer, ce qui laissa le temps à la demoiselle de feuilleter le dossier, ou quoi que ce soit qu'elle tenait dans ses mains. Les mots qu'elle allait prononcé allaient lui être douloureux à sortir, mais elle ne pouvait décemment pas passer pour une idiote bornée et irréfléchie. Même si sa présence ici relevait déjà de la bêtise...

- Tu as raison, je suis désolée. Je n'ai pas à m'énerver sur toi.

Elle inspira, laissant ses mots s'envoler dans l'air et disparaître avec le temps. Elle regarda le bureau dans lequel il n'y avait que des choses étranges et obscures qui trônaient dans les tiroirs. Rien que de penser qu'elle pouvait attraper elle-ne-savait quelle maladie rien qu'en touchant un des déchets des tiroirs... Quelle horreur...

- Je vais être franche avec toi, je ne te fais pas suffisamment confiance pour justifier ce qu'il vient de se passer, mais sache qu'il y a du vrai dans ce que tu as dit.

Et elle expira. Elle ne trouvait rien ici. Encore une action contre l'Institut qui se soldait par un échec cuisant.
Elle ouvrit légèrement la porte et observa le couloir. Personne en vue. Elle se tourna vers la Cannibale et inspira.

- J'ai l'impression d'avoir pris un mauvais départ avec toi, et je suis désolée qu'on ait commencé à se parler pendant une mauvaise phase. Je crois que tu t'appelles Ophelia Rosedbury ?

Elle opina et tenta un sourire :

- Moi c'est Adèlys. Si t'as besoin de quoique ce soit, n'hésite pas à venir me voir. Je suis une vraie source d'informations.

Elle baissa la tête en guise de salutations et quitta la salle. Elle se laissa souffler un grand coup. Trop d'émotions fortes. Elle devait rentrer dormir. Elle avait fait ce que son cerveau loufoque avait envie de faire, alors elle pouvait dormir tranquille.

Elle passa devant les gardes et rejoignit sa chambre ainsi que ses draps. Il était temps de faire un petit somme...



Je pense qu'on devrait tous s'allier...
On devrait tous avoir confiance en nos propres capacités. Si on unie nos forces, tout est possible et peut-être qu'on pourra enfin sortir de cet enfer... by lizzou.
La Cannibale

Messages : 129
Points de confiance : 107
Date d'inscription : 24/04/2018
Age : 19

X50
Message n°22
Toi ? Ici ? Euh ...
Comme Valcourt ne disait plus rien, Ophelia se focalisa sur le dossier qu'elle tenait entre les mains. Elle parcourait les mots, un peu blasée par l'échec de son aventure, quand des termes attirèrent son attention. Il avait l'air assez officiel ce papier... Elle nota dans un coin de sa tête les données, puis reposa l'ensemble des feuilles là où elle les avait trouvé. C'est à ce moment-là qu'elle entendit les mots qu'elle penserait ne jamais recevoir : "Tu as raison, je suis désolée. Je n'ai pas à m'énerver sur toi."
Elle se retourna vers la brune, stupéfaite. Elle n'avait pas rêvé ?

"J'ai l'impression d'avoir pris un mauvais départ avec toi, et je suis désolée qu'on ait commencé à se parler pendant une mauvaise phase. Je crois que tu t'appelles Ophelia Rosedbury ?", poursuivit-elle après avoir avoué ne pas trop l'apprécier.

La Cannibale approuva d'un signe de tête, méfiante. Ce soudain changement de pensées n'était pas un potentiel coup bas à venir, n'est-ce pas ? Ophelia avait-elle sur convaincre Adèlys, ou celle-ci avait-elle une idée derrière la tête ?
Puis la blonde se détendit. Cette rencontre au milieu de la nuit dans ce lieu interdit avait quelque chose d'onirique. Alors entre cette atmosphère irréelle et les mots potentiellement virulents de la Cannibale, on pouvait comprendre Adèlys Valcourt.
Par contre, comment ça se faisait qu'elle connaisse son nom en entier ?

"Moi c'est Adèlys. Si t'as besoin de quoique ce soit, n'hésite pas à venir me voir. Je suis une vraie source d'informations."

" Enchantée. Et merci."

Une vraie source d'informations ?
Ophelia fut soudainement secoué par une décharge d'adrénaline. Il fallait qu'elle voit Zyra, et assez vite !
Elle repartit comme elle était venue en ayant en tête qu'elle avait un rendez-vous illégal prévu le 3 février.




Codage par Libella sur Graphiorum



[Preuve]Toi ? Ici ? Euh ... ( Lyse et la Cannibale) G0ih
je te cause en #ff6666
Hasard

Messages : 93
Points de confiance : 0
Date d'inscription : 03/06/2018

Message n°23
Le dernier lancé de cette preuve est positif !

Pour résumer, vous avez eu :
- 1 pas de chance
- 4 neutres
- 4 chances (dont un qui finit cette preuve)


Toi ? Ici ? Euh...

REUSSITE MODEREE


→ Un document intéressant...

Le lendemain matin, lorsque le concierge arrive devant son local, il constate qu'il a oublié de verrouiller la porte. Il hausse les épaules. C'est pas la première fois. Lorsqu'il ouvre la porte, rien ne le choque. La Cannibale a évidemment pris soin de remettre au maximum les choses a leur place et il est beaucoup trop désordonné pour remarquer le reste. A vrai dire, elle a même pu emporter le bon de commande pour le montrer à Zyra sans que personne ne remarque quoi que ce soit. Au pire, si son absence est remarquée, ce sera mis sur le dos de la négligence de celui-ci.


Conséquences :
- La Cannibale a en sa possession un document indiquant le contenu d'une livraison de matériel pour les cuisines de l'Institut le 3 février
- L'intrusion dans le local n'a pas été remarquée
- Les vigiles ont suffisamment confiance en Adèlys - et suffisamment peu d'envie de parler à Donatien - pour ne pas l'avoir informé du passage de sa patiente en pleine nuit. Après tout, ils n'ont aucune raison d'avoir douté qu'elle ne soit pas allée le voir.
- Les doutes de l'Institut descendent à 28% et l'avancée de la Révolution augmente à 40%

Contenu sponsorisé

Message n°24

    La date/heure actuelle est Mar 23 Avr - 6:43

    Four Seasons